0

Kamdemgate: la chasse aux églises dites de réveil au Cameroun

Kamdem Complot Dieunedort Kamdem

Sat, 10 Mar 2018 Source: Emmanuel Ngambeket

La constitution du 18 janvier 1996, consacre « la liberté de conscience ou de religion », autrement dit chaque camerounais a le droit de choisir son obédience religieuse de même que ses croyances propres, selon la loi.

C'est un attribut du citoyen de librement faire le choix de son Dieu, sans qu'on ne lui impose une conviction par la force, que cette religion nous plaise ou non. Car nul n'a le droit ni le discernement transcendantal, pour apprécier la véracité du Dieu qui est invoqué à ce titre.

Cette proclamation préambulaire, fait du Cameroun un Etat laïc, c'est-à-dire qui applique l'égalité dans la réglementation des religions tout en gardant sa neutralité dans les affaires intérieures au culte. La laïcité s'appréhende alors comme un agrégat de la démocratie et une marque de fabrique des Etats républicains. C'est à cet égard que l'article 269 et suivant du code pénal condamne les atteintes aux cultes.

A LIRE AUSSI: La face cachée de Dieunedort Kamdem, l’investigation de Canal+ [Vidéo]

Cependant on observe une chasse aux sorcières des églises pentecôtistes, par des groupuscules tapis dans l'ombre. Certains concitoyens se permettent de se prêter au jeu imaginaire, ne pouvant apporter la preuve de leurs allégations s'érigent en arbitres des pratiques interconfessionnelles. Ceci motif pris de ce que ces églises ne feraient pas figure de proue, au même titre que les classiques, à l'instar des religions catholique, protestante et musulmane.

Malheureusement on dirait que lorsqu'il s'agit de profaner les pentecôtistes tous les fidèles longtemps restés antagonistes, tant au regard des doctrines et que des rituels religieux se mettent provisoirement en accord pour provoquer la colère de Dieu.

Rappelons ici, que les guerres inter-religieuses sont très difficiles à éteindre, pis encore dans la mesure où c'est dans les luttes pour défendre des croyances que l'on observe plus de martyrs. Je prie mes concitoyens de faire preuve de retenue, car le Cameroun a plus urgent que des querelles intestines entre religions. Plus drôle encore, beaucoup sollicitent la fermeture de ces églises, au détriment des Bars et de boîtes de nuit qui pullulent et dépravent nos mœurs.

A LIRE AUSSI: Voici ce qui a précipité la chute de Dieunedort Kamdem

Bon nombre préfèrent cautionner l'émergence des confréries sataniques et des cercles ésotériques, au dépens des églises dites de réveil, qui ne sommeillent ni ne dorment pour le changement sociopolitique dans notre Nation. C'est comme condamner Jésus pour libérer Barabas, C'est une ignorance grave de jeter les pierres sur toute une communauté en se fondant sur des arguments subjectifs et hautement fallacieux. D'aucuns disent que certains « pasteurs » se réclamant de ces congrégations religieuses seraient des faussaires. Cet alibi ne tient pas car le mal subsistera toujours à côté du bien : C'est une loi de la nature, tout comme le juste et l'injuste. Bref « qui es-tu, toi qui juge un serviteur d'autrui? » [Romains 14v4].

A LIRE AUSSI: Affaire d’escroquerie: Dieunedort Kamdem demande pardon à ses fidèles

D'ailleurs s'il faut examiner dans le fond toutes les églises seraient coupables à plus d'un titre notamment les catholiques à cause de l'inquisition et la caution de l'esclavage puis du colonialisme en Afrique, et les musulmans au vu de la charia et du djihad ou du terrorisme international.

En somme chers compatriotes abandonnons les épiphénomènes de distraction afin de reconstruire l'unité nationale.

Auteur: Emmanuel Ngambeket