0

NOSO : le prix de l'erreur de Washington !

Biden Joe Paul Biya Cameroun Usa Le prix de l'erreur de Washington

Tue, 15 Jun 2021 Source: Bertin Metsengue

L’administration Biden milite activement pour la fin de la guerre dans les régions du Nord-Ouesy et du Sud-Ouest du Cameroun. Selon Bertin Metsengue le réveil tardif des USA va néanmoins permettre de mettre fin à cinq années de guerre. Le journaliste s’interroge sur les responsabilités des acteurs de ce désastre.

Alors que 03 financiers terroristes Ambaboys ont été arrêtés aux USA à la demande de Yaoundé, l’un des plus gros financiers de cette nébuleuse Lucas Ayaba Cho, demande à ses vulgaires criminels encore fidèles à lui d’arrêter les Ghoastown ( villes mortes ). Par ailleurs, l’on annonce les sanctions contre 30 officiels camerounais de l'armée et des hauts commis de l'État. Tout ceci arrive grâce au "oui " tardif des autorités américaines aux sollicitations du président Paul Biya . 5 ans après et plus de 2000 morts sur le carreau y compris un pasteur américain, pourquoi avoir attendu si longtemps ?

L’on s'achemine vers la fin de la crise NOSO. En effet depuis une semaine, il y a de gros changements significatifs de la part d'un partenaire de premier plan : Les Usa. Depuis la prise de parole d’Antony Blinken le 07 Juin dernier , rien ne va plus du côté Ambaboys. O3 financiers Ambaboys arrêtés et écroués aux Usa , Ayaba Cho qui demande de mettre fin aux villes mortes , car selon lui ,n'ayant rien apporté et bien d'autres dénouements heureux à venir dans les prochains jours démontrent que les ennemis de la République sont à épuisement face à la grande maîtrise et à la sagesse du président camerounais Paul Biya. Depuis 5 ans, une certaine communauté internationale a passé son temps à tenter de discréditer les méthodes de résolution de crise édictées par Yaoundé. Il leur a fallu 5 ans pour se rendre compte qu'ils se sont trompés et pourtant le pays payait cher le prix de leur partisanerie.

Biden désavoue HRW , le RHEDAC, le MRC ....

Les farouches défenseurs du terrorisme qui sévit au nord-ouest et au Sud-Ouest sont HRW , le RHEDAC , le MRC et bien d'autres Jean Michel Nitcheu qui n'ont eu de cesse d'accuser le gouvernement camerounais tout en béatifiant les vulgaires criminels qui commettaient les pires exactions que l'humanité ait connues. Des femmes égorgées, des enfants violés puis tués . Des enseignants décapités, les écoles et les édifices publics incendiés, et pourtant ces apôtres du chaos n'ont eu de cesse d'accuser l'État du Cameroun de refuser le dialogue. Ils ont maintenu cette stupide position au sein de l'opinion pour donner carte blanche aux Ambaboys de continuer de semer la terreur. Que dire donc de la branche communicationnelle Mimi Mefo , Biem Tong pour ne citer que ceux-là qui ont passé le temps à crédibiliser cette lutte fratricide contre leur propre pays.

Qui va payer la note ?

2000 morts, 12000 maisons d'habitations détruits. 300 écoles incendiées. Plusieurs dizaines de centres hospitaliers détruits. Des sociétés en faillite. Les deux régions déclarées zone économiquement sinistrée. Il faudrait plus de 1000 milliards pour reconstruire ces deux régions qui avaient atteint un seuil de développement remarquable. Pourquoi lorsque le Cameroun a fait la demande d'extradition avec preuve à l'appui des financiers Ambaboys à plusieurs pays occidentaux, celui-ci n'a pas été écouté ?A-t-il fallu attendre une tel bilan pour agir ? Au-delà des acteurs visibles les pays qui hébergent ces financiers avaient eux aussi choisi d'utiliser cette crise pour faire chanter le pays de Paul Biya. L'on se souvient que les Usa et la France étaient décidés d'envoyer une force étrangère au Cameroun en décrochant une résolution au conseil de Sécurité en décembre 2019 mais il a fallu le veto Russe pour mettre un terme à leur machination.

Le Régime de Yaoundé a t'il les mains propres ?

Du point de vue Stratégique, oui. Le président camerounais a mis tous les moyens en jeu pour que cette cette crise prenne fin très tôt. Mais plusieurs de ses collaborateurs s'inscrivant dans la logique de la succession ont choisi d'aller à contrecourant. Certains sont en prison d'autres sont encore en liberté. Les américains se trouvant dans une position d'échec tentent de laver leur image en livrant tous acteurs internes qui ont travaillé dans l'ombre pour envenimer d'avantage cette crise fratricide. Les Yankees parlent d'une trentaine de personnalités sur la ligne de mire. S'ils en apportent la preuve qu’ils ont amassé des fortunes des camerounais à leur profit égoïste et qu'ils sont à l'origine de la perte de 2000 compatriotes, alors ceux-là devront subir toute la rigueur de la loi. Cela est d'autant plausible que certains collaborateurs de Paul sont aussi des financiers des presses et télévisions locales qui font l'apologie de la haine et mènent une cabale contre l’image du président camerounais et du pays tout entier. Le temps de rendre compte est bientôt arrivé.

Auteur: Bertin Metsengue