0

Haute sorcellerie: voici pourquoi Wes Madiko avait arrêté de chanter

Wes Madiko Est Decede Wes Madicki

Sun, 27 Jun 2021 Source: Arol Ketch

Le Cameroun a perdu hier 26 juin, l'une de ses stars, Wes Madiko. L'artiste est mort dans un hôpital parisien où il était interné. Agé de 57 ans, Wes Madiko était une icone mais qui a connu une carrière en dents de scie. Voici pourquoi.

Il est l’heure de vous faire peur. Vous êtes libres de croire ou pas, mais l’Afrique a ses mystères.

Vous vous posez certainement la question de savoir pourquoi Wes Madiko a eu une carrière en dents de scie. Il était pourtant prédestiné à un brillant avenir après le succès de « Alane ». Qu’est-ce qui s’est passé entre temps ?

Eh bien, alors qu’il était au sommet et devait confirmer, l’homme a été victime de plusieurs attaques mystiques qui à chaque fois atteignaient et éteignaient sa voix. Il a passé plusieurs années sans pouvoir chanter. Il n’avait plus de voix. Il ne pouvait plus chanté. Imaginez la douleur qu’il a vécue pendant ces années.

Wes MADIKO est né à Mouantaba qui est un quartier mystérieux de Penja . Ce quartier était le lieu par excellence de pratique de la haute sorcellerie. On y retrouvait les plus grands sorciers de la Région. Ce quartier avait une réputation sinistre et terrible. Il était interdit de mettre les pieds dehors à partir d’une certaine heure de la nuit .

A partir de 23 heures, les sorciers sortaient pour accomplir leurs sales besognes. Il n’était pas rare d’entendre des cris effroyables dans la pénombre de la nuit. Le matin, les rues étaient jonchées de calebasses et d’animaux sacrifiés.

Ce quartier avait une rivière mystique. Une rivière qui emportait les enfants. A tel point que plusieurs parents interdisaient à leurs enfants de se baigner dans cette rivière. Laquelle rivière portait le nom du quartier : « Mouantaba« . Allez chercher la signification de ce nom. Un nom à ne pas prononcer à des heures particulières de la nuit.

Il ne se passait pas une semaine sans qu’on n’entende des histoires d’enfants emportés par la rivière ou noyés. Il y avait aussi des histoires de fées. Plusieurs habitants du quartier ont affirmé avoir rencontré la fameuse » Mami wata ». Certains ont même fait des pactes maléfiques et ont été arrachés à la vie de manière brutale.

La réputation de ce quartier mystique était telle que les populations rechignaient à y acheter des plantations, lorsqu’on connaît la fertilité de la zone de penja, c’est étonnant ! C’est pour vous dire que ce quartier faisait peur !

Auréolé de son succès, Wes, l’enfant du pays va rentrer chez lui. Au lieu d’être fier du succès du fils du pays, ils vont l’attaquer. L’enfant du pays va subir la méchanceté, la jalousie et la haine des sorciers du quartier dont il ne faut pas prononcer le nom à cette heure de la nuit.

Ils vont essayer de l’éliminer mais Wes est un enfant béni. Ils n y arriveront pas. Ils vont alors le priver de sa voix pour l’empêcher d’exercer sa passion. Croyez moi, pour un chanteur, perdre totalement sa voix c’est la pire des tortures. Wes va en souffrir des années.

Mais peu à peu , il va remonter la pente et retrouver sa voix. Notons que WES est un battant. C’est l’histoire d’un enfant qui est sorti de nul part qui à force de courage, de travail et de témérité a réussi à se hisser au sommet.

Rien à priori ne le prédestinait à une immense carrière et à la renommée internationale. On n’avait même pas imaginé qu’il aurait pu sortir du Cameroun un jour.

Alors qui parmi vous connaît le fameux quartier Mouantaba et ses anecdotes ?


Arol KETCH – 17.04.2020

Auteur: Arol Ketch