0
Opinions Thu, 21 May 2020

Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Réapparition de Paul Biya à la télé: débandade totale à la BAS

Le MRC, et surtout leur branche armée pompeusement appelée "BAS", ont réussi à faire quelque chose d'incroyablement époustouflant : faire la publicité de Paul Biya.

Tout est parti, il y a sensiblement deux mois, d'un fake news minutieusement tissé et largué sur les réseaux sociaux. Le fake annonçait, en grandes pompes, la mort de Paul Biya, après une supposée évacuation sanitaire.

Tout le tintamarre savamment orchestré par le largage de ce fake news a fait son effet. La toile a bouillonné. Apparemment, l'objectif était d'orienter tous les regards et attentions vers... Ntounfinga, le "président héluh". Et pourquoi donc? Juste pour la pub-publicitaire? Ou alors pousser les masses de suivistes incultes MRCistes dans la rue, direction Étoudi, que Biya s'y trouve vraiment ou pas?

La deuxième hypothèse paraît plausible, car c'est justement après le "sale boulot" de com, en amont, que Ntounfinga va rentrer dans la danse, tempêtant des ultimata au Président de la République.

Lesquels donc: << Que Monsieur Biya se montre en public; qu'il prenne la parole. Qu'il parle aux Camerounais. Qu'il apporte la preuve qu'il est en vie >>.

Sinon le <> (ce fameux "peuple"!) prendra son destin en mains. C'est-à-dire qu'il (le <>) irait installer Ntounfinga à Étoudi. Paraît que c'est la Constitution de Santa Barbara qui le prévoit.

Et c'est ainsi que le heluh de son parti va enchaîner des délais et des derniers délais. En vain.

Il était loin d'imaginer que le jeu de sôngô dans lequel il venait de s'engager a pour grand maître la cible qu'il voulait utiliser: Paul Biya.

Paul Biya va donc décider d'utiliser, une fois de plus, ces MRCistes boucantiers en sa faveur.

Et comment? Il va laisser tourner la mayonnaise. Il va faire "le mort". Dans un silence de plus en plus assourdissant. Plus il est silencieux, plus Ntounfinga fait du boucan, plus les MRCistes crient, et plus le suspense est entretenu. En schéma simplifié : Biya travaille en mode furtif et dort tranquillement au Palais, tandis que Ntounfinga et sa masse de Ntounfingalâtres piétinent les rues, chantant toujours et toujours un nom: <>.

Au point où certains vont commencer à croire à la version du MRC, qui va haranguer ses foules, en amplifiant le refrain d'un <> en tractation au palais.

Suspense!

Biya va donc décider de leur tapoter la joue. Il reçoit l'ambassadeur de France. Une sorte d'avant-goût.

Boom! Les Ntounfingalâtres vont pondre des médecins légistes et mathématiciens spécialistes en décryptage de nécro-photographie. Ce n'est pas lui !

Mais là, les observateurs silencieux commencent à douter de la crédibilité de Ntounfinga et tous ses Zexperts conseillers.

La confusion va bon train. Ntounfinga est coincé. Il se retire à Santa Barbara. Biya sourit. Il sait qu'il a la balle du coup de grâce. Il l'a gardée pour...

Le 19 mai 2020. En effet, Biya ayant annulé les célébrations publiques en raison du covid, sait que c'est le moment propice pour s'adresser à la Nation. Chose rare, le 19 mai. Mais en raison du covid, il faut rassurer. Il parlera à la Nation. Mais en bon joueur de sôngô, il fera d'une pierre deux coups.

Biya <> finit donc par <>. Il est tout neuf, tout sec, propre. Il parle, droit sur ses 87 ans. Sec et frais. Il tient en haleine des centaines de milliers d'internautes et plus de 20 millions de téléspectateurs et auditeurs. Sa gestuelle est la même : l'oeil gauche qui cligne plus que le droit, les doigts qui se croisent, la main droite qui fait des va-et-vient secs à gauche et à droite et, cerise, sur le gâteau, ce reste de noix de kola dans la bouche, qui est toujours mâché lors des pauses brèves de trois secondes. C'est donc lui. C'est Biya même-même.

Cette fois, la joue des Ntounfingalâtres n'est plus caressée: elle vient de recevoir une grosse claque.

Désillusion chez ceux-là. Deuil à la limite. Ils essuiront railleries, quolibets, sarcasme, de la part de ceux qu'ils avaient essayé de manipuler dans leur boucan.

Les Ntounfingalâtres réalisent leur ridicule. Ils réalisent l'erreur stratégique monumentale qu'il ont commise en politique: ils ont eux-mêmes fait la pub en faveur de Paul Biya. Ntounfinga vient d'offrir SON penalty à Biya, sans gardien dans les buts. Et Biya a marqué les bêtises, les yeux bandés. Même ceux qui n'aimaient pas Biya avant déclarent ouvertement qu'ils le préfèrent désormais à cette bande de fous-tintins qui se contredisent à chaque seconde.

Il y a même la photo célèbre de cette grand-mère, devant un téléviseur qu'elle fixe, toute estomaquée : c'est Biya <>, en direct. Biya est donc ressuscité! Alléluia, et au diable Ntounfinga et ses prétentions ! La mémé a-t-elle retenu ce que <> a dit? Oui. Nkorona. Que tout les efforts sont faits pour combattre Nkorona. Le reste? Elle s'en fiche! Là n'était même pas sa préoccupation, pour être honnête! Comme de millions d'autres personnes, elle voulait être rassurée que le Président est bel et bien vivant et en bonne santé. Et il l'est, <>. Conséquence: côte de popularité de Biya AU TOP. La force de l'expérience tranquille vient une fois de plus de bombarder un grand coup de maître. Sans effort aucun. Propre.

Débandade totale en face :

Ntounfinga perd sa crédibilité et se terre dans son trou à Santa Barbara, la queue entre les jambes ;

Nyamsi perd l'adresse de sa main gauche;

Bona perd ses cheveux;

Les Ntounfingalâtres perdent leurs têtes de vas-je-va bavardageurs;

Datchoua perd ses likes pour avoir osé poster une photo-coulisse de Biya avec ses deux oreilles (surtout la droite!) en évidence;

Boris Bertolt perd son sang froid face à ce cercle pensant de MRCistes qui ont fait pression sur lui pour qu'il déclare Biya mort;

Rémy Ngono perd le jaunâtre de son ndjangsang mal huilé;

Et Nganang qui observe tout ce triste monde et perd ses larmes après avoir pissé de rire.

Comme quoi, une fois de trop, c'est Biya qui a gagné.

Échec et mat. ????

Journaliste: Jack Bessala

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter