2

NOSO: voici ce qui se cache réellement derrière le message du 'General NO PITY'

Video Archive
Fri, 24 Sep 2021 Source: Zona Coker

C'est une nouvelle sortie qui secoue la hiérarchie de l'armée camerounaise. Le chef de guerre sécessionniste ambazonien "General NO PITY" a adressé un message vocal à l'armée. Il se dit prêt à affronter toute force envoyée sur le terrain. Cette situation, selon l'activiste Zona Coker, est la résultante des mauvaises décisions prises par Yaoundé depuis le début de la crise.

Dans un « voice » qui circule sur la toile, le Général AMBAZONIEN NO PITY envoie un message à la république francophone de Yaoundé qui a mis sa tête à prix et qui se prépare à envahir son territoire, aux patriotes de Biya Bi Mvondo qui font trop de bruits sur les réseaux sociaux, aux parents qui envoient leurs enfants à l'abattoir et aux soldats qui acceptent de se sacrifier pour les vieillards et leurs enfants. NO PITY dit qu'il n'est pas dans la gesticulation, il pose des actes et il est responsable de ce qu'il fait. C'est vous qui faites le bruit depuis. Il a donc décidé de filmer ses exploits pour vous montrer ce qui se passe réellement sur le terrain et que YAOUNDÉ vous cachait depuis. Il constate malheureusement qu'au lieu de prendre conscience du danger qui vous guette, vous continuez dans le bavardage inutile.

Il vous envoie donc ces messages: ce n'est pas la taille de l'homme mais les guerriers en lui qui comptent dans une guerre. Même pas peur. Lui NO PITY le médicament de la folie de Biya Bi Mvondo est prêt pour vous physiquement et spirituellement. Il a confiance en lui et en ses hommes. Que vous veniez dans les airs, au sol ou par la mer, lui NO PITY votre DIEU est prêt et vous attend de pied ferme. Il est au courant des hommes que le gouvernement francophone de Yaoundé a envoyés à ses trousses, ceux-là sont des cadavres ambulants. Aux mères, des soldats, il dit ceci: il ne vous laissera plus enterrer vos enfants, il va désormais brûler leurs corps après les avoir tué et il va lui-même les enterrer là-bas. Je dis bravo aux soldats envoyés au NO-SO qui chaque jour désertent l'armée pour sauver leurs vies. À ceux qui rejoignent NO PITY sur le terrain pour combattre, je comprends votre colère.

Quand on vous parle, vous dites que vous maîtrisez. Tous ces patriotes qui encouragent la folie meurtrière de leurs financiers de Yaoundé depuis 4 ans sur les réseaux sociaux et les plateaux de télévision n'ont jamais connu la guerre. Ceux de moins de 40 ans n'ont même pas connu le coup d'Etat du 6 avril 1984, et les plus jeunes ne connaissent même pas l'ère des villes mortes de John Fru Ndi à Douala après le hold up électoral de 1994. Dans une guerre on tue on arrache le cœur encore chaud de ton enfant après l'avoir tué et on le mange avec appétit devant les caméras comme au Liberia de George WEAH. Dans une guerre on perce la tête d'un enfant de moins de 10 ans avec un objet tranchant et celui-ci supplie ses bourreaux de le tuer plus rapidement comme au Rwanda de Paul KAGAMÉ.

Voilà les réalités d'une guerre que vous les excités biyayistes ignorez en envoyant les enfants des autres à l'abattoir sous prétexte que vous êtres forts. La colère de ces gens qui ont vus leurs villages être calcinés avec leurs grands-parents malades dans les maisons, pendant que vous patriotes de Biya Bi Mvondo applaudissiez en les traitant de fous et d'animaux, vous ne la connaissez pas, mais vous allez maintenant la vivre en direct. Après des milliers de morts et des dizaines de milliers de déplacés, des NO PITY, il y'en a par milliers en ambazonie. Certains sont mêmes déjà dans vos villes prêtes à répondre en fonction de ce qui se passera chez eux. Le DIALOGUE aurait dû passer avant l'option militaire qui ne doit intervenir que quand toute autre option a été épuisée; surtout quand il s'agit des enfants d'une même nation. Vous avez décidé que la force des armes du KOLON primait sur le dialogue en famille. Nous y voilà, que le meilleur gagne. ABIM TÉ !

Auteur: Zona Coker