1

Témoignages poignants d’une infirmière des ‘Amba boys’

Enlevement Ambazonie Ivo2 L'armée aurait interdit aux médecins de soigner les bléssés par balles

Thu, 16 Aug 2018 Source: Anonymat

Une infirmière a confié à une journaliste (dont nous ne donnerons pas le nom) les difficultés rencontrées et la manière dont elles sont maintenant bloquées et sans emploi à cause de la crise anglophone actuelle.

Elle raconte: "Je travaillais dans un centre de santé du département de la Momo, dans la région du Nord-Ouest. J'avais reçu une demande des Amba Boys que je devais travailler avec eux comme agent de santé dans leur camp, car nous avons refusé de les traiter à l'hôpital quand ils viennent parce que l'armée nous avait menacés de ne pas traiter personnes avec des blessures par balle, mais j'ai rejeté l'offre en leur disant que ma vie serait en danger si l'on découvrait que je travaillais dans le camp.

"Dernièrement, un ami m'a dit de faire très attention parce que nous sommes surveillés par les militaires, qu’ils ont des informations selon lesquelles nous traitons les Amba Boys blessés, alors je devrais faire attention à chaque geste que je prends car pas d'autre choix que de démissionner et de quitter immédiatement les lieux.

LIRE AUSSI: Vidéo d’exécution: les USA annonce de lourdes sanctions, panique à Etoudi

"Actuellement, je vis dans une maison d'amis. J'ai abandonné mon travail en tant que professionnel de la santé et je travaille maintenant sur un chantier pour pouvoir acheter de la nourriture. Je suis des constructeurs et je fournis du ciment pour la construction. Je suis payé quotidiennement avant que je puisse survivre maintenant. "

L'infirmière a ajouté qu'ils sont maintenant pris entre deux camps opposés. "C'est ce que le Nord-Ouest est devenu. "Nous sommes la cible d'un coté des Amba Boys qui menacent de nous kidnapper pour travailler avec eux et de l'autre la cible des militaires qui nous tuent en nous accusant de travailler de mèche avec les Amba Boys. "

Les infirmières, les médecins et les hôpitaux sont devenus des cibles dans la guerre en cours.

D’autres sources ont également révélé des informations sur la façon dont les militaires défilaient dans les hôpitaux avec des armes à feu et effrayaient les patients dans plusieurs unités de santé des départements de Boyo, Lebialem, Momo et de la Manyu. Le personnel médical a tout simplement dépassé le point de départ des patients. Dans les situations de guerre, les centres de santé devraient être les institutions les plus protégées et les moins violentes. Mais ce n'est pas le cas dans les régions anglophones du Cameroun.

Auteur: Anonymat