0

Fraudes - Mallette d’argent: les dessous de l'élection à la section Wouri 3 du RDPC

Election Section RDPC Wouri3 Camerounweb Ok Un parachuté à la tête de la section RDPC Wouri 3

Mon, 13 Dec 2021 Source: Le Messager

Lors du renouvellement des organes de base du Rassemblement Démocratique du Peuple Cameroun (Rdpc) le 19 septembre 2021, la lettre circulaire du Président national du parti ainsi que la note d’explication du Secrétaire général ont été foulées au pied. Toute chose qui augure des lendemains houleux et des nuits du long couteau à l’approche des échéances de 2025.

Porté à la section Rdpc Wouri 3 par voie de fraude lors du renouvellement des organes de base du 19 Septembre 2021, le maire de Douala 3e, apprend-on des sources dignes de foi, a introduit des agents de la mairie dans la magouille.

« Entre recrutements de nouveaux agents et nominations à des postes importants pour ceux qui étaient en phase avec lui dans cette combine ». Voilà autant de promesses faites aux chercheurs d’emplois de Douata 3e par Valentin Epoupa.

Il convient tout de même de rappeler que les militants attendent toujours les remerciements du maire après lui avoir offert gracieusement la mairie en 2020. La mise à sac de la commission électorale de la section Rdpc Wouri 3 par cet arriviste politique était perceptible sur le terrain.

Par l’entremise de Gilbert Ndouka Moundo, un transfuge de l’Upc dit-on de ce côté-là, qui plus est son conseiller spécial à la mairie, il a placé les agents de cette municipalité comme chargés de missions et autres présidents de bureaux de vote.

« Certains chefs de zones étaient aussi de mèches avec lui dans cette conspiration qui s’est produite tout au long de ces renouvellements. Tout avait commencé lorsque Sieur Epoupa et son acolyte Ndouka ont réussi à faire plier le président de ta commission électorale de ta section Rdpc Wouri 3 pour le choix du Qp logé dans un domicile privé appartenant à Gilbert Ndouka Moundo par ailleurs vice-président de ladite commission. Ce dernier était devenu l’homme à tout faire de cette commission électorale », nous confie-t-on.

Et de souligner : « Après moult dénonciations, la commission départementale a demandé ta délocalisation du Qp et c’est ainsi que le lieu fut changé. Malheureusement, sieur Ndouka avait déjà placé ses pions dans chaque secteur. Tous les moyens étaient réunis pour faire passer Epoupa à ta tête de ta section Rdpc Wouri 3.

En effet, le match était déjà plié1. Un intrus s’est jeté dans ta commission sans toutefois justifier son rôle réel. Ce dernier s’est transformé en garçon de course du président de ladite commission. Pourtant, étant dans la liste du maire Epoupa comme conseiller ta commission n’aurait pas dû admettre sa présence ».

Une fraude bien huilée

Selon toutes vraisemblances, la disparition des noms dans certains comités de base et autre non validation étaient au menu. « N’eût été l’intervention musclée de Titi Pierre qui a demandé à la commission électorale de section Rdpc Wouri III de laisser que les comités de base de ta sous-section de Bonadiwoto soient validés par ta présidente locale. C’est après ce recadrage que les choses se sont légèrement améliorées. Mais plus tard, tes sanctions ont été infligées à un candidat sans raisons valables ».

La date de dimanche 19 Septembre 2021 restera gravée dans la mémoire des militants Rdpc de Wouri 3. Les élections dans les sous-sections Renouveau, Route Razel Mère et Diboum l’ont été annulées par un chef de zone au service de Valentin Epoupa simplement parce qu’elles étaient hostiles à son candidat.

Des bureaux de vote étaient inondés par des commerçants de Madagascar et Dakar recrutés en masse pour 1a circonstance. Le bourrage des urnes et autres fraudes ont meublé le scrutin. Le cas de la sous- section Madagascar aura fait le tour du monde.

Comment comprendre que sur 650 inscrits, qu’on ait finalement enregistré 1649 votants en faveur de Valentin Epoupa? Les comités de base de Bonaloka, Bonadiwoto, Ndogssimbi et Logbabal ont été empêché de prendre part au vote. Les langues se délient au lendemain des résultats affichés et 1a réalité de 1a fraude observée sur le terrain.

