0

Malversation à la CNPS: Benjamin Zebaze analyse et clash Mekulu Mvondo

19521 Benjamin Zebaze060116480 Mekulu Mvondo, le neveu de Biya est venu remplacer Paul Motaze à la CNPS

Wed, 30 Aug 2017 Source: Benjamin Zebaze

Nous venons de vivre un moment de télévision important avec cette interview du patron de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale.

Je vais donner mon point de vue sur la soirée en insistant sur l’attitude de Canal 2 et la posture de Mekulu Mvondo.

1- Canal 2

Mon jeune confrère Jean Bruno Tagne n’avait pas la tâche facile. On a bien vu qu’il y avait, pas forcément de sa part, une volonté de « faire plaisir » à l’invité de par la structure même de l’entretien.

Dans la première partie des échanges, on peut dire qu’il s’en est plutôt bien sorti en posant les questions qui fâchent, même s’il eut été préférable d’insister sur chaque accusation grave portée contre son invité.

A sa décharge, s’il est vrai que l’invitation datait de longtemps, il pouvait difficilement bouleverser l’ordre des thèmes du débat que par courtoisie, il avait dû transmettre au patron de la CNPS.

Mais je n’ai pas du tout aimé la seconde partie, surtout les reportages qui montraient clairement qu’il fallait permettre au dirigeant de la Cnps de ne pas être trop « déçu » par son déplacement.

Tout cela va forcément pousser beaucoup de téléspectateurs à conclure qu’il ne s’agissait que d’une opération de « blanchiment » tant les attentes étaient moins sur les performances de la Cnps que sur les accusations extrêmement précises du journaliste Tuilé.

2- La posture de Mekulu Mvondo

Très franchement, pourquoi est-il venu à cette émission ? Il devait bien se douter que l’intérêt de sa présence se situait dans le fait qu’on allait enfin savoir si le journaliste s’était livré à un odieux mensonge.

Quelle est l’impression générale après coup ? Le Directeur de Publication de « La tribune de l’Est » s’est manifestement appuyé sur des documents corrects ; on peut tout au plus l’accuser de mauvaise interprétation desdits documents.

Mekulu Mvondo n’a pas contesté le voyage de 23 personnes en Espagne pour du foot, quoiqu’on puisse s’étonner qu’il ne comprenne pas que le classico opposant son équipe le Real de Madrid se déroulant en ce moment-là, pose un gros problème.

Il n’a pas non plus rejeté les 100 millions de fonds de souveraineté en refusant de donner le moindre éclaircissement, tout comme il a reconnu les presque 20 millions de cadeaux accordés aux personnalités.

C’est sa propension à se cacher derrière son Conseil d’Administration et les tribunaux qui ne fait douter sérieusement de sa bonne foi. Lorsqu’un ministre de la justice (Amadou Ali) déclare devant le parlement que la justice est l’une des institutions les plus corrompues du pays, qui peut croire que le neveu du Chef de l’Etat, grand distributeur de cadeaux comme il le reconnait lui-même, puisse perdre un procès ? Qui peut croire qu’avec son statut de neveu du « créateur », quelqu’un puisse lui tenir tête au sein du Conseil d’Administration ?

Je constate enfin qu’on a beaucoup parlé de finances, d’immobiliers, des dons en million…mais pas assez de la douleur des vieillards qui attendent leurs maigres pensions. Il eut été intéressant de savoir quel est le montant maximum et minimal des pensions au Cameroun ? Est-il possible de survivre avec de telles retraites ? Est-il normal d’augmenter de 40% les salaires d’une « armée mexicaine » alors que les pensions stagnent ?

Enfin, cette façon de minimiser les chiffres des dépenses n’ayant rien à voir avec la mission traditionnelle de la Cnps avait quelque chose de particulièrement révoltant.

Pour finir sur une note positive, je ne le remercierais jamais assez pour n’avoir cité Paul Biya que deux fois, même comme cela a été l’occasion de sortir une énormité : les deux immeubles de la mort à Yaoundé ont été refaits à presque 15 milliards pour faire plaisir à …Paul Biya. L’honnêteté m’oblige aussi à reconnaitre que par rapport à son prédécesseur, les choses vont moins mal à la CNPS dans le traitement des retraités.

Je rappelle néanmoins au neveu que le tonton ne porte jamais plainte aux journalistes. Qu’il serait bien inspiré de le suivre sur cette voie car les lendemains sont incertains.

NB Mekulu Mvondo, le neveu de Biya est venu remplacer Paul Motaze, le parent de la défunte Jeanne Irène Biya. Depuis des dizaines d’années, la CNPS, l’une des plus grosses institutions du pays, est une affaire de…famille.

Auteur: Benjamin Zebaze