0
Press Releases Mon, 23 Nov 2015

Le FFCI interdit de manifester à Bafoussam

Le Sous-Préfet de Bafoussam, BIDJA Didier, Administrateur Civil Principal, vient d’interdire la manifestation publique que projetait de faire FFCI devant le Palais de Justice de cette ville le mardi 24 novembre 2015 à l’occasion du procès de l’assassinat de la mineure de 11 ans, Manuelle NANA, en juin dernier, en rapport avec la pratique courante désormais de crimes rituels.

L’objectif visé par FFCI était de rompre le silence malheureux observé non seulement dans la société camerounaise à l’égard de ce phénomène mais, pire encore, par les acteurs de la société civile.

L’organisation de défense des droits humains comptait brandir, dès 7 heures et à l’entrée du palais, des pancartes dénonciatrices lors d’une grande manifestation réunissant des citoyens de tous bords dont de nombreuses femmes et mères, et à la tête de laquelle devait se trouver Mademoiselle NGAMPOUA Gladys, mère de a victime et le Président MOWHA Franklin.

Pour l’heure, FFCI, loin de baisser les bras au vu de la raison invoquée par l’administration à savoir : « violation des dispositions de l’article 7 alinéas 1 et 2 de la loi n° 90-055 du 19 décembre 1990 portant régime des réunions et manifestations publiques » (chose contestée dans le bureau même du sous-préfet même par le président national FFCI), s’en remet aux conseils avisés de ses avocats et reconduit la manifestation pour le mois prochain, à l’occasion de la prochaine audience de l’affaire.

Pour le FFCI

Dr FOTSING Florent

Bangangté, le 23 novembre 2014
Source: carmer.be