0

Reconstruction de l’Extrême-Nord: Paul Tasong passe un mauvais quart d’heure devant les députés

NOSO Paul Tasong Camerounweb Les députés nordistes passent à l’offensive

Fri, 26 Nov 2021 Source: L’œil du Sahel

Le ministre Tasong pris en grippe par des députés. Paul Tasong, le ministre délégué auprès du ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), n’ignorait pas qu’il passerait un mauvais quart d’heure devant les députés ce 23 novembre 2021 lors de la plénière spéciale de présentation du Plan de reconstruction des régions du Nord-Ouest, du Sud-Ouest et de l’Extrême-Nord (PPRD-No/So) à l’Assemblée nationale.

Prévue en juin 2021, ce grand oral avait été renvoyé après des divergences intervenues au sein du gouvernement. «Le Premier ministre a insisté pour qu’il soit inscrit dans le libellé introductif la référence à la reconstruction de l’Extrême-Nord prenant ainsi le contre-pied du ministère de l’Économie, de la planification et de l’Aménagement du territoire qui voulait une plénière consacrée uniquement à la reconstruction des régions anglophones», insiste une source à la Primature.

Devant les députés nordistes particulièrement Vigilants ce 23 novembre 2021, Paul Tasong a reconnu que le plan de reconstruction n’était pas encore sur les rails, même s’il s’est voulu rassurant. «Ce plan ne souffre de rien. Cela viendra. (…) Le document-cadre, qui a été validé à l’issue d’une réunion présidée par te Premier ministre le 28 septembre 2021, est structuré autour de trois composantes opérationnelles, pour un coût global de 1 810 milliards FCFA», a-t-il indiqué. Une enveloppe qui, toujours selon le ministre consacrera entre autres, sur cinq ans, 136 milliards FCFA pour le développement dès infrastructures et 1 587 milliards FCFA pour les appuis aux activités socio-économiques et adaptation aux changements climatiques.

Les déclarations du ministre ont eu le don de sortir de leurs gonds, un certain nombre d’élus Nordistes passablement irrités par les jongleries du gouvernement. D’abord, les élus ont eu le sentiment que le programme de Reconstruction porté par le ministre Tasong faisait la part belle aux régions anglophones au détriment de l’Extrême-Nord où une guerre s’y déroule pourtant depuis 2014 dans un environnement de pauvreté d’une très grande inquiétude.

Le député Kamssouloum Abba Kabir le lui a d’ailleurs clairement rappelé dans son intervention : «Toutes les enquêtes socioéconomiques nationales ou menées par les partenaires au développement indiquent que la région de l’Extrême-Nord, qui abrite 20% de la population du Cameroun, concentre à elle seule tous les indicateurs de pauvreté les plus défavorables du Cameroun. (…) Ainsi, l’indice de pauvreté de la région de l’Extrême-Nord qui était de 74% contre une moyenne nationale de 37,5% en 2014, est certainement plus dramatique de nos jours».

Cette mise à l’écart de l’Extrême-Nord dans les priorités gouvernementales a passablement irrité les élus Nordistes. Lesquels n’ont, non plus, apprécié la légèreté des chiffres avancés par le gouvernement pour se dédouaner. Le ministre Tasong a en effet eu recours à des subterfuges pour gonfler l’enveloppe affectée à la reconstruction de l’Extrême-Nord avant de se faire taper proprement sur les doigts.

L’honorable Silikam, député Rdpc du Mayo-Danay, lui a par exemple rappelé que le projet de construction du pont entre Yagoua et Bohgor au Tchad ne pouvait être mentionné dans le programme de la reconstruction… Et pour cause il est financé par le Cameroun, le Tchad, la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD), l’Union européenne (UE) et le Fonds d’assistance technique des pays à revenu intermédiaire (FAT-PRI).

«En panne d’idées, le gouvernement a cafouillé pour tenter de sauver la face. Il a fait montre d’impréparation, laissant transparaître une politique de deux poids deux mesures sur la Reconstruction des zones de conflit. Le gouvernement n’est pas sérieux sur cette question», peste un député de l’Extrême-Nord. Le ministre Tasong a lui-même reconnu cette situation à demi-mot. «La première chose qu’il faut dire, c’est que le gouvernement n’était pas à même d’apporter à l’attention de la Représentation nationale les informations à un certain niveau de maturité C..)

Le moment venu, quand ce plan sera entièrement ficelé et aura obtenu toutes les approbations de la hiérarchie gouvernementale, nous reviendrons passer le temps avec vous et nous assurer que vous êtes les mieux informés possible», a-t-il tenté de rassurer. Sans convaincre personne.

Les élus Nordistes, connus d’ordinaire pour leur silence, font montre depuis le début de cette mandature d’une débauche d’énergie qui surprend plus d’un. Le ministre Tasong en a fait l’amère expérience. Car outre les , honorables Kamssouloum Abba Kabir et Silikam, il a également subi lès foudres des députés Salmana Amadou Ali (Fsnc), Zondol Hersesse (Rdpc), Douvaouissa Aïssa (Undp), Guiswé (MDR) et Haman Tchiouto (Rdpc). «C’est un bon signe pour l’unité du Grand-Nord. Cette mobilisation a dépassé les clivages partisans pour se résumer à l’essentiel : le développement des régions septentrionales. Voyez-vous, les députés Rdpc, Undp, Fsnc et MDR se sont retrouvés sur la même longueur d’onde», explique Jérôme Banga, observateur de la scène politique.

Source: L’œil du Sahel