0

Ngaoundéré: un prélat sauvagement assassiné, le crâne fraturé

Eglise Mbangue Dans une église catholique

Sat, 4 Sep 2021 Source: Arol Ketch

Il y a trente ans Mgr Yves PLUMEY à Ngaoundéré a été froidement assassiné Le journaliste Arol Ketch raconte que dans la nuit du 2 au 3 septembre 1991 le prélat a été sauvagement attaqué des individus dans sa diocèse. "30 ans plus tard, le mystère demeure intact. Les principaux assassins du prélat courent toujours".



Qui a tué Mgr Yves PLUMEY ?

003.09.1991 – 03.09.2021 : Il y a 30 ans l’assassinat de Mgr Yves PLUMEY à Ngaoundéré. A cette occasion, son nom a été attribué à une avenue de la ville. Il s’agit de la route qui va de la cathédrale Notre-Dame des Apôtres de Ngaoundéré au Bois de Mardock. Une marche de fraternité a été organisée par les chrétiens en souvenir de cet homme de Dieu.

Mais qui est Mgr Yves PLUMEY ?

Yves-Joseph-Marie Plumey est né le 29 janvier 1913 à Vannes en France. Troisième d’une fratrie de quatre enfants, Yves Plumey a vite emprunté le chemin de la foi chrétienne. Il est ordonné prêtre le 29 juin 1937. Suivra en 1946, la vie de missionnaire. Chef de la mission d’évangélisation du Nord-Cameroun, il commence avec une équipe de 14 oblats. Le jeune prêtre est frappé à son arrivée par une scolarisation faible de 7%. Il pose son premier acte dans ce sens avec une école primaire qu’il crée. Plus tard, ce fut le collège Mazenod. En 1955, il est nommé évêque de Garoua puis archevêque de Garoua ; une charge qu'il conserve jusqu'à sa démission le 17 mars 1984. Il est alors remplacé par Christian Tumi.

Après son immense travail de missionnaire, Mgr Plumey s’était retiré à Ngaoundéré pour vivre sa retraite. Il avait choisi le climat agréable du plateau de l’Adamaoua après plusieurs années de travail acharné dans la chaleur des espaces sahéliens du nord Cameroun et du Tchad. Il était aussi connu à Ngaoundéré pour avoir ouvert le réputé collège Mazenod dans les années 50. Un collège qui a formé l’élite du Nord-Cameroun.

L’assassinat

Dans la nuit du 2 au 3 septembre 1991, deux individus, à bord d’un véhicule s’introduisent dans la concession du prélat qui est endormi. Les conjurés frappent désespérément à la porte du prélat. Le prélat qui semble avoir reconnu les voix de ses visiteurs nocturnes se lève et leur ouvre la porte. Erreur fatale. Il s’en suit une chaude altercation, puis une bagarre. Le prélat âgé de 79 ans a compris ce qui se passe ; on veut sa peau. Il se débat comme un beau diable mais malheureusement, ses bourreaux prendront le dessus sur lui d’autant plus qu’il a une santé fragile. Il s’écroule, le crâne fracturé. Ses bourreaux le ligotent avec l’aide d’un rideau.

Ils passent au peigne fin sa maison visiblement à la recherche d’un document. Toutes les enveloppes, tous les plis, tous les tiroirs sont ouverts et le lit est mis sens dessus-dessous. Leur forfait commis, ils fondent dans la nature.

En cette matinée du 3 septembre 1991, Bernard François Sah qui s’occupait de la propreté de la concession de prélat vient vaquer comme d’ordinaire à ses activités. A sa grande surprise, il découvre à l’entrée de la concession, sous les manguiers, des effets personnels de son patron. Il croise le cuisinier Martin Bouba venant également au travail. Les deux hommes trouvent la porte de la maison ouverte.

Ils découvrent le corps de l’évêque à l’entrée de son bureau, les pieds ligotés, le sang coulant de sa tête, dans les narines et la bouche. Ils alertent les responsables du foyer de la Charité qui habitent en face et qui à leur tour saisissent la police.

Notons qu’une semaine avant sa mort, Mgr Plumey avait été très actif durant la visite du Président Paul BIYA à Ngaoundéré. Il était l’une des rares personnes à s’être entretenue longuement avec le Président Paul BIYA. L’évêque assassiné était l’œil de la France dans le Nord Cameroun, il coordonnait un réseau d’informations pour son pays.

Le gardien, le chauffeur du prélat et un troisième larron ont été incarcérés dès le lendemain, mais l'enquête les a disculpés plus tard. Faute de preuves, la police s’était évertuée à trouver des coupables, pour se donner bonne conscience.

30 ans plus tard, le mystère demeure intact. Les principaux assassins du prélat courent toujours.Les obsèques du prélat ont été à la hauteur de la carrure de l'homme, de sa réputation, de son œuvre, lui qui a pendant 45 ans marqué toute la partie septentrionale du Cameroun et du Tchad. Mgr plumey décédé, son œuvre lui survit. Il était un homme proche autant des grands que des petits, des riches que des pauvres. Sa porte était ouverte à tous.

Mais pourquoi a-t-on assassiné Mgr Yves Plumey ? qui l’a assassiné ? quelle a été la réaction de son ami le président Paul Biya après ce crime macabre ?

En attendant de voir mes enfants grandir, j’apporterai des réponses à ces questions très bientôt dans un nouvel épisode « Arol KETCH Raconte » sur NAJA TV.

Auteur: Arol Ketch