1

Cameroun : 'la maitresse de mon mari m’a copieusement battue en sa présence'

Femme Noire Triste Jeune femme triste

Tue, 14 Jun 2022 Source: Confessions des cœurs brisés anonymes

• Une femme soupçonnait son mari d’infidélité

• Elle le voit un jour avec la prétendue maitresse et bandit sur elle

• Malheureusement, elle se fait copieusement bastionner


Une femme rencontre un jour son mari avec sa supposée maitresse, elle décide d’entamer une bagarre avec cette dernière. Malheureusement, elle a trouvé plus forte qu’elle et pour couronner le tout, son mari ne l’a pas défendu. Il s’est simplement moqué de sa femme.

« Les rumeurs disaient que mon mari sortait avec une fille Bassa dans notre quartier. J'ai mené mes enquêtes.

Un jour, j'ai surpris mon mari avec elle dans une ruelle où il n'y avait presque personne. J'étais tellement en colère que je me suis jetée sur elle pour la bastonner. Je crois que cette fille n'est pas humaine. Dès que je me suis jetée sur elle, elle m'a percutée la bouche avec un crochet. J'ai eu des palpitations en même temps. J'ai voulu fuir mais, j'ai pensé que mon mari allait me défendre en frappant cette sorcière. Mais, l'irresponsable n'a pas bougé. Pendant ce temps, les coups pleuvaient sur mon visage. J'ai essayé de la mordre et j'ai entendu seulement les coups sur ma bouche. J'ai jeté un coup d'œil à gauche et à droite pour voir si les gens venaient nous séparer. Quand j'ai vu que personne ne venait, je me suis échappée.

50 mètres plus loin, je jette un coup d'œil derrière et, je vois la sorcière derrière moi comme si j'avais volé son argent. J'ai mis ma dernière vitesse jusqu'à poussière se levait. Heureusement que je suis une ancienne sportive. La jupe déchirée, j'ai jeté les chaussures tellement c'était devenu lourd et, j'ai couru au point de dépasser notre maison. J'ai vraiment cru qu'elle allait m'assassiner.

Ce qui me fait encore mal, dès que mon mari regarde mon visage déformé, la bouche tordue, l'œil gonflé, il se met à rire comme un irresponsable. Il dit que c'est sa collègue de travail mais, je ne le crois pas.

Pendant une semaine, je buvais seulement la bouillie. Dès que je vois cette criminelle venir de loin, je change de route. Je suis traumatisée. », a raconté la victime.

Auteur: Confessions des cœurs brisés anonymes