0

Voyage de Biya en Chine: Libom Likeng sur la touche

Minette Libom Li Likeng, Minette Libom LiLikeng Mme Minette Libom Likeng ne fait pas partie de la délégation de Paul Biya

Wed, 29 Aug 2018 Source: panoramapapers.com

A la tête d’une forte délégation, elle comprend outre le Ministre des relations extérieures Lejeune Mbella (es qualité), le Ministre directeur du cabinet civil Mvondo Ayolo; le ministre de l’économie, de la planification et de l’aménagement du territoire ( MINEPAT) Alamine Ousmane Mey; le ministre des travaux publics (MINTP) Joseph Nganou Djoumessi – dont des rumeurs relayées par des publications proches du sérail annonçaient pourtant depuis le retour d’Europe du président Biya le retrait de signature -; le ministre du commerce (MINCOMMERCE) Magloire Mbarga Atangana; le ministre des transports (MINTRANSPORTS) Ernest Ngalle Bibehe; le ministre des mines, de l’industrie et du développement technologique (MINMIDT) Ernest Gwaboubou; le ministre de l’eau et de l’énergie (MINEE) Gaston Eloundou Essomba; le ministre charge des missions à la présidence Mengot Arrey Nkongho, par ailleurs PCA de Electricity Development of Cameroon (EDC); l’autre ministre chargé des missions à la présidence, Dion Ngute; le président du groupement interpatronal du Cameroun (GICAM) Célestin Tawamba; le président de la Chambre de commerce, de l’industrie des mines et de l’artisanat (CCIMA), Christophe Eken, etc.

Une visite manifestement orientée économie et affaires si l’on s’en tient à la composition de la délégation présidentielle officielle.

LIRE AUSSI: Etoudi 2018: Parfait Songue donne encore 40 jours à Paul Biya

Seulement une grande curiosité tout de même! C’est l’absence de la ministre des postes et des télécommunications, Minette Libom Likeng. L’ancienne DG des Douanes camerounaises est chargée, entre autres, du pilotage des projets gouvernementaux d’infrastructures de télécoms pour la modernisation de ce secteur de l’économie numérique.

Les communicants du gouvernement disaient pourtant que ce secteur économique dont l’essentiel des investissements vient précisément de la Chine est une priorité du président en fonction, à nouveau candidat pour un 7ème mandat.

Son absence d’une mission visiblement économique chez l’un des plus importants bailleurs de fond bilatéral du Cameroun en général, et de ce secteur stratégique peut être une indication de ce que quelle que chose ne semble pas tourner rond au sommet de l’État.

Ça mérite au moins explication. Non?

Auteur: panoramapapers.com