0

Buea : les jeunes dénoncent le harcèlement de la police et l’armée

Police Camerounaise Sellette Camerounweb Extorsion

Tue, 1 Feb 2022 Source: www.camerounweb.com

Les cas se sont multipliés depuis le début de la Can

La police fouille les maisons sans droit

Il s’agit d’une tradition de pillage

La situation de harcèlement, arnaque et extorsion des populations dans les régions anglophones a atteint des extrêmes depuis le début de la 33e édition de la Coupe d’Afrique des Nations TotalEnergies, la CAN dans le pays.

Certains jeunes à Buea soutiennent que la police et les soldats ont fouillé leurs téléphones et leurs maisons sans aucun mandat de perquisition. Le but de telles mesures qui, selon nos répondants, fait partie d’une tradition d’intimidation et de pillage sécuritaires depuis la crise anglophone, a-t-on dit, vise à exhorter à l’argent.

Ceux qui ne paient pas, ont-ils dit, sont détenus sous des accusations forgées de toutes pièces.

Des quartiers comme Dirty South, dans le quartier résidentiel étudiant prédominant de Molyko, sont les plus touchés. Les habitants indiquent que le phénomène s’est poursuivi sans relâche, malgré le plaidoyer croissant des organisations de la société civile et des groupes de défense des droits de l’homme.

Le soir à Dirty South, de nombreux jeunes disent qu’ils se déplacent sans leur téléphone de peur d’être attrapés et leurs téléphones confisqués.

« En dehors des fouilles habituelles des cartes d’identité, les agents vérifient les téléphones sous prétexte qu’ils veulent trier les escrocs et la plupart du temps, ils font des escrocs de leurs victimes et les accusent de crimes qu’ils n’ont pas commis », a déclaré un habitant.

« Le harcèlement est courant ici. La police vient généralement ici. Ils fouillent les téléphones des gens et trouvent quoi que ce soit pour les impliquer. Parfois, lorsqu’ils découvrent que vous n’avez rien dans votre téléphone pour vous impliquer, ils peuvent même télécharger des applications dangereuses qu’ils utilisent pour vous impliquer et vous appeler un escroc », témoigne un habitant.

Depuis 2016, la crise qui sévit dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest a déjà fait plus de 5000 morts selon les ONG.

Source: www.camerounweb.com