0
Opinions Thu, 8 Apr 2021

Remember Genocide : 27 ans déjà ! Quelles leçons pour le Cameroun ?

Ce jour marque le 27ème anniversaire du début génocide Rwandais le 07 Avril 1994. Cet acte honteux pour l’humanité a décimé plus 1 millions de Tutsi pour des raisons que seuls ceux qui l’ont commandité savent. 27 ans plus tard le souvenir est toujours frais dans les esprits des africains. A la lumière de ce triste anniversaire, quelles peuvent être les leçons à tirer pour le Cameroun victime d’une manipulation similaire dans ses régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis bientôt 5 ans ?

07 Avril 1994, si les Rwandais avaient su !

À la suite de l’assassinat lâche et barbare commandité par certains pays impérialistes du président Abiharimana en tout début avril 1994, décès survenu par crash d’avion bombardé par des mercenaires occidentaux, les Hutu s'en sont pris aux Tutsi les accusant d’avoir tué leur président pour prendre le pouvoir. Mais le plus incompréhensible est que Tutsi et Hutu partage en commun une même langue nationale. Les uns sont Eleveurs (Hutu) et les autres (Agriculteurs). Pour amplifier cette boucherie une célèbre triste radio appelée Radio Mille colline diffusait des informations incendiaires pour attiser la haine entre les deux groupes frères par la même langue, frère par la même tradition et frère car appartenant à la même nation le Rwanda. Les Hutu tuaient leurs frères Tutsi qu’ils appelaient trivialement des "cafards "

27 ans plus tard les frères Tutsi et Hutu éprouvent un profond regret, le mal est tellement profond qu’au Rwanda les promoteurs du repli identitaires sont susceptibles d'être lapidé par la population. Pourtant au pays des Lions indomptables certains leaders d’opinion en quête de buzz continuent d’en faire la promotion. Le 237 n, a-t-il pas tiré les leçons de l’expérience Rwandaise ?

Aucun anglophone ou francophone, seulement des Camerounais !

Si le tribalisme a toujours existé au Cameroun, il n, jamais atteint les limites actuelles. Tout a commencé avec une crise d’une certaine diaspora du Nord-Ouest en complicité avec certaines pontes du Régime déçus dans leur tentative de prendre le pouvoir avec la bénédiction des réseau impérialistes ont cru bon" Rwandardiser " le Cameroun en instrumentalisant les jeunes de cette partie du pays à commettre des horreurs sur le fallacieux prétexte d’une lutte indépendantiste. Le plan tissé par ceux-ci était de liguer les ressortissants de ces deux régions que ces vulgaires et lugubres manipulateurs appellent " anglophones " contre ceux des 08 juives autres régions que ces malfrats appellent " Francophones ". Au début cela a failli marcher mais les camerounais de ces régions n’ayant pas souscrits à cette malsaine machination, ont été pris à partie par ce groupe de jeunes drogués et dresser pour tuer. Les populations meurtries n’avaient alors d'autres solutions que de se réfugier dans les autres régions. 5 ans plus tard, les observateurs avertis s’accordent à dire que le Cameroun a failli mais cela n’a pas été sans lourdes pertes à ce jours les pertes en vie humaine avoisinent les 2000 morts 12 000 logements détruits des routes coupées des édifices gouvernementaux et administratifs incendiés.

Bamiléké et Béti ont compris le piège !

En 2018 pendant que cette crise qualifiée par ces manipulateurs de crise autonomiste une autre menace guettait le pays de Paul Biya, celui de l’ethno fascisme. Tout commence par une malheureuse déclaration du Candidat Maurice Kamto au conseil constitutionnel, déclaration stigmatisant le peuple Bulu " dites où on fait le concours Bulu ". Jamais dans l’histoire du Cameroun un acteur politique de premier plan n’a eu de tels propos malsains à l’égard d’une partie du peuple camerounais, jamais. Néanmoins Ce morceau de phrase a radicalisé certains camerounais de sa tribu au terroir vivant en occident qui ont avec mis en place un groupe obscurantiste et très dangereux qui a vandalisé l’ambassade du Cameroun à Paris , interdit à tous les artistes et acteurs politiques non Bamiléké de rentrer en Occident sinon ceux-ci couraient le risque d’être agressé physiquement et devoir leur activités annulée ou perturbé. L’Elysée a vite repris ce groupe pour en faire un outil de chantage contre le pouvoir de Yaoundé. Ce groupe désormais instrumentalisé par Paris pour agresser physiquement Paul Biya le président camerounais dans son hôtel à Lyon. Si ceux-ci avaient réussi ce macabre plan et que l’irréparable s’était produit. Tenant compte de ce qui précède, Les Betis auraient fait ce que les Hutus avaient fait. Dieu merci les forces super entraînées de la garde rapprochée du chef de l’Etat camerounais étaient parées.

Les autorités camerounaises et les parlementaires doivent durcir les lois contre le repli identitaire et les propos haineux et stigmatisant certains groupes ethniques afin de neutraliser ce danger qui rôde autour du Cameroun. Le Rwanda parle beaucoup au Cameroun comme la triste expérience de radio mille collines parle aux médias camerounais ! Ce qui rassemble les camerounais est bien plus importants que leurs divergences tous les acteurs et leaders politiques doivent y converger.
Auteur: Bertin Metsengue