0

Autoroute Yaoundé-Douala: l'un des plus grands échecs de Paul Biya

Autoroute Yaounde Douala Ok La grande réussite se construit progressivement - Emmanuel Nganou Djoumessi

Sat, 5 May 2018 Source: Albin Njilo

Cinq ans après le démarrage des travaux sur l’autoroute Douala-Yaoundé, le ministre des travaux publics Emmanuel Nganou Djoumessi en visite sur le site a déclaré « La grande réussite se construit progressivement ».

L’autoroute Yaoundé-Douala sera longue de 215 km, les travaux sont divisés en deux phases. La première sur un linéaire de 80 km, confiée à la société China First Highway Engineering Company Limited (CFHEC) financé par Exim Bank of China à hauteur de 241,4 milliards de francs CFA.

LIRE AUSSI: Affaire MIDA: la note des renseignements qui a fait peur à Paul Biya

Initialement, il s’agissait d’une infrastructure de type 2×2 voies que les autorités vont en plein exécution du projet modifier à 2×3 voies, ce qui pour les chinois a été une violation des clauses contractuelles.

Rendu sur le site de construction ce jour, l’on a pu constater l’avancement des travaux après 5 ans de démarrage, le taux d’exécution est de 60% sur les 80 premiers kilomètres.

Alors que les indemnisations n’ont pas été payé au-delà de Pk 20, le ministre Nganou Djoumessi a fait la promesse sans argent disponible de la reprise pour la semaine prochaine, il rassure que les mesures ont été prises pour dégager cet argent. Une réaction qui traduit le malaise financier du Cameroun dans la gestion de ce dossier pour lequel le plus dure reste à venir.

LIRE AUSSI: Essimi Menye et Patrice Nouma: les bourreaux de Laurent Esso

‘’Cette lenteur dans l’exécution du projet arrange sans doute les autorités dans la mesure où ça leur donne le temps de trouver rapidement des partenaires financiers pour la réalisation de la deuxième phase’’ explique un acteur politique proche du parti au pouvoir.

‘’Pourquoi Exim Bank Chine peut financer la première phase et se retirer du projet?’’ S’interroge un expert en gestion des projets pour qui le cas de l’autoroute Douala Yaoundé n’obéit à aucune logique de management de projets.

En effet, le gouvernement Camerounais a annoncé la signature d’un accord d’intention de financement de la deuxième phase de l’AutoRoute Douala-Yaoundé par une autre entreprise chinoise, Poly Group Corporation sous le model Built-Operate-Transfer (BOT), un contrat de partenariat public-privé .En d’autres termes, la seconde phase sera construite et gérée par les chinois jusqu’à remboursement, sans doute à travers les postes de péages le long du trajet.

LIRE AUSSI: Succession de Paul Biya: voici pourquoi Mgr Bala a été sacrifié

‘’ Lorsque en plein milieu de l’exécution d’un ouvrage on change de modalités, on n’a pas à le célébrer, c’est un aveu d’incompétence…De plus, l’on nous dit que les études de la deuxième phase ont été livrés il y’a quelques mois seulement’’ explique notre expert qui poursuit en disant ‘’ un projet est terminé dans la phase de planification’’.

Les chinois qui sont sur plusieurs projets au Cameroun ont relevé l’amateurisme des camerounais dans la gestion des projets.

Pour le conseiller à la présidence Christian Penda Ekoka on va se retrouver dans une situation de surenchère parce que étant coincé, les partenaires si on en trouve sauront que nous sommes dans le besoin et ne nous feront pas de cadeau.’’ Dans ce modèle de BOT, les partenaires vont exploiter cette route et la faire payer avec sans aucun doute des subventions de l’État.’’ Conclut le Conseiller.

Auteur: Albin Njilo