0

Ambazonie: les Camerounais se réjouissent de la santé de Ayuk Tabe

Ayuk Tabe Extradition Manquée Ayuk Tabe et les siens seront jugés par un tribunal militaire

Tue, 8 May 2018 Source: robertmessi.fr

Vous vous souvenez qu'il y a quelques semaines nous nous sommes inquiètes sur le sort de ces leaders après leur extradition du Nigeria vers le Cameroun et leur détention au SED (Secrétariat d'Etat à la Défense).

A la suite des rumeurs plus ou moins alarmistes et fantaisistes qui avaient alors circule sur leur sort nous avions estime urgent de la part du pouvoir de dissiper tout malentendu en rassurant le public qu'ils étaient bien tous en vie ce qu'a récemment fait le Ministre de l'Administration Territoriale Atanga Nji dans une déclaration aux media ce dont nous nous réjouissons. Nous considérons désormais en ce qui nous concerne le débat clos sur cette question.

Ils exhortent néanmoins leur président à négocier directement avec eux une issue pacifique à la crise anglophone.

LIRE AUSSI:Ambazonie: l’armée s’apprêterait à bombarder 3 villes sécessionnistes

C'est de loin la méthode qui a ma préférence car tout le monde sait que le meilleur moyen de mettre fin à un conflit c'est en dialoguant avec ses adversaires et j'exhorte donc notre Président à changer de fusil d'épaule et à renoncer à l'escalade militaire. Concrètement cela se traduirait par l'ouverture de pourparlers avec les leaders séparatistes en vue de les convaincre de renoncer définitivement a toute idée et a tout projet de séparation, partition , sécession du pays qui aurait pour objectif ou pour effet l'indépendance du territoire des deux régions du Nord-ouest et Sud-ouest par rapport au reste du pays.

Bref les leaders séparatistes anglophones devraient s'engager formellement par écrit au besoin par la signature d'un document officiel faisant foi à accepter de ne pas remettre en cause l'intégrité territoriale du Cameroun. En contrepartie d'un tel renoncement ferme et sans équivoque, les leaders séparatistes anglophones se verraient accorder une très large autonomie politique dans la gestion des deux régions du Sud-ouest et du Nord-ouest qui ensemble constitueraient ainsi l'Etat fédère du Cameroun anglophone dans une Fédération a deux Etats le Cameroun anglophone et le Cameroun francophone visant cote a cote et en paix.

L’idée ici est de laisser les anglophones libres de s'organiser chez eux comme ils l'entendent, de vivre leur vie comme ils le souhaitent, d’organiser leur système judiciaire, scolaire, etc comme ils l'entendent bref qu'ils jouissent d'une large autonomie par rapport au pouvoir francophone de Yaoundé des lors qu'ils acceptent que le territoire qu'ils seront appelés a gérer demeure une partie indissociable d'une fédération a deux Etats.

LIRE AUSSI: Révélations: un magistrat couche avec la 'femme' d'Ayuk pour 7 millions

Le Cameroun francophone pourra lui choisir une toute autre forme d'organisation (modèle jacobin hypercentralisé comme actuellement ou décentralisation dans le cadre d'un fédéralisme a 8 Etats) mais il faudrait surtout que le pouvoir central de Yaoundé renonce une fois pour toutes à toute tentation ou velléité d'imposer aux anglophones un modèle de décentralisation (ici le fédéralisme a dix Etats) inacceptable pour eux.

La solution du fédéralisme a deux Etats dans le cadre d'une large autonomie politique consentie aux anglophones que je préconise ici pourrait si le pouvoir central de Yaoundé voulait mettre fin très rapidement aux hostilités sur le terrain se matérialiser symboliquement par l'ajout d'une deuxième étoile d'or sur la bande rouge.

Ce serait la deuxième concession celle-là symbolique que je suggèrerais au Président Paul Biya de faire aux anglophones. Il est fort à craindre que sans ces deux concessions la guerre civile se poursuivra sur le terrain dans la partie anglophone du pays, les anglophones se radicaliseront de plus en plus, ils tueront nos militaires et ceux-ci pour venger les leurs tombes sur le terrain se livreront a des exactions sur les populations civiles et leurs biens, les villages anglophones se videront de leur populations et l'exil vers le Nigeria s'accentuera. Ce qui a un certain point rendra l'intervention de l'ONU inévitable dans nos affaires. Ce n'est pas ce que souhaitent les camerounais.

Ce n'est pas ce que je souhaite pour mon pays. Mais c'est peut-être l'objectif inavoué de certains durs du régime qui poussent à l'escalade militaire espérant ainsi profiter politiquement d'un faux pas politique du Président pour récupérer le pouvoir.

Auteur: robertmessi.fr