0

La sortie de Maurice Kamto devrait accélérer les choses au niveau du régime de Paul Biya

Maurice Kamto Dans Libe 3 Paul Biya devrait accélérer les choses

Sun, 20 Mar 2022 Source: Baudelaire Kemajou

La sortie de Professeur Maurice KAMTO sur la résolution de la crise des enseignants avec une proposition phare sur la titrisation de la dette de l’Etat vis a vis des enseignants est formidable et mérite une attention particulière du gouvernement. Ce n’est pas une ingénierie inventée par KAMTO puisque tous ceux qui font de l’ingénierie financière dans les écoles de Management y sont initiés. Le Mérite de KAMTO est de proposer une solution avec des outils financiers modernes dont personne ne l’a fait avant lui sur la résolution du problème des enseignants.

Les idées bonnes ou mauvaises peuvent venir du pouvoir ou de l’opposition. Quand elles sont bonnes et pertinentes il faut les adopter même si elles sont portées par un opposant

Lorsque le Prof KAMTO parle de titrisation, il s’agit en fait de financement structuré de la dette de l’Etat vis a vis des enseignants.. le financement structuré consiste à regrouper les actifs, puis à vendre à des investisseurs des titres financiers qui délivreront un rendement grâce aux flux de revenus générés par ces actifs sous- jacents. La Titrisation est donc considérée comme l’exemple type de financement structuré.

Avec un budget qui n’est pas extensible, une tutelle du fonds monétaire internationale, cette mesure de titrisation contribuerait à donner de l’oxigiene a la trésorerie de l’Etat pour régler le problème,aux porte- monnaies des enseignants et offrirait de nouvelles opportunités de placements aux investisseurs divers qu’ils soient individuels, publics, privés, etc… C’est une forme de libéralisation financière qui permet la transition d’une économie d’endettement a une économie de marché. L’Etat a travers le trésor public procéde a la titrisation de sa dette ou d’une partie de sa dette vis a vis des enseignants par l’émission des lignes d’obligations du trésor assimilables (OTA) pour le montant de la dette.

En d’autres termes le gouvernement met en vente sous forme de titres une partie de sa dette vis a vis des enseignants sur le marché financier au bénéfice des investisseurs. Ces derniers vont financer l’acquisition de ces titres a travers l’émission d’obligations dans le compartiment OTA sur la base d’un taux de rendement intéressant. Les banques et investisseurs disposant de ces titres peuvent les remettre en vente sur les marchés financiers. Pour la crédibilité de notre État et dans le cadre du renforcement de la confiance de nos enseignants fortement entamée par les aléas de paiement de cette dette intérieure, il serait de bon aloi que le gouvernement engage cette opération et la laisse aller à son terme.

En dehors de la proposition de KAMTO, il existe des mécanismes pour agir ou interagir sur un budget inextensible.: C’est le pouvoir de régulation budgetaire du Ministre des finances qui contrairement à d’autres Ministres a la possibilité de raboter en opérant des coupes budgétaires pour trouver de l’argent. Il ya pour le Ministre 2 Manières de trouver de l’argent:

– Accroître les recettes

– diminuer les dépenses pour affecter les économies réalisées à la résolution des problèmes des enseignants.

La hausse des coûrs du pétrole donne des marges de manœuvres a l’Etat pour régler a moyen terme le problème. Dans ce contexte la SNH peut régler par anticipation le problème en vendant par avance les quotas pretroliers du Cameroun afin de dégager de la trésorerie pour l’Etat

Les lignes 64 et 94 qui disposent de plus de 500 milliards pour des interventions directes de l’Etat peuvent être mobilisées au lieu de servir a acheter des télévisions pour des amis ou a faire des dépenses hors budgétaire qui ne rapportent rien a l’Etat.

Les séminaires, les carburants, les missions qui coûtent des centaines de milliards a l’Etat peuvent exceptionnellement être suspendus cette année pour dégager les ressources et désendetter l’Etat vis a vis de ses fonctionnaires et entreprises domestiques.

Auteur: Baudelaire Kemajou