0

L'Edito de Georges Alain Boyomo paru dans Mutations Mousquetaires parlementaires

Georges Alain Boyomo Mutation Georges Alain Boyomo

Tue, 16 Mar 2021 Source: Georges Alain Boyomo

14 mars 2020. Le président de l’Assemblée nationale regagne le Cameroun après un séjour en France pour des raisons de santé. Son entourage parle d’une allergie médicamenteuse qui lui a imposé des soins en Hexagone.

Le retour au bercail de Cavaye Yéguié Djibril survient quelques jours après la convocation de la session ordinaire de mars au Parlement, session principalement consacrée au renouvellement des bureaux des deux chambres.

Cavaye débarque surtout au pays dans un contexte de montée en puissance du coronavirus. D’ailleurs, selon les prescriptions du ministre de la Santé publique, Malachie Manaouda, les 198 passagers du vol Air France à problème (trois cas de Covid-19 y ont été détectés), dont Cavaye, doivent tous être placés en quarantaine pendant 14 jours, question d’éviter la propagation de la pandémie.

Mais Cavaye Yéguié Djibril (81 ans) ne s’exécute pas. Il tient coûte que vaille à être reconduit au perchoir de l’Assemblée nationale, qu’il occupe depuis 1992, au cours de la séance plénière élective qui se tient le 17 mars. Sans surprise, le lamido de Mada rempile sur un score stalinien.

Du côté du Sénat, c’est un Marcel Niat Njifenji (87 ans), souriant, le pas claudicant, affaibli par la maladie, qui apparaît aux sénateurs en ouverture de session. Le 26 mars 2020, il est réélu sans grande surprise à la tête de la chambre haute du Parlement.

Mars 2021. Le vrai-faux suspense reprend droit de cité. Cavaye Yéguié Djibril et Marcel Niat Njifenji vont-ils être à nouveau investis par le président national du Rdpc, par ailleurs président de la République, pour présider aux destinées des deux chambres parlementaires ? La question se pose d’autant plus qu’entre 2020 et 2021, Cavaye Yéguié Djibril a pris encore plus des rides. Il n’a visiblement plus sa vitalité d’antan et cela n’est pas sans conséquences sur le fonctionnement de l’Assemblée nationale. Le Pan peut ainsi signer une décision aujourd’hui, la rapporter le lendemain et valider la première mouture le surlendemain. Ses retro-rétropédalages ne sont plus que des secrets de polichinelle dans les couloirs de l’Assemblée nationale. Au Sénat, Niat Njifenji songe plus à suivre son protocole de santé et se reposer qu’à présider des séances plénières, même si certains de ses proches soutiennent mordicus le contraire.

Pas sûr que ces paramètres objectifs soient suffisants pour que Paul Biya ne renouvelle plus sa confiance à ces deux dinosaures du Parlement. Pas certain que le chef de l’Etat puisse tourner la page de ces caciques, au nom de la fidélité et la loyauté qu’ils lui voueraient, ou simplement pour éviter une redistribution des cartes qui dévoilerait ses intentions pour l’avenir…Un député Rdpc est d’avis que « même sur une chaise roulante, Cavaye et Niat resteront présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat. Le président Biya ne lâche pas facilement ses amis », croit-il savoir.

Dans tous les cas, le départ de ces deux mousquetaires serait un big-bang dans un environnement politique qui étouffe d’immobilisme. Ceux qui ont sauté de joie après l’évocation de la transition générationnelle dans le message à la jeunesse du 10 février vont davantage déchanter si rien ne bouge, comme cela se dessine.

Auteur: Georges Alain Boyomo