0
MenuInfos
Santé

Coronavirus : la 'ridicule' riposte du Cameroun fait rire le monde

Wed, 11 Mar 2020 Source: cameroonvoice.com

Alors que la dangerosité du Covid 19 n’est plus à démontrer, le pays de Paul Biya, qui a déjà enregistré deux cas confirmés se complaît dans des mesures de préventions opérationnelles pour le moins risibles. Cameroonvoice vous propose un regard sur la riposte du Cameroun face au Coronavirus.

La fin de la semaine dernière a été très agitée pour les camerounais et les autorités sanitaires. Après de fausses alertes, le Cameroun a finalement enregistré le 6 mars dernier, ses deux premiers cas de patients testés positifs au Covid-19. Depuis lors, ceux-ci ont été mis en salle d’isolement de l’hôpital central de Yaoundé. Ils y suivent des traitements apparemment symptomatiques. La nuance du Minsante a été sujette à moult polémiques. En deux jours, ses déclarations contrastés sur le Covid-19 et le manque de dispositifs sanitaires de la part des hôpitaux camerounais, ont laissé craintives les populations camerounaises.

À ce jour, on ne relève que deux unités d’isolement pour tout le Cameroun. Le 7 Mars 2020 le visiteur français est conduit la salle de l’unité d’isolement contre le coronavirus, à l’hôpital central de Yaoundé. Les malades souffrant de la grippe covid-19 sont sous traitement – en particulier les deux premiers cas de la veille – dans des salles spécialement aménagées pour le virus mortel de 2020. Cependant, le premier éveil qu’on a en arrivant sur les locaux de l’hôpital central est que, aucune mesure sécuritaire n’entoure le site qui est pourtant censé être un lieu à accès restreint.

Nonobstant les multiples équipements de protection qui jonchent le sol de l’hôpital central, il est possible d’apercevoir le patient français de 58 ans, assis sur son lit d’internat.

Selon le Dr Etoundi Mballa, directeur de la lutte contre la maladie, les épidémies et pandémies (DIEMP) au ministère de la sante publique, « le système de surveillance et de contrôle thermique est prêt ». Bien que le 7 mars dernier, cette opération de surveillance a permis de retracer 149 personnes ayant été en contact avec le malade – dont on dénombre près de 4 personnes éventuellement malades – , il demeure tout de même vrai que le système sanitaire camerounais ne dispose pas encore d’assez de matériaux pour la prise en charge réelle des malades atteints de ce virus. La capacité d’accueil des malades est réduite, c’est deux unités d’isolement pour 10 régions et pour plus de 25 000 000 d’habitants. L’unité d’isolement de Yaoundé ne dispose que de 4 lits et celle de Douala, de 3 lits, soit un total de 7 lits pour une population dense comme celle du Cameroun.

L’unité ISOLEMENT de Yaoundé ne dispose que de 4 lits et celle de Douala, de 3 lits, soit un total de 7 lits pour une population dense comme celle du Cameroun.

En Belgique, La ministre fédérale de la Santé Maggie De Block a a également rassuré ses compatriotes que la situation est sous contrôle. Mais pour l’heure les officiels Belges font beaucoup de réunions pour que les différents niveaux de compétences en Belgique puissent travailler de la même façon. En France tous les rassemblements de plus de 1.000 personnes sont interdits, que ce soit en plein air ou en milieu clos. Et certaines manifestations publiques courues sont interdites systématiquement. C’est également le cas en Italie où précisément que le gouvernement a décidé samedi dernier d’envoyer 20 000 renforts dans ses hôpitaux pour affronter l’épidémie ; Les 20 000 embauches devraient se répartir ainsi : 5 000 médecins spécialisés, 10 000 infirmiers et 5 000 aides-soignants. Face à l’urgence de la situation, le décret du gouvernement prévoit la possibilité de recruter des médecins à la retraite. Aussi entend-t-il porter de 5 000 à 7 500 le nombre de lits en soins intensifs, soit une hausse de 50 %, et de doubler le nombre de places dans les services de pneumologie et maladies infectieuses. Des mesures analogues sont prises dans les autres pays.

en Italie le gouvernement a décidé d’ENVOYER 20 000 renforts dans ses hôpitaux pour affronter l’épidémie…DE porter de 5 000 à 7 500 le nombre de lits en soins intensifs

La pertinente question demeure, le Cameroun peut-il faire face à une cinquantaine de cas de malades de Covid-19 ? Sans le souhaiter, rien ne laisse à y croire…Il continue de jouer avec le feu.

Source: cameroonvoice.com

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Related Articles: