0

Election 2018: le RDPC à la recherche de moyens financiers

Rdpc Mentors Cameroun Cameroun Les mentors du RDPC recherchent des moyens financiers

Mon, 10 Sep 2018 Source: Georges Atangana

Une curiosité de la campagne électorale actuelle est la pauvreté du parti au pouvoir (R.D.P.C). Toutes les élections au Cameroun, depuis l’avènement du multipartisme, ont toujours été marquées par la distribution massive des billets de banque, des pains chargés de viande/poisson, des gadgets (pagnes, casquettes, parapluies, écharpes..) et des bouteilles de bière.. L’absence des cortèges et des beuveries est visible. Que s’est-il passé ? Le généreux R.D.P.C est-il en faillite ? Où est parti l’argent qu’il utilisait jadis pour acheter les consciences, corrompre les électeurs auxquels on promettait le paradis ?

La pauvreté actuelle du R.D.P.C annonce-t-elle sa faillite, sa défaite ?

Le nombre d’électeurs instruits qu’il faut corrompre a augmenté fortement et les caisses de l’État où ce parti puisait abusivement sont vides et permettent à peine de payer les salaires mensuels des fonctionnaires ! Les militants affamés et assoiffés attendent impatiemment, en vain, ce que les cadres du parti leur apportaient abondamment à la veille de toutes les échéances électorales. Ventre affamé n’a point d’oreilles !comment faire la campagne électorale sans déverser boissons, nourriture et argent ? On comprend mieux la gêne et l’embarras des partisans de celui - Paul Pillard le bien nommé - qui en 36 ans de règne n’a apporté à la vaste majorité des Camerounais qu’une pauvreté extrême.

LIRE AUSSI: Etoudi 2018: Kamto est 'le plus sérieux des adversaires de Biya' [Jeune Afrique]

Les stratèges du R.D.P.C ont décidé de raccourcir la campagne électorale et de bien cacher leur bilan catastrophique. Le slogan de la stabilité qu’ils brandissent ne remplit pas les estomacs et les porte-monnaies . Ils s’acharnent, par diversion, sur un candidat issu d’un groupe ethnique qui a pourtant « dépanné » les jouisseurs ruinés qui ont dépensé imprudemment et de façon extravagante l’argent du pétrole de Bakassi et de nos impôts.

Avant chaque élection les présidents de bureaux de vote, les employés d’ELECAM, les hommes en tenue, les chefs traditionnels, les sous-préfets, les préfets et les gouverneurs recevaient du R.D.P.C des véhicules neufs et surtout de grosses sommes d’argent pour aller « convaincre » les populations en faveur du rassemblement des pilleurs.

Tout cela s’est évanoui ! Quelle catastrophe ! Pour trouver un peu d’argent pouvant limiter les dégâts, ils ont inventé les cotisations pour un soi-disant plan d’aide humanitaire pour la guerre en Ambazonie. - Les responsables du parti – État, qui recevaient d’habitude l’argent de la nation, doivent, cette fois-ci, aider financièrement le même État qu’ils ont ruiné et qui mendie partout, à l’intérieur et à l’International (Chine, F.M.I, Banque mondiale .. )

LIRE AUSSI: Ambazonie: la riposte des populations et de l’armée face aux violences

La défaite des voleurs est-elle annoncée ? Comment procéderont-ils pour « motiver » leurs militants et surtout ceux qui « fabriquent » les résultats du scrutin ? Les candidats de l’opposition tireront-ils profit de cette banqueroute du parti au pouvoir ? Les chargés de mission du R.D.P.C, mécontents, vont-ils « bien » bourrer les urnes ? Les populations, le ventre et le porte-monnaie vides, vont-elles laisser faire ces agents du vieux dictateur candidat qui évite les débats et les rencontres avec le peuple ? Si ce malfaiteur « gagne » par la tricherie la misère ne va-t-elle pas s’aggraver et rendre le pays ingouvernable à travers la désobéissance civile et les affrontements armés ?

Auteur: Georges Atangana