0

‘Pendant que l’opposition organise des concerts en Europe, la succession de gré à gré se déroule à Yaoundé’

Paul Biya Va Bien.png L’opposition actuelle ne fait que multiplier des bourdes d'après lui

Tue, 24 May 2022 Source: Jean-Claude Mbede

• L’opposition actuelle ne fait que multiplier des bourdes

• C’est ce qu’à affirmer Jean-Claude Mbede Fouda

• Le journaliste s’est exprimé à travers une tribune sur sa page Facebook



Jean-Claude Mbede Fouda revient sur l’élection présidentielle de 2018 qui a vu la victoire du président sortant Paul Biya. Il partage avec ses followers la stratégie qu’il a proposée à l’opposition dans une tribune publiée sur sa page Facebook. Une proposition « qui m’a valu d’être exclu et renié par certains qui étaient mes amis. Ils ont choisi une stratégie insurrectionnelle aveugle sans en avoir scruté ni interrogé la faisabilité. »

Ci-dessous l’intégralité de sa tribune :

Ma Transition politique idéale au Cameroun

Nous sommes le 7 octobre 2018. Les bureaux de vote pour l’élection présidentielle au Cameroun ont fermé leur battant la veille et les dépouillements sont achevés.

Les candidats de l’opposition, conscients de la réalité sociopolitique, ont pris acte que le président de la république sortant, a décidé de se représenter malgré le poids de l’âge, pour parachever certains chantiers liés à la souveraineté nationale et à la transition politique qu’il souhaiterait pacifique.

Par cette prise de conscience, dans le vestiaire des états majors de l’opposition, tout le monde sait que le parti au pouvoir est le mieux implémenté sur le territoire national , avec plusieurs militants. Ceux-ci constituent la majorité des inscrits sur les listes électorales. Pour le parti au pouvoir, avec ce fichier électoral, aucune élection n’est perdable par les urnes. En plus le parti au pouvoir bénéficie des moyens de l’état par ses membres – élites.

Les stratèges de l’opposition savent que leur candidat n’a aucune chance, mais comme en politique le mensonge et la fourberie sont les maîtres mots, ils se cherchent une sorte de sortie honorable. C’est à cela que servent les consultants. Ultra payes pour trouver des solutions impossibles scientifiquement. Le mot de passe c’est de rester républicain. Pour éviter de se mettre à dos l’opinion.

Pour l’opposition l’image renvoyée dans l’opinion publique est importante car elle déterminera la succession. Aucune révolution ne pouvant se faire sans le peuple et l’armée.

Alors le 7 octobre 2018, les différents candidats de l’opposition font des sorties, tour à tour, pour remercier leur électorat , féliciter le peuple pour sa maturité et sa participation au scrutin, et appeler à la patience pour la publication des résultats et au respect du verdict des urnes.

Ce refrain sera repris en chœur par les candidats de l’opposition durant toute la période d’attente des résultats proclamés par la cour constitutionnelle.

Les irrégularités et fraudes observées sont portées devant les juridictions et l’opposition en fait exposition devant la cour qui tranche en dernier ressort. L’opposition appelle au respect des institutions, des décisions de la cour constitutionnelle et du verdict des urnes.

Le jour de la proclamation des résultats, les partis de l’opposition prennent acte des résultats (prévisibles selon la réalité du terrain) et félicitent le président élu. En appelant à une étroite collaboration pour le plein succès de son mandat. Le peuple applaudit des deux mains cette opposition moderne et responsable qui le rassure pour l’avenir. Car celui qui sait perdre sait encore plus gagner.

Ils participent tous à la cérémonie de prestation de serment du président proclamé élu. En faisant des déclarations à la presse sur leurs attentes. Car l’élection est terminée.

Pour une éventuelle participation à un gouvernement d’union nationale , voulue par le président élu qui voudrait marquer le coup pour son dernier mandat, l’opposition réunie, apporte des conditions préalables à remplir par la majorité: projet de loi sur la double nationalité, structure et statut adéquat pour in meilleur encadrement de la diaspora dans le processus de développement du Cameroun.

Le dialogue national inclusif est exigé avec les tons er metodes républicains. Un projet de loi sur le changement consensuel du code électoral est inséré dans ce “marché politique”. Cela se fait ailleurs dans les plus grandes démocraties. À combien plus forte raison au Cameroun, avec l’exigence africaine dun dialogue fraternel sous l’arbre à palabres. Surtout: que ce mandat soit le dernier du (vieux) président élu.

Lors de leurs tournées occidentales, les leaders de l’opposition condamnent fermement les exactions des séparatistes au NoSo et appellent à la fin de leur financement par la diaspora. Ils appellent les séparatistes à déposer les armes face à l’armée nationale républicaine, avant tout dialogue. Car c’est aux hors la loi de déposer les armes face à l’état.

