1

Le malheur de Maurice KAMTO a commencé ce jour

Maurice Kamto Limites Biya Anglophone.png Maurice Kamto, leader du MRC a été interpellé lundi par les forces de l'ordre.

Tue, 29 Jan 2019 Source: Emmanuel Simh

Ses avocats venaient de démontrer à la face du monde entier, en direct, l'origine et les fondements des victoires électorales factices de Paul BIYA, à savoir les fraudes sauvages et barbares. Les onze "sages" choisis et désignés par lui seul, n'ont pas osé faire produire ces fameux 32 procès-verbaux contestés sur la base desquels il sera déclaré vainqueur de l'élection présidentielle.

Mais peut-on vraiment condamner le scorpion de mordre? Non, car c'est sa nature. Comme la fraude est dans l'ADN du parti de Président à vie. Mais cette fois, même en fraudant, il a perdu. Il a perdu face à un adversaire tenace, dont il a sous-estimé la force. La sanction de l'arrogance et des fausses certitudes. Alors on va l'accuser d'insurrection. Son parti et lui. Et procéder à son arrestation. Et à la dissolution quasi-certaine de son parti politique, le MRC. Mais au fond, casser le thermomètre guérit-il de la fièvre?

LIRE AUSSI: Un cadre du RDPC rejoint le MRC et fait des déclarations surprenantes

C'est comme préparer le combat en trucidant son adversaire. Paul BIYA le sait, le MRC n'est pas un parti insurrectionnel. Ses amis le savent, nos militants n'ont pas cassé une simple cuillère le 26 janvier dernier au cours de leurs manifestations pacifiques. Ils ont simplement honte d'avoir perdu. Ils ont peur de perdre à nouveau. Ils ont du mal à se regarder en face, et à digérer l'humiliation. Légalement. On reprend alors les mêmes recettes, qui pourtant ne marchent pas: l'intimidation, la violence, les arrestations, les procès auxquels personne ne croit.

Pour ne pas avoir à répondre aux bonnes questions. Comme par exemple à celle simple de savoir si un gouvernement peut interdire définitivement ce qui est permis par la loi, comme le droit de manifester. Ceci n'est pas un acte d'insurrection. C'est un propos républicain. Sans injures. Ah! J'oubliais. L'Avocatier n'est pas mort, il a grandi.

Auteur: Emmanuel Simh