1
MenuWallOpinions
Articles

Voici l'image parfaite de la momification du Cameroun

Sun, 4 Apr 2021 Source: Paul ELLA

De retour d'un week-end à Yaoundé, dans un bus me ramenant sur Douala, et ayant constaté que la climatisation avait baissé au point de dégrader la qualité de mon voyage, et en principe celui de tous les passagers, je signale l'anomalie à l'hôtesse, mais elle me rassure que c'est passager.

Une trentaine de minutes après, rien n'a changé si ce n'est que la situation s'est aggravée. Je relance l'hôtesse qui s'agace presque de mon insistance pour une situation qui ne semble déranger personne d'autre que moi. Chose curieuse, aucun autre passager n'exprime la moindre gène. Au bout d'une heure, je n'en peux plus, je suffoque, la climatisation s'est complètement arrêtée depuis au moins une dizaine de minutes. Perplexe par le mutisme ambiant, je balaie l'intérieur du bus du regard, et c'est tous les passagers qui suffoquent avec moi, éventails de fortune en mains et expressions de malaise au visage, mais pas un seul mot à qui de droit. Mais pourquoi ? Excédé par le caractère impassible du chauffeur et de l'hôtesse, j'élève la voix et je menace en exigeant des explications, mais aussi des mesures conséquentes. Aussitôt, l'hôtesse reconnaît un dysfonctionnement, s'excuse et promet une "réparation" du préjudice. A ce moment, tous les passagers, retrouvent l'usage de la parole et consentent avec une vivacité subite l'inconfort de la situation.

Le calme revenu, et la veille de mon voyage ayant été un peu arrosée, une envie pressante me contraint à solliciter un stop auprès de l'hôtesse qui donne suite à ma doléance. Au moment de l'amorce de l'arrêt par le chauffeur, de multiples voix de désapprobation des passagers s'élèvent, arguant que c'est une perte de temps et que j'aurais pu attendre l'arrivée. Chose curieuse, une fois descendu, c'est tout le bus qui s'est vidé pour faire comme moi!

Remontés à bord, ma voisine, la quarantaine au pif, manifestement chrétienne cinquième dan, me fait part de sa peine à risquer de manquer son traditionnel culte de ce dimanche là. En plein échange sur la question de la foi chrétienne, elle m'explique sa vie de piété et sa foi totale en Dieu. Tout à son honneur ! Seulement, à peine me suis-je ému de l'authenticité de son éthique spirituelle qu'elle m'explique la raison de son voyage : elle revient de chez un marabout "alamminbou" recommandé par sa meilleure amie . La mission du charlatan ? Faire en sorte que le copain marié de ma voisine délaisse sa femme pour elle.

Un peu perdu par la spiritualité hybride de ma voisine, le contrôle inévitable de la police interrompt son récit original à l'entrée de la ville. Un des passagers qui s'était fait remarquer par ses conversations téléphoniques à voix hautes malgré les consignes contraires, nous a perdu près de 15 à 20 minutes, et pour cause, il n'avait pas sa pièce d'identité. Mais je précise que, lors de l'une de ses conversations téléphoniques peu discrète, je l'ai entendu décrier et dénoncer avec véhémence les tares de nos dirigeants et de nos administrations publiques dont il déplorait à juste titre la corruption et les détournements tout en promettant à son interlocuteur de commettre un article sur des révélations qu'il semblait obtenir. Ses conversations téléphoniques laissaient aisément deviner sa profession de journaliste. Mais voilà, c'est le même dénonciateur vertueux des failles du système que j'ai vu sortir un billet de sa poche pour se défaire de sa rétention par le policier. Quand il est remonté dans le bus, je me suis abstenu de lui demander l'explication de cette incohérence.

Enfin arrivés à destination, alors que je ne demandais qu'à rentrer me reposer, l'hôtesse a annoncé que la direction de l'agence avait consenti à dédommager tous les passagers en remboursant 50% des frais initiaux de transport. Il fallait donc passer à la caisse. Curieusement, personne n'était plus pressé !Ils étaient tous sagement alignés, subitement habités d'une patience inaltérable !

Alors que je ne demandais qu'à me remettre d'autant d'émotions en un seul voyage en me relaxant au rythme d'une musique à la cadence complice, j'arrive à la maison et... pas de courant! Électricité nada! .

Vous l'aurez compris, le film de ma journée se sera joué en 2 épisodes, titrés comme suit:

Épisode 1: Voyage au cœur des incohérences

Épisode 2: Avec Eneo, voyagez au coeur des ténèbres

Bon weekend pascal !

Auteur: Paul ELLA

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.