0

Les espoirs de démanteler le système imposé par la France au Cameroun

Macron Et Biya Sourire Les camerounais ont voté pour la présidentielle le 7 octobre.

Mon, 8 Oct 2018 Source: Janvier Tchouteu

La lutte pour démanteler le système imposé par la France et le régime de Biya est réalisable. Et cette quête de changement est une continuation de la lutte nationaliste-civique du Cameroun qui a commencé à la fin des années 1940, qui est large et dépourvue d'illusions. Tout ce que toute autre lutte peut accomplir est une impasse militaire qui, en réalité, maintiendrait le système même en l'absence de Paul Biya, lui donnerait un peu de vie, même si elle serait moins efficace pour gouverner le Cameroun, surtout Anglophone. Cameroun. Pendant ce temps, ce serait la dévastation pour le Cameroun Anglophone.

Toute stratégie doit donc être orientée vers une large alliance et un lien avec la réalité (en tenant compte des réalités Camerounaises et Mondiales). Malheureusement, les réalités du monde sont des choses que la plupart des Camerounais, en particulier le leadership pour un Cameroun Anglophone indépendant, ou ce qui était l'ancien Cameroun Méridional Britannique(l'ancien Cameroun Britannique du Sud et l'ancien Südwesten Kamerun Allemand (appelé Ambazonia par eux) sont naïfs. Je commence à voir une réalisation naissante.

LIRE AUSSI: Attente des résultats: Paul Biya fait figure de grand favoris

Le fait est que le Kamerun Allemand était considéré et traité comme un territoire conquis par les puissances occidentales, et aucun d'entre eux n'appréciait l'idéal nationaliste-civique Kamerunaise (Camerounaise) de la réunification, et encore moins l'audace de nationaliste-civique Camerounaise (les union-nationalistes) de prendre les armes contre "Les Dieux"(les colonialistes Français. Toutes les puissances occidentales conditionnées par leur crainte de l'Union Soviétique (URSS) et du communisme, pensaient que les Camerounais se penchaient vers l'Est. Et ce sont des alliés qui resteront toujours ensemble.

Les questions pour les Camerounais déshumanisés par le système imposé par la France depuis six décennies et les dictatures de leurs marionnettes Ahmadou Ahidjo (Premier Ministre de 1958-1960 et président ou chef d'Etat de 1960-1982) et Paul Biya (1972-1982 en tant que Premier Ministre et 1982- aujourd'hui en tant que président ou chef d'État) sont:

1. Comment les Camerounais peuvent-ils reconstruire l'alliance élargie contre le système accompli qui avait été accompli au début des années 1990, quand les nationalistes-civiques qui s'étaient auparavant identifiés à l'UPC rejoignirent le SDF et en firent un parti nationaliste- civique avec une présence national et qui embrassa pleinement le rêve de le "CAMEROUN NOUVEAU", le rêve du "Cameroun Nouveau" qui a alimenté la lutte de l'UPC contre la France et sa marionnette Ahidjo, le rêve du "Cameroun Nouveau" qui a poussé l'imaginaire de KNDP, OK etc dans la campagne pour la réunification qui a réalise l'état de la République Fédérale du Cameroun. Je parle de la véritable voie nationaliste=civique qui a continué à rejeter les régimes de Ahmadou Ahidjo et de Paul Biya (le système néocoloniale imposé par la France sur le Cameroun) même après que les renégats de l'UPC, du KNDP, du SDF etc. se soient conciliés avec le système, les rendant complices alors que le système continue de mener le Cameroun dans les abime?

2. Comment les Camerounais peuvent-ils reconstruire cette large alliance nationale qui est instinctivement Camerounaise et qui s'efforce de construire le Cameroun Nouveau qui va prendre en compte des Espoirs, des Rêves, des Réserves, des Peurs, des Préoccupations, des forces des différents peuples du Cameroun, tout en respectant les menaces (internes et externes) qui pèsent sur notre pays lourdement traumatisé? Ce Cameroun Nouveau est le seul marché du Cameroun à l'avenir.

LIRE AUSSI: Etoudi 2018: Maurice Kamto a hypothéqué sa victoire

3. Et comment les défenseurs du changement travaillent-ils ensemble pour démanteler le système et construire le «Cameroun Nouveau» qui est le rêve Camerounais incarné dans les principes de son nationalisme civique qui a commencé en 1910 comme une cause dirigée par Martin Paul Samba et Rudolf Douala Manga Bell, une cause qui en est à sa quatrième phase âpres trois tentatives infructueuses, toutes contrecarrées par des puissances étrangères qui dominent le Cameroun.

Et le plus tôt ceux qui croient qu'ils sont équipés pour diriger la lutte réalisent cela, alors le mieux pour eux-mêmes et les peuples Camerounais. Cette réalisation serait un avancement psychosocial très peu de ceux qui prétendent avoir des qualités de leadership peuvent s'élever le défi.

Auteur: Janvier Tchouteu