0

EXCLUSIF: René Sadi et Bernard Okalia cités dans l'assassinat du chef d'Ekondo-Titi

Rene Sadi Minatd Le chef a écrit des pétitions innombrables et controversées contre le gouverneur

Mon, 13 Aug 2018 Source: Eric Tataw

Un gouverneur du sud-ouest du Cameroun et un ancien ministre de l'administration territoriale et de la décentralisation ont été inextricablement liés à la mort du souverain traditionnel d'Ekondo Titi, a laissé entendre le National Telegraph.

Selon nos informations, Bernard Okalia Bilia, gouverneur du Sud-Ouest du Cameroun avec résidence à Buea, capitale de la région, et Emmanuel René Sadi, ancien ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, actuellement à la présidence de la République, ont été directement accusées par des anglophones en tant qu’architectes à l’origine de la mort de SAR le chef Esoh Itoe Stephen d’Ekondo Titi.

LIRE AUSSI: Assassinat du chef du village d’Ekondo-Titi: un témoin raconte les faits

Le chef suprême de la division Barondo de Ndian, une circonscription du sud-ouest du Cameroun et ancien président de la Conférence des chefs du sud-ouest, a été abattu dimanche 12 août 2018 de l'église baptiste d'Ekondo Titi. National Telegraph dit avoir reçu la confirmation que le chef avait été tué par une bande d'hommes armés embauchés par le gouverneur du Sud-Ouest et son oncle, ancien ministre de l'administration territoriale et de la décentralisation. Le règne du chef Itoe en tant que président du conseil d'administration de PAMOL Plantations PLC s'est terminé sans cérémonie.

Lors d'une réunion extraordinaire du conseil à Lobe, une ville de la division de Ndian, dans le sud-ouest du Cameroun, le 10 août 2016, le ministre de l'Agriculture a annoncé des décisions cruciales. Aloysius Asanga, chef du village de Kajifu dans la sous-division d'Akwaya, division Manyu de la région du Sud-Ouest, a été nommé directeur général adjoint. Lors de la même réunion, le gouverneur du Sud-Ouest, Bernard Okalia Bilai, a été nommé président du conseil. La nomination du gouverneur étant considérée comme frauduleuse et sans précédent dans l'histoire de l'administration, le chef et le gouverneur sont restés des ennemis acharnés.

Les rapports indiquent que le chef a écrit des pétitions innombrables et controversées contre le gouverneur qui commençaient déjà à voter et à nuire au gouverneur et à son oncle le ministre. Bernard et René, tous les aborigènes de Bafia dans la région du Centre, ont fait des fortunes inhabituelles avec PAMOL Plantations PLC. Le ministre seul détiendrait au moins 150 hectares de palmeraies à Bafia, avec au moins 80 hectares au nom du gouverneur.

LIRE AUSSI: Etoudi 2018: voici les axes de la campagne de Paul Biya

Pamol Plantations Plc opère sur un capital de 4,834 milliards de FCFA; l'Etat du Cameroun possède 79,53%; CNPS 9,37%, SRC 7,20%, SOCAPALM 2,67%; CDC 0,35%; CORLAY 0,65%; SAFACAM 0,22% et SPFS 0,01%. La société est dirigée par un conseil d’administration composé de 12 membres représentant les différents actionnaires, dont l’administration centrale est dirigée par un directeur général et ses services adjoints et externes, qui sont assurés par les administrateurs de succession de Ndian et de Meme Divisions. Pamol Plantations Plc est indéniablement le meilleur producteur d'huile de palme, de palmiste, d'huile de palmiste, de graines et de plants et de tourteaux de palmiste au Cameroun. De plus, la Société produit également du savon, de l'huile de boue et du caoutchouc pour les marchés nationaux et internationaux.

Auteur: Eric Tataw