0
Regional News Wed, 22 Jan 2020

Nouveaux raids en Ambazonie: des morts et 3 villages incendiés

A u moins deux nouveaux villages dans les régions anglophones du Cameroun ont été incendiés à la suite de nouveaux raids militaires dans la région du nord-ouest du pays, a confirmé le National Telegraph.

Les habitants du clan Pinyin, où ces deux villages sont situés dans la division Mezam du pays, disent que six camions de l'armée camerounaise sont entrés dans les villages depuis Bali Nyonga, un quartier voisin où les soldats ont perpétué des ravages.

Les raids ont été systématiquement effectués du lundi 20 janvier au mardi 21 janvier 2020, au cours desquels plusieurs maisons ont été incendiées et au moins trois personnes brutalement assassinées par des éléments de l'armée camerounaise, selon des sources.

Le village de Mentin a été violemment attaqué au cours duquel des maisons ont été incendiées dans ses quartiers d'Asuu et de Metanyin. Dans le village de Muwah, des maisons ont été incendiées dans le quartier de Kongmission, ont confirmé les habitants.

Les raids ont également fait au moins trois morts. Ndoh Esau, Moses Muluh et Awa Festus ont été tués lundi 20 janvier 2020 à Asuu, a indiqué une source sur place, ajoutant que plusieurs magasins avaient également été pillés et que les biens et biens des civils avaient été emportés. Ces zones ont également été désertées par crainte de nouvelles attaques militaires.

Pinyin est l'un des plus grands clans de la division avec six villages; Menka, Buchi, Mesoh, Meshighe, Mentin et Muwah. Ces raids ont été décrits comme les plus insensibles du clan depuis le début de 2020.

À Bali Nyonga, une ville du nord-ouest qui partage des frontières avec les villages de Pinyin, plusieurs maisons ont été incendiées et trois autres personnes tuées à la suite d'un précédent raid militaire qui a commencé le vendredi 17 janvier 2020.

Le pays d'Afrique centrale en est à sa troisième année de conflit armé dans les régions anglophones du nord-ouest et du sud-ouest du pays après une déclaration d'indépendance de Sisiku Ayuk Tabe Julius, appelé président de l'Ambazonie, les nouveaux rebelles de l'État se battent établir.

À ce jour, 14 000 personnes au moins ont été tuées au cours de batailles et de raids militaires et plus de 400 villages ont été incendiés. Des milliers de personnes sont détenues dans divers centres de détention, dont Ayuk Tabe et neuf autres condamnés à vie. Plus de deux millions de personnes restent déplacées en tant que réfugiés et déplacés internes.

Le président Paul Biya a appelé à un dialogue national, fin 2019, pour résoudre la crise, mais a fini par la politiser, disent les experts politiques, ajoutant qu'il a été totalement boycotté par les rebelles. Le dictateur de 86 ans a maintenant juré dans son discours télévisé du Nouvel An à son pays d'écraser les séparatistes, faisant référence à ceux qui se battaient pour établir l'Ambazonie.

Source: NationalTelepgraph.com