L’opposition reconnaît qu’il nya pas de guerre au NoSo, mais une mission régalienne de rétablissement de l’ordre par les soldats de la république qui veillent au sommeil de smillions de citoyens en y laissant parfois leur vie.

L’opposition rassure le peuple et les partenaires étrangers qu’elle n’entend pas diviser le Cameroun en profitant des séparatistes pour arriver au pouvoir à tous les prix.

Les organisations de la diaspora sont priées par l’opposition de respecter l’ordre établi ainsi que les institutions et ceux qui les incarnent.

L’opposition multiplie ke dialogue avec les représentations diplomatique camerounaises à l’étranger pour plaider en faveur d’un meilleur encadrement de nos concitoyens.

L’opposition participe aux élections municipales, régionales, législatives et se fait représenter à tous les niveaux des institutions pour y donner de la voix.

L’opposition veille au respect de l’accord avec le gouvernement pour l’application des projets de loi dudit accord.

L’opposition dresse une liste des intelligences camerounaises de la diaspora secteur par secteur, à travers un appel à CV sur un site web ad oc où chacun déposerait le sien.

Une commission conjointe de la plate-forme de l’opposition sélectionne et classifie ces expertises camerounaises.

La même plateforme examine le cas des réfugiés politiques, ceux qui ont fui le Cameroun et qui pourraient être inquiétés en raison de leurs convictions religieuses ou politiques. Ou pour quelque prise de position que ce soit. Leur cas est examinée un à la fois pour une demande d’amnistie générale.

L’opposition considère que l’armée au NoSo est dans son rôle dans La Défense de l’intégrité territoriale. Et soutient nos soldats sans réserve. Et sans essayer de faire croire qu’ils sont là bas pour exterminer nos concitoyens.

Toute attaque extérieure destinée à notre armée nationale est condamnée par toute le monde : médias, opposition , société civile et pouvoir.

L’opposition relance, avec dynamisme, l’opération d’inscription sur les listes électorales, pensée et suggérée en 2008 par Chief Mila Asoute et copiée par un de ses anciens “enfants”, le politicien des “jeunes”.

L’opposition soutient l’organisation de la CAN au Cameroun, terre du football, en sachant que le football (et le sport en général)est la meilleure version de la diplomatie de notre pays. Car, en plus les infrastructures ainsi héritées permettrons l’émergence de nouveau talents.

L’opposition participe aux cérémonies d’ouverture et de clôture de la compétition.

Le 20 mai, l’opposition qui jouit d’une immense considération et estime des camerounais, soudés et unis , sans relent de tribalisme, dans sa grandeur républicaine, constate que la santé et l’âge du président de la république sont déjà un frein à la bonne marche de l’état.

L’opposition , crédible, responsable et respectée, forte de sa légitimité et popularité, multiplie des sorties dans les médias et prends les camerounais et la communauté internationale à témoin face à cette incapacité pour le président, en raison des problèmes de santé ou d’âge, à terminer son mandat.

Le peuple est en extase face à cette opposition responsable et la soutient dans sa dénonciation. La vie politique s’anime. Le pays donne l’exemple de sa population comme étant civilisée et disciplinées . Mais surtout mature.

L’opposition crédible, multiplie des rencontre avec l’armée et les diplomates pour faire constater ce manquement physique du président. Et appeler à des élections anticipées.

Le peuple est fier de son opposition. Des camerounais de partout, sont fiers des leaders de l’opposition et les accompagnent dans cette soif de changement.

Nous sommes le 6 novembre 2022: le président de la république annonce que sa santé ne lui permet plus de poursuivre son action. Il annonce des élections anticipées. Au terme desquelles, il cédera sa place à un successeur élu au terme d’un scrutin dont il sera l’arbitre.

Il s’agit d’une démarche gagnant gagnant ou personne ne se sent humilié, ni le sortant, ni les dauphins présumés.

Un congrès du parti au pouvoir est organisé. Les partis de l’opposition, prêts depuis 2018, sont prêts pour la bataille.

La date de l’élection est fixée en mars 2023. Elle s’annonce engagée et passionnante. Le pays vibre au rythme de cette nouvelle ère annoncée qui booster même l’économie.

Tout le monde attends l’élection.

Voilà la stratégie que j’avais proposée à l’opposition et qui m’a valu d’être exclu et renié par certains qui étaient mes amis. Ils ont choisi une stratégie insurrectionnelle aveugle sans en avoir scruté ni interrogé la faisabilité.

L’opposition actuelle a multiplié des bourdes: Soutien aux séparatistes , stigmatisation et criminalisation de l’armée nationale et républicaine, promotion du tribalisme et des replis identitaires, violence contre les citoyens à la pensée politique différente… agression de la culture, destruction des ambassades, financement des séparatistes.

Et pendant qu’elle fait son désordre et organise des concerts en Europe, la succession de gré à gré se déroule en douce à Yaoundé.

Auteur: Jean-Claude Mbede
Related Articles: