0
MenuWallOpinions
Articles

Affaire Paul Chouta: Me Simh humilie Calixthe Beyala

Tue, 15 Sep 2020 Source: Manu Nguea

Depuis quelques heures, la Crtv publie une interview de Calixte Beyala. Certainement pour la blanchir après que les camerounais et la communauté internationale sont au courant qu'elle est incapable de produire les preuves contre Paul CHOUTA devant le tribunal.

C'était lors d'une émission télévisée dénommée Cameroun Feeling sur la Crtv, présentée par Éric Christian NYA.

Au cours de l'émission, un internaute résidant en France a posé une question à Calixte Beyala de savoir si elle pouvait surseoir aux poursuites contre le web journaliste Paul CHOUTA contre qui elle a intenté un procès pour diffamation et qui est en détention provisoire à la prison principale de Yaoundé depuis 16 mois sans jugement.

En réponse à cette question fort embarrassante, même si on sait qu'elle est à dessein , Calixte Beyala indique que CHOUTA n'est pas poursuivi pour diffamation mais pour cybercriminalité.

Quel horrible mensonge!

Pourtant l'acte d'accusation contre Paul CHOUTA porte sur la diffamation.

D'ailleurs, il faut rappeler à l'opinion qu'il n'existe aucune infraction appelée cybercriminalité. La cybercriminalité est une matière juridique comme le droit civil ou le droit public. Parler de cybercriminalité comme infraction c'est faire preuve d'inculture, dans le cas d'espèce de mauvaise foi et de manipulation des profanes.

Par la suite comme une belle diablesse encornée qui se bat, elle a encore déclaré que Paul CHOUTA a envoyé les gens l'agresser, qu'il a fait des montages vidéos contre elle et que jour pour jour, pendant une année il a passé son temps à parler de sa sexualité.

Quel autre gros mensonge.

Que Beyala montre ces vidéos et autres écrits sans ce sens.

Comment peut-on mentir à ce point ? Cette dame est cynique.

Paul CHOUTA n'a jamais publié un article sur la sexualité de madame Beyala. Jamais et jamais.

Pourquoi donc madame Beyala ne parvient pas à produire de telles preuves au tribunal ?

Cela fait 03 fois que l'affaire est renvoyée sur ce motif de production de preuves.

Enfin comble des mensonges, Calixte Beyala dit qu'elle a retiré sa plainte et a désisté aux poursuites contre Paul CHOUTA suite à un accord avec Me Simh à la PJ.

Et que si l'action pénale suit encore son cours au tribunal , ce n'est plus de son ressort mais celui du Ministère public.

Or tous les juristes le savent en matière de diffamation, le retrait de la plainte arrête immédiatement les poursuites. Le ministère public ne poursuit plus l'affaire des que la plainte est retiré en matière de diffamation. C'est écrit noir sur blanc dans le code pénal.

IL N'Y A JAMAIS EU DESISTEMENT DE MADAME BEYALA

Cette version donnée par Calixthe BEYALA est fausse et fausse.

Selon une source à la PJ, Mme BEYALA avait exigé de Paul CHOUTA une lettre d'excuse pour retirer sa plainte.

En réalité, elle cherchait un aveu de culpabilité pour mieux enfoncer CHOUTA. Cette façon de faire est de pratique courante dans les commissariats du Cameroun.

Cette proposition avait été refusée par Paul CHOUTA qui clamait plutôt son innocence et trouvait plutôt contradictoire de s'excuser pour les faits qu'il n'a jamais commis.

Il avait d'ailleurs dit que s'il avait commis ces infractions, il présenterait ses excuses et même faire un Facebook live si besoin en était.

Joint au téléphone, Me Simh dit plutôt que Mme BEYALA avait promis de retirer sa plainte chez le procureur mais chose qu'elle n'a pas faite.

La preuve est que jusqu'à ce jour l'affaire se poursuit au tribunal en présence de l'avocat de madame Beyala.

Si tel est que Mme BEYALA a véritablement retiré sa plainte, que venait-elle faire au tribunal le 12 août 2019 où, son avocat avait sollicité le premier renvoi de l'audience sous prétexte qu'il n'était pas en santé ?

Que vient faire l'avocat de Mme BEYALA à chaque audience, si elle a effectivement désisté?

Rappelons que le 22 juillet dernier, le tribunal de première instance de Yaoundé centre administratif avait renvoyé l'affaire pour absence de preuves exactes et authentiques.

Elles sont toujours attendues au tribunal.

Pourtant poursuivi dans le cadre d'un flagrant délit, l'affaire Paul CHOUTA totalise ce jour 15 renvois.

15 renvois pour un flagrant délit qui suppose en droit que le dossierest prêt à être jugé immédiatement.

Pendant ce temps, Paul CHOUTA croupit en prison et madame Beyala se pavane dans les médias pour essayer de se blanchir d’une telle injustice pour celle qui prétendait défendre les droits des noirs en France.

De nombreux Camerounais sont convaincus au regard de cette affaire de règlements de compte politiques contre ce web journaliste qui informait l'opinion sur les dérives managériales du régime, qu'il s'agit d'un acharnement digne d'un procès kakfaïen contre le web journaliste.

Madame Beyala n'a qu'à multiplier des passages dans des médias pro régimes pour se blanchir, mais sa conscience quant à elle lui rappellera qu'elle participe pour des intérêts matériels obscurs à détruire la vie d'un jeune camerounais qui ne lui a jamais rien fait.



Participez au sondage

Journaliste: Manu Nguea

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.