2
MenuWallOpinions
Articles

'On ne change pas un régime en criant et en gesticulant'

Sun, 25 Aug 2019 Source: Edouard BOKAGNE

Une chose m'intrigue particulièrement chez les militants du MRC et leurs suppôts : c'est leur acharnement à dénigrer chaque aspect de la vie et des institutions du Cameroun. On peut leur pardonner les amalgames, (quand ils s'y mettent, tout y passe) ; ce n'est pas l'instruc-tion qui abonde le plus chez eux, ou bien l'en-vie de réfléchir quand cette instruction existe.

Ce qui ne se comprend pas, c'est leur idée quasiment sectaire du pays. Il y a toute une terminologie : le régime au pouvoir est une "dictature reptilienne", nos forces de défense et de sécurité sont "la milice de Biya" (certains disent carrément "la milice Bulu") ; et d'autres graciosités de la même veine.

Dans leur esprit, tout ce qui s'oppose au régi-me est bon ; d'où que ça vienne. Ils se mas-quent à peine pour soutenir l'effort grossier de sécession du pays. Ils défendent avec un engagement suspect l'idéologie, la cause et les leaders séparatistes. En réalité, ces gens ont eux-mêmes un comportement séparatiste qui, lui, ne s'appuie sur aucune autre idéologie que celle qui dit Kamto président de la République.

Essayons de suivre leur raisonnement tortueux et faisons de Kamto notre président, ne serait-ce qu'en imagination. La "milice Bulu" se met-trait au garde-à-vous et lui présenterait les hon-neurs. La "dictature reptilienne" deviendrait une démocratie idéale puisque, par un coup de ba-guette magique, il transformerait le "peuple zombifié" (Ékanga) que nous sommes en cito-yens de l'universel. Nous deviendrions évolués, comme cette dame de la BAS qui montrait ses gros nichons en plein Paris au nom de la résis-tance. C'est dans tous nos ministères, (et non plus aux ambassades) qu'on irait faire pipi-ca-ca pour montrer notre patriotisme. Il serait un peu plus vivant, le régime de Kamto !

Il n'y a pas de magie dans ces choses-là. On ne change pas un régime en criant et en gesticu-lant, mais en se montrant plus habile que lui. Si c'est par la voie institutionnelle - comme le MRC prétend le faire - pourquoi en même temps sape-t-il ces institutions ? Je passe sur le mépris prononcé du Conseil Constitutionnel que Kamto ne reconnaît pas compétent pour prononcer le vainqueur des élections. Je m'at-tarde plutôt sur la clé de ces élections : le corps électoral.

Vous a-t-il échappé que ce corps n'avait que 6 millions d'électeurs alors qu'il aurait dû en avoir au moins 11 millions ? Qu'a fait Kamto pour que ses électeurs s'inscrivent ? Je ne parle pas des efforts actuels de Madame Ti-riane Noah en ce sens. Au contraire, il a com-battu - avec rage - le seul qui militait ouverte-ment pour l'inscription sur les listes : Cabral Libii. Il y voyait un obstacle. Résultat : la plupart de ses soutiens sont des gens sans cartes d'é-kecteurs qui gesticulent dans la rue. Deman-dez-leur leur carte. Ils vous opposeront la non crédibilité du système électoral.

Si le changement est par voie institutionnelle, et donc démocratique, ce ne peut plus être par voie insurrectionnelle. Mouvoir les foules pour les pousser à défier l'autorité, parfois avec la stupidité d'un Mamadou Mota, devient dès lors contre-productif ; surtout si, comme cela s'est bien vu, la foule ne fait pas foule.

Mais le vrai problème de Kamto Président, ce n'est pas Paul Biya. Lui jouit, (au propre et au figuré), de l'effectivité du pouvoir. Le problème de Kamto président, c'est l'opposition camerou-naise qui - elle le lui montre bien - n'est pas d'accord avec lui. Certes, elle ne lui souhaite pas ses malheurs et globalement appelle à sa libération. Mais à dire vrai, elle n'en veut pas à la place du régime actuel. Quelque chose lui dit qu'il pourrait être un monstre encore pire que celui qu'elle combat. On peut faire confiance aux politiciens. Ils ont du flair pour ces choses là. Alors, Kamto président de la République, c'est pas pour demain !

Auteur: Edouard BOKAGNE

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.