0
Religion Fri, 13 Sep 2019

Le diocèse d’Ebolowa mise sur la foi des jeunes

Plus de 2 000 jeunes du diocèse d’Ebolowa, dans le sud du Cameroun ont réfléchi, du 7 au 11 août, sur le thème du Synode des évêques sur les jeunes la foi et le discernement vocationnel qui s’est tenu à Rome en octobre 2018.Depuis le 2 septembre, les résolutions de cette rencontre sont partagées dans les différentes paroisses du diocèse.

Depuis le 2 septembre, l’heure est, pour les jeunes du diocèse d’Ebolowa, dans le sud du Cameroun, à la restitution des échanges qu’ils ont eus, du 7 au 11 août avec leur évêque, Mgr Philippe Alain Mbarga.

L’évêque de ce diocèse camerounais réunissait, à ces dates du mois d’août, les jeunes de 15 à 43 ans venant de 48 paroisses pour méditer et prier sur le thème du dernier du dernier Synode des évêques sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel, qui s’est tenu à Rome en octobre 2018.

Une semaine d’échange

Pendant cette semaine d’échanges, les jeunes du diocèse d’Ebolowa, en plus d’une réflexion sur la foi et le discernement vocationnel, ont été mis à l’école de la prière silencieuse et méditative et ont acquis des connaissances sur les célébrations eucharistiques dans l’Église catholique romaine.

Au cours de la messe de clôture qu’il a célébrée à la cathédrale Saints Anne et Joachim d’Ebolowa, le 11 août, Mgr Philippe Alain Mbarga s’était longuement adressé aux jeunes?: « la foi est un élément important dans le processus d’éducation des jeunes, a-t-il estimé. Le jeune qui à la foi en Dieu, a un comportement de paix, et ne se laisse pas aller vers la haine. Le jeune qui a la foi, connaît le discernement, et cherche le chemin de la paix pour son pays ».

Se fondant sur la situation sociopolitique du Cameroun, l’évêque d’Ebolowa avait sensibilisé les jeunes de son diocèse afin qu’ils prennent leurs responsabilités face aux crises politiques. Il s’agit, notamment de la crise anglophone qui secoue les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis 2016 mais également la crise post-électorale qui a vu le principal opposant au président camerounais Paul Biya, Maurice Kamto, emprisonné avec de nombreux jeunes camerounais, suites à des manifestations.

Restitution

Presque deux semaines après ce rassemblement, les jeunes, de retour dans leurs paroisses respectives et leurs lieux de scolarisation ont procédé à des séances de restitution des échanges aux jeunes qui n’ont pas pu effectuer le déplacement. « Une des principales recommandations du père évêque était de faire de nous des missionnaires auprès des autres jeunes, pour leur dire que la foi est un chemin de paix », a ainsi expliqué Estelle Manga, 17 ans, à ses condisciples du lycée publique de la ville de Mengang, situé à une trentaine de kilomètres d’Ebolowa.

Pour Armand Meva’a, élève dans un collège laïc de la ville d’Ebolowa l’expérience vécue lors de rassemblement est unique. « Elle a renforcé ma foi en Dieu. Savoir que Dieu existe est désormais une réalité que j’ai fortement intégrée dans ma vie, a-t-il confié. J’ai aussi compris le travail que fait l’Église catholique pour leur apprendre le discernement dans la foi ».

Source: africa.la-croix.com