0

De faux documents contre Essimi Menye

Tue, 3 Nov 2015 Source: Ericien Pascal Nguiamba

Une certaine presse érigée en juge et foulant au pied les règles élémentaires d’éthique et de déontologie du journalisme, a décidé de détruire l’ex Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, Essimi Menye. La nouvelle trouvaille de cette presse à gage, est la publication des documents douteux attribués à l’ex Ministre.

En français facile, cela s’appelle l’acharnement. Une volonté manifeste de salir une personnalité de la république. Ternir l’image d’un serviteur de l’Etat. Et de déstabiliser un père de famille. En effet Une certaine presse a choisi depuis quelques temps comme sujet principal l’ex Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural(Minader), accusé ici et là des faits dont seule la justice camerounaise, libre et indépendante, est pourtant apte à établir la véracité.

Mais en attendant que la justice camerounaise fasse son travail dans la transparence et l’indépendance comme à l’accoutumée, ces journaux ont décidé de se transformer en juges et procureurs. L’un de ses journaux n’a même pas hésité d’écrire à sa UNE que l’ex Ministre ira tout droit en prison après son hospitalisation. Une nouvelle forme de journalisme qui n’est pas encore enseignée sur terre.

Dans sa volonté de nuisance et de déstabilisation de cet ancien Ministre, qui suit toujours des soins en vue de son rétablissement, ce journal est revenu à la charge avec un de ses anciens articles écrit dans le cadre de sa cabale contre Essimi Menye. Mais, le conditionnel utilisé par cet organe de presse, montre à suffisance à quel point ses rédacteurs préfèrent porter des gangs car n’étant pas eux-mêmes convaincus de leurs écrits.

Dans la même cabale contre Essimi Menye, un autre journal parlant de ses supposés crimes, a préféré placer le mot crime entre guillemets. Le journal choisit aussi d’écrire au conditionnel. Prudent.Pire, selon un proche de l’ex Ministre, les documents publiés dans ce journal ne sont pas authentiques. « Ces documents n’ont pas la signature de l’ex Ministre. C’est juste son cachet nominatif » dit-il. Dans un autre document publié par le même journal, l’on ne voit pas le lien avec l’ex Ministre.

Ce journal écrit aussi qu’à peine sorti du gouvernement, l’ancien ministre des finances, s’est réfugié dans un centre hospitalier de la place…Pourtant quand il sort du gouvernement le 2 octobre 2015, Essimi Menye n’était plus Ministre des finances mais plutôt Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural. Manipulation ou diversion de l’opinion ? Dans tous les cas, les lecteurs sont assez intelligents pour corriger ces fautes élémentaires faites (exprès ?) pour fragiliser un homme dont le souci premier actuel est son rétablissement.

Car il a encore beaucoup à apporter à son pays au regard de ses compétences et de sa riche expérience. Le Cameroun a une justice compétente, transparente et indépendante qui n’a pas besoin des pressions d’une presse à gage pour rendre des décisions ou pour engager des procédures. Si l’ex Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural est reconnu coupable des faits qu’une certaine presse lui reconnait aujourd’hui, c’est à la justice camerounaise d’en juger la véracité et de lancer des procédures contre cet ancien membre du gouvernement.

Auteur: Ericien Pascal Nguiamba