0
Sports Features Tue, 6 Oct 2015

Essai réussi pour le Cameroun à l'Afrobasket 2015

De la tristesse. C’est sûr qu’il y en a eu au coup de sifflet final du 24e Afrobasket dames (24 septembre-3 octobre 2015) au palais des Sports de Yaoundé.

Le Cameroun, pays hôte, est tombé en finale face à une impressionnante équipe du Sénégal. Une défaite qui fait mal mais au-delà de l’émotion du moment, la satisfaction prend forcément le pas.

Les Lionnes n’avaient jamais atteint la finale de cette compétition en 23 éditions. C’est donc déjà un exploit pour les filles d’Alain Zedong, qui restaient sur une demi-finale perdue en 2013. Et leur parcours, ponctué par huit matchs pour une seule défaite, parle pour elles.

Peut-être que le fait de jouer à domicile a influencé sur les performances de l’équipe. Dans tous les cas, on n’oubliera certainement pas de si tôt ce match de poule remporté de justesse face au Mali (44-43) ou encore la demi-finale d’anthologie contre le Nigeria (71-70).

Sur le plan sportif, la compétition a été à la hauteur avec des talents confirmés comme Astou Traouré ou Géraldine Robert Yema qui ont tenu leur rang. La MVP (Most valuable player), Aya Traoré, a également mis tout le monde d’accord.

Le Cameroun, lui, s’est découvert quelques pépites avec notamment Ramsès Lonlack, élue dans le Cinq majeur ou l’Américaine naturalisée Camerounaise, Alexandria Miesha. L’Afrobasket 2015 a permis à des équipes comme l’Egypte ou le Gabon de montrer leurs progrès. Les favoris, pour la plupart, ont assuré. Même si l’Angola, tenant du titre, n’a pas pu tenir la distance. Mais, puisqu’on est à l’heure du bilan, il faut bien s’arrêter sur l’organisation de l’Afrobasket.

Le défi était, en effet, énorme pour le Cameroun qui avait tout à prouver. Et sans chauvinisme aucun, on peut penser que le pari a été tenu. Ce sont d’ailleurs les douze délégations présentes pendant une dizaine de jours à Yaoundé qui le disent. L’hébergement, la nutrition, le transport ou encore la gestion du planning ont été appréciés.

Certains craignaient des difficultés avec un seul site de compétition mais la Fiba et le Comité local d’organisation ont su gérer. L’affluence au palais des Sports n’était pas des moindres, même si on aurait certainement pu faire mieux.

Bien sûr, tout n’a pas été parfait. Il y a eu des soucis techniques au palais des Sports, des perturbations d’Internet dans les hôtels. Le processus d’accréditations n’a pas toujours été clair et l’évènement aurait pu être encore plus médiatisé.

Mais, le galop d’essai est satisfaisant. D’autant que le Cameroun sera confronté à des compétitions de plus grande envergure en 2016 et 2019. Le plus urgent, toutefois, va être de continuer à soutenir ces Lionnes qui ont pris une autre dimension après l’Afrobasket 2015.

Désormais, il faut regarder vers le tournoi pré-olympique qui ouvrirait la voie à cette participation historique aux JO 2016 que le Cameroun vise.
Source: josiane r. matia