0

Succession au gré à gré: quelque chose se trame à Etoudi

Franck Biya Ayolo Mvondo Sachons raison garder et restons focalisés sur l'essentiel

Fri, 1 May 2020 Source: Sankara Kama

Il se trame en ce moment une succession au gré à gré sous la supervision de Christophe Guilhou, Ambassadeur de France au Cameroun, et vous conviendrez avec moi qu'on n'en parle plus tellement tant l'actualité est chargée en ce moment.

Toute cette actualité n'est pas le fruit d'un hasard, mais plutôt la manœuvre savamment orchestrée du régime en place pour nous distraire pendant que s'organise à l'abri des regards la fameuse succession.

Considérez tout ce qui se passe comme une information mineure car ça ne devait même pas vous surprendre :

1- Ekindi qui repart au Rdpc (c'était évident qu'il ne l'avait jamais quitté, il sera sûrement élu au conseil régional ou membre du futur sénat)

2- Malachie Manaouda qui refuse les dons du SCSI (il n'a pas remplacé Mama Fouda par hasard, il a été bien moulé par la matrice du système en place)

3- La réouverture des boîtes de nuit et des bars au-delà de 18h (quoi de plus normal, les camerounais doivent être replongés dans l'alcoolisme, car en buvant moins ils raisonnent plus et lèvent la tête, ce qui est un danger pour le système qui a besoin d'un peuple docile et inapte au soulèvement. Il y a aussi la pression des entreprises brassicoles multinationales dont le chiffre d'affaire a chuté ces derniers temps).

4- L'assouplissement des mesures de riposte face au Covid-19 (le but visé est une recrudescence de la maladie pour qu'on en parle plus et qu'on oublie les manœuvres reptiliennes de succession).

5- L'annulation des célébrations du 20 mai (juste pour camoufler l'incapacité du Chef de l'Etat à gouverner et gagner du temps pendant que tout se met en place).

Revenons par conséquent à l'essentiel en nous focalisant sur la dénonciation de cette succession au gré à gré et à la réflexion sur les stratégies pour empêcher ce crime de trop contre la démocratie et contre le peuple.

Disons le haut et fort : NON À LA SUCCESSION AU GRÉ À GRÉ

Auteur: Sankara Kama