3

Nouveau gouvernement: comment le G20 s’est ridiculisé devant Biya

Paul Biya Et Ses Proches Les leaders du G20 négocieraient un poste dans le gouvernement

Thu, 22 Nov 2018 Source: Le Pelican No 231

Avec Momo originaire du département de la Ménoua, le Rdpc a eu le score le plus bas qu’il n’a jamais eu dans cette localité même en 2011, il avait un score un peu plus elevé. Momo est homme politique de Douala 5ème où il est conseiller municipal. Toujours dans cet arrondissement, le Rdpc a eu un score bas que celui de 2011. Quelle a été sa contribution ? Certains observateurs avertis pensent que les membres du G20 ont plutôt tiré le Rdpc vers le bas.

Sinon, comment Comprendre que dans sa base électorale de Douala 5ème le Rdpc en est arrivé à perdre avec un score moins élevé que celui de 2011 année ou Momo affrontait le président Biya? Aujourd’hui Momo et comparses revendiquent des postes tant au gouvernement que dans certaines sociétés publiques. L’on serait tenté de leur poser une question vulgaire. Les postes qu’ils revendiquent c’est par rapport à quoi ?qu’est qu’ils ont apporté en plus ?

Même ses supposés anciens électeurs n’ont pas cru bon de voter le candidat soutenu par Momo aujourd’hui et qui jadis était son adversaire. Le rdpc a eu moins de voix qu’avant tant dans son département d’origine la Ménoua que dans sa base politique à Douala 5ème.

Les cas Bapooh Lipot, Banda Kani…

C’est la même chose. Le Rdpc a été malmené dans le Nyong et kelle par un jeune néo politicien en la personne de Cabral Libii .Banda kani aussi est un homme politique de Douala 5ème outre ses nombreuses prises de position qui du reste relèvent de sa vision ou de sa pensée des choses n’a pas fait mieux que son camarade de la coalition Momo. Au regard de tout ce qui précède, l’on peut plutôt dire que ces personnes ont plutôt été des portes malheur au Rdpc. Elles ont intérêt à se taire si elles veulent encore jouir du peu d’intérêt que certains leur accordent encore.

LIRE AUSSI: Etoudi: fuite de la liste confidentielle du prochain gouvernement

« Oui qu’ils se taisent » affirme un homme politique du Cameroun qui pour des raisons d’ordre professionnel a préféré garder l’anonymat. Le peuple camerounais doit se rendre à l’évidence que ces personnes sont arrogantes au point de rêver jouir de certains postes en guise de récompense. Ces politiciens d’un autre genre devraient se taire et ne rien réclamer .Ils n’ont pas montré où est-ce qu’ils ont mobilisé leurs militants non seulement à s’inscrire sur les listes électorales mais aussi et surtout à plébisciter le moment venu, le président candidat, Paul Biya.

Des militants, en ont-ils vraiment ? Cela est une autre paire de manches car Il semble évident que, qu’ils soient pris séparément ou bien en groupe, les membres du G20 ne pèsent pas très lourd sur l’échiquier électoral. Soit ! La lecture politique est scientifique. C’est-à-dire que, c’est pile ou face. Quand tu dis que tu as des militants, ceux-ci devraient voter en faveur du choix que tu as opéré. La consécration d’un travail bien fournie, c’est le résultat. Quand il n y a pas résultat, qu’importent les arguments que tu peux avoir, tu as échoué.

Le cas des autres

Le Pouc, l’Amec, le Merci...ces responsables de certains partis politiques de l’opposition au lieu de se taire et de faire profil bas, ils écument pour certains, quelques plateaux et de radios et télévisions en se prévalant d’un apport indéniable pour la victoire du président candidat Biya. Toute chose qui leur donnerait droit à la promotion à certains postes de responsabilités dans l’appareil dirigeant de l’Etat.

Seulement, l’affichage du G20 pour la cause du candidat du Rdpc n’a-telle pas contribué à l’échec du travail abattu par les responsables du Rdpc dans certaines parties du Cameroun où ces présidents de partis politiques ont établi leurs bases politiques ?La réponse à cette préoccupation coule de sources.

