0

Un membre fondateur du MRC tacle sans pitié Maurice Kamto

Maurice Kamto 2000F Maurice Kamto

Sat, 11 Nov 2017 Source: Fabien Assigana

Comme par hasard, ce communiqué du Président Kamto le 04 mars 2016 correspond à la sortie ce même jour dans l’hebdomadaire ‘‘le Soir’’, un article ayant à la une, le titre suivant : ‘‘Fabien Assigana déshabille Kamto’’.

Dans la forme, le communiqué du Président Kamto est un coup de communication qui ne repose sur aucune preuve. Ceci est, une fois de plus, un mauvais coup de communication pour faire parler de lui, une publicité inutile, n’ayant pour simple but de faire croire aux gens que Maurice Kamto est considéré comme le principal rival de Biya. Ce qui est dommage pour un parti qui se dit sérieux.

Dans le fond le Président Maurice KAMTO, demande et impose aux membres de son Parti, sous peine d’exclusion, de se mettre en marge de la République, de refuser servir l'État par leurs expertises, lui qui l’a déjà fait pendant près de 8 ans et qui est toujours prêt à le refaire, selon sa propre déclaration le 30 septembre 2012 : ‘‘je suis un soldat ? et si le pays fait appel à moi, je répondrais présent’’.

À y voir de près, le Président Kamto demande aux hauts cadres de la République de tenir d’abord compte de leur appartenance politique, éventuellement de chapelle philosophique, religieuse, sociale, académique, et pire peut-être tribale.

D’après lui, si vous êtes médecin et militant du MRC et que l'on veut, pour vos compétences, vous nommer Directeur de l'Hôpital de District à Mouloundou, vous devez refuser la nomination de peur d'être exclu du MRC. Si vous êtes enseignant et que, pour vos compétences, on veut vous nommer Proviseur de Lycée de Mintom, vous devez refuser la nomination de peur d'être exclu du MRC. Si vous êtes Professeur des Universités, et militant du MRC et que l'on veut vous nommer Doyen de la faculté de lettres françaises à Yaoundé II, vous devez refuser la nomination de peur d'être exclu du MRC.

Paradoxalement, le Président Maurice KAMTO, qui aux dernières nouvelles, ne renonce pas à son salaire de Professeur de l'IRIC que l'on lui verse mensuellement, sans pour autant y donner un seul cour depuis des lustres. Il appelle la communauté nationale et internationale au secours, parce qu’il aurait des informations selon lesquels on veut débaucher des membres de ‘‘son parti’’. On se demande d’ailleurs quelle est sa source d’information. Soit, il est un agent secret infiltré dans l’appareil de l'État, soit il est en communication directe avec ce même Paul Biya qui l’informe de tout.

Un parti se crée sur la base de convictions partagées. Un leader qui se plaint de voir ses militants et membres éminents être courtisés par un autre parti mérite-t-il d'être appelé leader? A-t-il si peu confiance aux convictions de ceux avec qui il anime ce parti? A-t-il même confiance en lui-même, lui qu’on prenait pourtant le messie tant attendu non?

Admettons que Paul Biya veut nommer des cadres du Directoire National du MRC. Et puis quoi? Lui même s'était fait recruter et était dans le gouvernement du RDPC. Pourquoi ne pas laisser aux autres la liberté de choisir ? A-t-il vraiment besoin d'aller demander à la communauté nationale et internationale de venir une fois de plus à son secours?

Débaucher des militants d’autres partis est d’ailleurs une pratique à la mode, et n’est ni illégale ni nouvelle. Elle est courante même dans les grandes démocraties. Presque tous les militants du MRC sont des transfuges d’autres partis politiques. Et à la fin les militants et cadres du MRC ne sont pas la propriété du Président Kamto. Il ne sert donc à rien de proférer des menaces, car celui qui veut quitter le MRC peut le faire en toute liberté.

Cette mise en scène devrait faire rigoler les autres leaders de l'opposition. Barack Obama le démocrate a maintenu le républicain Robert Gates au Pentagone. Bernard Kouchner, cadre du Parti Socialiste Français fut nommé Ministre des Affaires étrangères par Nicolas Sarkozy, Président de l'UMP.

Est-ce là le nouveau programme politique du Président Kamto, à savoir la pleurnicherie et la manipulation, basée sur des supputations, la victimisation, la mauvaise foi et la fourberie, qui démontre que le Président actuel du MRC est à court d'arguments politiques dignes d'une opposition politique responsable, qui nous présente une alternative capable de susciter un espoir. On en est là.

Cette distraction trahit une faillite de propositions concrètes concer

nant les grands sujets qui concernent les camerounais. Le Président Kamto, cet agrégé qui a assimilé quantitativement le droit, se révèle incapable de réflexion politique propre.

Lorsqu'il ne s’arrime pas à l'actualité dans le sens du vent comme pour l'affaire Richard Bona, il provoque les forces de l'ordre pour jouer les martyrs de la démocratie avec un clin d'œil aux forces exogènes. Il use d'effet d'annonce comme le communiqué ci-dessus, tout cela sur fond d'épuration ethnique dans les instances du MRC. Il n’a jamais osé répondu aux accusations de tribaliste clanique, lancées contre lui.

Mais, on n’aura pas le peuple camerounais avec une telle fourberie ! Le MRC doit pouvoir dire en quoi les politiques menées par l'équipe en place sont mauvaises, ce qu'il compte faire au cas où il arrive au pouvoir, comment le financera-t-il etc., car c’est ça faire la politique autrement.

Intégralité du communiqué de presse rendu public par le Président du MRC

Communiqué de Presse du MRC - Des responsables du cabinet civil et de l’état major particulier du chef de l’État veulent déstabiliser le MRC.

Des informations recoupées et confirmées font état de la décision des stratèges du RDPC de tout mettre en œuvre pour faire imploser le Mouvement pour le Renaissance du Cameroun (MRC) comme ce fut le cas de l’UPC et de l’UNDP, au début des années 1990. A cet effet, des responsables du cabinet civil et de l’état major particulier du chef de l’État, sont entrés en contact avec certains membres du Directoire national du MRC, à qui ils demandent des curriculum vitae (CV), au motif que le Président de la République va les nommer à des hauts postes de responsabilité.

Nous prenons la communauté nationale et internationale à témoin de ce plan sordide et ignoble de déstabilisation de notre parti, et peut-être d'autres partis politiques de l’opposition, par le régime RDPC au pouvoir au Cameroun.

Nous appelons nos militantes et nos militants à redoubler de vigilance et à ne céder à aucune sirène de déstabilisation de notre ambitieux parti, le MRC.

Nous tenons à informer nos militants et l'ensemble des Camerounais que le MRC n’a entrepris aucune négociation avec le RDPC au pouvoir, et que quiconque céderait à ces pressions du RDPC en acceptant une nomination de sa part, s'auto-exclurait de facto du MRC.

Le 04 mars 2016

Le Président National du MRC

Pr. Maurice KAMTO.

Auteur: Fabien Assigana