0

Taxe sur les téléphones: l'autre côté de la guerre entre Franck Biya et Ngoh Ngoh

Ferdinand Ngoh Ngoh Franck Biya Vice President Bravo pour cette carte que tu viens d'abattre

Mon, 19 Oct 2020 Source: Zona Coker

Les voleurs ont aperçu les cameras braquées sur eux et ils ont décidé de remettre tranquillement leur butin à sa place. Moi qui disais dernierrment que vu que les réseaux FRANCKISTE qui rependent et enracinent leurs tentacules à la vitesse grand V en ce moment, NGOH NGOH était fini. Ce dernier me prouve aujourd'hui qu'il a encore son rôle à jouer. Bravo pour cette carte que tu viens d'abattre.

L'équilibre du GRÉ À GRÉ engendre le respect dû au PEUPLE CAMEROUNAIS. Je suis farouchement contre le GRÉ À GRÉ, mais je te préfère même encore à Franck BIYA. Pardon de t'avoir sous-estimé en t'ecartant si vite de la course. En tout cas, c'est le PEUPLE CAMEROUNAIS appauvri qui sera soulagé pour l'instant.

Ce peuple à qui je demande d'être très vigilent. Ces gens veulent vos dos et ils vont trouver d'autres moyens de vous plumer à vif.

Les dessous de la taxe sur les téléphones

Dans une interview accordée à La Voix Du Koat, l’expert en fiscalité Pr. Alaka Alaka révèle que le téléphone portable ne rapportait plus à la douane. Alors que de millions de puces étaient distribuées et vendues par des opérateurs à chaque moment.

Au Cameroun, une taxe d’une valeur de 33% du prix du téléphone ou de la tablette à la sortie d’usine est désormais imputée aux utilisateurs. Cette nouvelle taxe, qui devrait en principe entrée en vigueur depuis le 15 octobre 2020, est au centre d’une polémique. Beaucoup de Camerounais ne comprennent pas pourquoi c’est le consommateur qui doit dorénavant payer les taxes sur un téléphone ou tablette acheté.

Dans une interview accordée à La Voix Du Koat, l’expert en fiscalité Pr. Alaka Alaka apporte des réponses. « A la réalité, on s’est rendu compte que le téléphone portable ne rapportait plus à la douane. Alors que de millions de puces étaient distribuées et vendues par des opérateurs à chaque moment. Conclusion logique, les téléphones entrent en contrebande, parce que vous ne pouvez pas avoir de puces sans téléphone. Le gouvernement a décidé de prendre le taureau par les cornes », explique-t-il.

Des pertes liées à la contrebande

A l’en croire, les pertes de l’Etat du fait de cette contrebande sont énormes. Les dix dernières années, déclare le professeur d’universités, le gouvernement percevait 2milliards FCFA par mois, au titre des dédouanements de téléphones portables.

« Il est donc arrivé que, ce montant a chuté jusqu’à 100millions FCFA. Conclusion, les 1, 9 milliard FCFA des droits de douane étaient distribués entre les contrebandiers. L’Etat a donc décidé de faire du redevable légal qui est l’importateur, un redevable nul, un redevable zéro ; et de faire du redevable réel qui est le consommateur, à la fois le redevable légal et réel. L’Etat a donc fait un glissement de compétences », essaye de justifier le président de la Société africaine des finances publiques et fiscalités.

Selon le Pr. Alaka Alaka, l’importateur qui doit dédouaner ne dédouane plus. C’est le consommateur qui va désormais dédouaner son téléphone. Résultat de courses, « on a donné le pouvoir au consommateur de contrôler, au moment de l’achat, si son téléphone a été dédouané ou non. Le revendeur c’est-à-dire l’importateur, est tenu de dire au consommateur que l’appareil qu’il vend est dédouané. En ce moment, il n’y a aucun problème, il introduit juste sa puce, il n’a aucun droit à payer. Mais si le revendeur dit que le téléphone n’est pas dédouané, le consommateur est conscient qu’il va supporter les droits de douane. Du coup, le prix du téléphone va baisser parce que la concurrence sera désormais loyale. », indique le fiscaliste.

Auteur: Zona Coker