En attendant l’aboutissement des requêtes faites par les candidats à la commission départementale du Wouri demandant l’annulation des élections, la base militante espère que la hiérarchie du parti saura tirer des leçons !

Au regard de ce qui précède et compte tenu des échéances électorales avenir, tout porte à croire que certaines dispositions seront prises pour faire face à l’adversité qui s’annonce redoutable en 2025. On ne perd rien à attendre….

La lettre circulaire foulée au pied

A l’observation de ce qui s’est passé à Douala 3ème, il y’a lieu de conclure rapidement que c’était tout sauf une élection. On nous a donné l’impression que le processus électoral sera transparent et que 1a lettre circulaire du Président National ainsi que la note explicative seraient le bréviaire dudit processus.

La lettre circulaire foulée au pied, la note d’explication ignorée. Tout s’est déroulé comme le candidat “élu ” Président de Section l’a désiré et souhaité. La commission composée des membres de famille. L’un des vices- Présidents est conseiller spécial du Maire candidat et est vice-Président du Pndp Douala 3, des agents municipaux membres de la commission en quête de postes à la mairie, d’où le tripatouillage de toutes sortes des listes électorales. On remarque donc la mise en place d’une véritable machine à fraude et nous espérons que cette même machine nous permettra de conserver 1a Mairie en 2025.

Dans les sous-sections supposées non acquises au « candidat maire président » on montait rapidement :

• des listes concurrentes;

• non affichage des listes électorales 72 h avant le vote comme indiqué dans la lettre circulaire,

• omission volontaire de certains électeurs ou candidats supposés non acquis au “candidat maire président”;

• dans les centres de vote des sous-sections non acquises, le vote démarrait à 11 h et on faisait tout pour qu’un électeur pendant 10 minutes tout en lui exigeant la carte de militant, celle de cotisation ainsi que sa carte nationale d’identité;

• absence ou insuffisance de bulletins de vote des adversaires;

• pendant le dépouillement, lorsqu’il est constaté par le président du bureau de vote que la tendance est peu favorable, au candidat maire, celui-ci renversait l’urne à l’exemple de la S/S Renouveau qui en est une illustration parfaite orchestré par un chef de 3ème degré “frère du candidat”.

Par contre, dans certains bureaux de vote, les électeurs opéraient des votes multiples avec ou sans carte d’adhésion ou de cotisation …

Mallette d’argent

Par ailleurs, le candidat maire président ne pouvant justifier te moindre justificatif du cumul de responsabilités politiques occupées antérieurement dans la section Rdpc Wouri 3 pour ce qui est de la composition du dossier individuel pour tes candidats au poste de président de section Rdpc).

A Wouri 3, le constat est que le ridicule ne tue pas. Toute honte bue, c’est passé comme une lettre à ta poste. Le président national a voulu un processus transparent mais hélas, celui-ci a été complètement biaisé par des personnes qui avaient des intérêts ailleurs.

Comment peut- on devenir président d’une si importante Section comme Wouri 3 en moins de deux ans de militantisme ? Selon les informations recueillies à bonnes sources, il n’a jamais été membre de bureau de cellule, jamais membre de bureau de comité de base, jamais membre de bureau de sous- section, encore moins membre de bureau de section. Mais cela s’est passé à Douala 3. Valentin Epoupa a été porté à la tête de la section Rdpc Wouri 3 comme un parachuté venu de mars.

Pourtant jadis, le respect des équilibres des composantes sociologiques de Dla 3 avait toujours été respecté dans ta confection des listes des bureaux des organes de base de Douala 3 et garantissait à coup sûr la vitalité et les victoires du parti depuis ta création de cette section dont ta présidence Rdpc a toujours été conduite par un ressortissant du centre Sud et Est.

Le fait pour le maire Epoupa Valentin, qui non seulement ne remplissait aucun critère prescrit par ta lettre circulaire du Président national et la lettre d’explication du secrétaire général pour conduire cette importante section et délicate section a tout mis en œuvre pour s’assurer une victoire avant même le déroulement du scrutin.

On parte d’importantes mallettes d’argent qui ont permis aux différentes commissions de fermer les yeux sur les règles du jeux de ces opérations de renouvellements des organes de base qui se voulaient dès le départ transparent. Les militants du parti des flammes estiment pour leur part, qu’on n’aurait pas dû leur faire comprendre que les choix avaient déjà été faits par les commissions électorales.

Source: Le Messager