Dans leur manœuvre aux relents d’intérêts personnels, les membres du G20 ont lamentablement échoué parce que n’ayant pas réussi à convaincre non seulement leurs propres militants pour ceux qui en ont mais aussi d’autres camerounais qui étaient encore dubitatifs. Leur engagement à soutenir le président candidat Paul Biya devait constituer une force supplémentaire.

Hélas! C’est plutôt l’effet contraire qui s’est produit. Tu es conseiller municipal quelque part le parti que tu supportes au lieu d’engranger le maximum de voix, s’en tire avec quelques maigres voix avec un pourcentage qui frise l’humiliation, cela veut tout simplement dire que votre engagement était d’un apport zéro dans le meilleur des cas et d’une influence négative avec pour effet nocif, un score inférieur à ceux antérieurs sans cette greffe nommée G20 dont la volte-face comportementale de certains individus qui constituent ce G20 a écœuré plusieurs camerounais qui, avec dignité, assument leur prise de position.

LIRE AUSSI: Un Colonel meurt en séparant la bagarre de ses deux épouses

Il est temps que ces constituants du G20 comprennent que parce qu’ils n’ont rien apporté de plus au Rdpc et à son candidat Paul Biya, ils n’auront droit à rien lorsque le président de la République réélu et qui après sa prestation de serment le 06 novembre 2018 jouit pleinement de sa légitimité de Chef de l’Etat va, tel qu’il l’a annoncé dans son discours d’ouverture de septennat de grandes opportunités, opérer le choix des hommes et des femmes devant l’accompagner à réaliser tous les projets qu’il nourrit pour le Cameroun en ce nouveau septennat.

Il ne faudrait pas que, lorsqu’en toute logique ils ne vont rien recevoir de l’homme du 06 novembre qui, au nom de l’amour et le respect que lui vouent les Camerounais de toutes les régions du Cameroun a, avec panache remporté le scrutin du 07octobre 2018 en devançant de 57,05% son challenger, qu’ils ne se plaignent point. Sinon, chaque Camerounais qui ne fait même pas l’unanimité au sein de sa propre famille et qui aspire à une fonction dans l’appareil gouvernant de l’Etat, pourra se lever et réunir quelques amis dans un hôtel de la place ou à l’étranger avec l’aide ou pas de certains ministres « zélés », pourra se lever et clamer son pseudo soutien au président de la République et espérer par la suite être nommé. Trop facile dira quelqu’un.

Comme si cela ne suffisait pas, avec l’aide de certains apparatchiks qui constituent le piedcassé de l’actuel gouvernement, ce G20 a cru bon de donner des leçons il y a quelques jours, à un candidat à cette élection présidentielle du 07 Octobre 2018, qui, en dépit de ses actes antirépublicains pour le moins déplorables et condamnables, a démontré électorat à l’appui, qu’il était un homme politique à respecter. La preuve ! A une élection x, Seul contre tous les membres du G20 réunis, il est clair qu’il va les laminer. De leur affichage pour le président Biya certains membres du groupe ont bénéficié d’une promotion au niveau des médias qu’ils n’auraient jamais eue auparavant, même sur les réseaux sociaux, leurs comptes sont plus visités qu’avant.

Tout cela attire l’attention sur eux, et les met au-devant de la scène politique .Seulement, aujourd’hui mieux qu’hier, le G20 qui a le plus profité du Rdpc car ayant de façon opportuniste déclaré son « soutien » à Paul Biya, doit s’atteler à convaincre les Camerounais à choisir leurs candidats respectifs lors des prochaines échéances électorales qui pointent à l’horizon à savoir les législatives et les municipales.

Ainsi, au nombre des conseillers municipaux et députés élus en leur sein, ils pourront en ce moment-là, auréolés par ces « victoires » reflet de leur véritable valeur sur le terrain, espérer bénéficier de la confiance du Chef de l’Etat pour l’accomplissement de certaines tâches ou missions républicaines.

Auteur: Le Pelican No 231