2

'S'il y a une guerre entre tribus, les victimes seront des Bamiléké'

Bamilekeroi La chefferie chez les Bamiléké

Fri, 23 Nov 2018 Source: Georges Atangana

L’élection présidentielle du 07 octobre 2018 a conduit , actuellement , le

Cameroun au bord du gouffre. Si les dirigeants actuels, avec en face l’universitaire qui conteste les résultats du scrutin, ne font pas preuve de lucidité et de sang-froid, nous risquons d’assister à une guerre fratricide entre les « sardinards » et les « tontinards ».

Qui joue avec le feu en encourageant la haine tribale ? En 36 ans de gestion catastrophique de ce pays, un groupe très minoritaire de soi-disant « élites » Bulu et Béti, avec des complices provenant de toutes les autres régions du pays, a pillé les caisses de l’ État, dépensé et joui de façon scandaleuse et

ostentatoire. Ces élites ont oublié leurs frères dans la misère, sans routes, sans emplois, sans électricité, sans eau potable. Depuis la campagne électorale ces égoïstes se souviennent subitement des frères qu’on encourage, à l’aide de boîtes de sardines, à détester les envahisseurs qui veulent arracher les postes financièrement juteux occupés majoritairement par ce groupuscule Bulu. Précipitamment ces pillards organisent un recrutement massif dans les forces armées (B.I.R et Garde Présidentielle) pour préparer la guerre.

A LIRE AUSSI Je suis victime d’une cabale sorcière - Jacques Maboula Mboya

En face, les autres Camerounais, rongés par le chômage, les maladies et la pauvreté, attendent de pied ferme le coup d’envoi des hostilités pour s’unir et terrasser ces arrogants qui utilisent le pouvoir d’ État pour bastonner, tuer ou emprisonner les très nombreux mécontents. En 1984 les Camerounais, sans distinction de tribus, s’étaient levés comme un seul homme pour protéger le pouvoir de ce même vieux dictateur devenu tribaliste et expert en corruption. Lui et son clan Bulu ont-ils oublié ces évènements ? Pourquoi exposent-ils les populations appauvries du Centre-Sud-Est à la colère des autres Camerounais ? Pourquoi encourager la guerre contre les Bamiléké qui se battent, survivent en épargnant pour atténuer la pauvreté ?

A LIRE AUSSI Révélations: Maurice Kamto aurait déjoué un attentat contre Paul Biya

Si jamais ce groupe de manipulateurs déclenche une guerre entre tribus, les

victimes seront des Bamiléké, des Bulu, des Béti bref tous les Camerounais. Ceux qui jouent avec le feu en encourageant le tribalisme seront les premiers à s’enfuir par avion pour aller à l’étranger continuer à jouir tranquillement avec l’argent de nos impôts qu’ils sont en train de vouloir augmenter actuellement.

RESTONS CALMES, VIGILANTS ET SOLIDAIRES.

Auteur: Georges Atangana