MenuPaysPeoplePolitique

Bello Bouba Maigari

Célébrités du Cameroun

Politique

Bello Bouba Maigari

Ministre

Bello Bouba
Date de Naissance:
1947-00-00
Lieu de Naissance:
Baschéo

Bello Bouba Maigari est un homme d'État camerounais né à Baschéo en 1947. Il a été Premier ministre de la République du Cameroun du 6 novembre 1982 au 22 août 1983 et président national de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (PNUD) depuis janvier 1992. Bien qu'il ait été un chef de file de l'opposition pendant une grande partie des années 90, il participe au gouvernement depuis décembre 1997; il a été ministre d'État au Développement industriel et commercial de 1997 à 2004, ministre d'État aux Postes et Télécommunications de 2004 à 2009 et ministre d'État aux Transports de 2009 à 2009. Depuis décembre 2011, il est ministre d'État au Tourisme et loisirs.

Bello Bouba est né à Baschéo, dans le département de la Benoué, dans la province du Nord du Cameroun. De 1972 à 1975, Bello Bouba était secrétaire général du ministère des Forces armées. Il a été nommé secrétaire général adjoint de la présidence le 30 juin 1975, jusqu'en janvier 1982 (avec le grade de ministre du 11 novembre 1980). Dans le gouvernement nommé le 7 janvier 1982, il devint ministre d'État à l'Économie et au Plan; plus tard, lorsque le président Ahmadou Ahidjo démissionna en novembre 1982, Bello Bouba fut nommé Premier ministre du nouveau président, Paul Biya. Paul Biya aurait nommé Bello Bouba sur l'ordre d'Ahidjo; Beaucoup pensaient qu'Ahidjo voulait que Bello Bouba - un Musulman du Nord, comme lui et contrairement à Biya - soit son successeur ultime et que Biya soit censée servir de président par intérim à la fois. Ahidjo et Biya sont toutefois entrés en conflit. Ahidjo s'est exilé et le 22 août 1983, Biya a publiquement accusé Ahidjo de préparer un coup d'État; à la même occasion, il annonçait le renvoi de Bello Bouba au poste de Premier ministre, le remplaçant par Luc Ayang.

Ahidjo a été jugé par contumace pour le coup d'État de 1983 et condamné à mort par un tribunal le 28 février 1984; à cette occasion, le tribunal proposa que d'autres personnes, dont Bello Bouba, fussent également jugées. Cependant, Biya a mis fin à la procédure judiciaire à leur encontre. Bello Bouba s'est exilé au Nigéria après l'échec de la tentative de coup d'État contre Biya en avril 1984.

Bello Bouba a annoncé la formation d'un nouveau parti, l'Union nationale pour la démocratie et le progrès au Cameroun (UNDPC), à Paris le 25 mai 1990. Après sa légalisation (en tant que PNUD) en mars 1991, il est rentré au Cameroun le 17 août 1991. Au congrès du PNUD qui s'est tenu à Garoua les 4 et 5 janvier 1992, Bello Bouba est devenu président du PNUD, évincant ainsi l'ancien dirigeant du parti, Samuel Eboua. Il a été élu à l'Assemblée nationale lors des élections législatives de mars 1992 en tant que député du Benoué.

Bien que l'obligation de résidence de cinq ans ait initialement empêché Bello Bouba de se présenter à la présidence plus tard en 1992, elle a été changée à un an; le changement a été attribué au désir du gouvernement français de faire participer Bello Bouba à l'élection. Bello Bouba s'est classé troisième lors de l'élection du 11 octobre 1992, derrière le candidat de Biya et du Front social-démocrate (SDF) John Fru Ndi, qui a recueilli 19,22% des suffrages. Dans deux provinces, la province d'Adamawa et la province du Nord, il a remporté des majorités: 64,04% dans la province d'Adamawa et 50,42% dans la province du Nord. Lui et Fru Ndi ont contesté les résultats officiels qui ont proclamé Biya le vainqueur et ils ont vainement demandé à ce que l’élection soit annulée par la Cour suprême pour fraude présumée. Biya a nommé deux dirigeants du PNUD, Hamadou Moustapha et Issa Tchiroma, au gouvernement en novembre 1992, apparemment dans le but de diviser et d'affaiblir le PNUD. Bello Bouba s'est fermement opposé aux nominations, mais malgré leur indiscipline, les deux n'ont pas été immédiatement expulsés du parti.

Après que Moustapha et Tchiroma aient à nouveau accepté des postes au gouvernement dans le cadre d'un remaniement ministériel en juillet 1994, Bello Bouba a déclaré le 23 juillet 1994 que cela signifierait la fin de leur adhésion au PNUD. Par la suite, lors de sa visite à Maroua le 30 juillet 1994, le véhicule de Moustapha a été attaqué par des personnes qui lui jetaient des pierres. En conséquence, la voiture a quitté la route, une personne a été tuée et plusieurs autres blessées. 28 membres du PNUD ont été arrêtés pour l'attaque. Le PNUD a nié toute responsabilité et a blâmé le gouvernement pour l'attaque, affirmant que celle-ci avait servi de prétexte à une répression contre le PNUD. Bello Bouba et les autres députés du PNUD ont lancé un boycott de l'Assemblée nationale le 8 novembre 1994 afin de faire pression pour la libération des militants du PNUD arrêtés; ils ont toutefois mis fin à leur boycott quelques semaines plus tard.

Moustapha et Tchiroma ont contesté leur destitution du parti, mais ils ont finalement été expulsés par le Comité central du PNUD en janvier 1995. Après leur expulsion, Moustapha et Tchiroma ont créé leur propre faction "authentique" du PNUD, rejetant le leadership de Bello Bouba. Cette faction est ensuite devenue l'Alliance nationale pour la démocratie et le progrès (ANDP), un nouveau parti caractérisé par une légère modification du nom du PNUD. Malgré la création d'un nouveau parti, Moustapha et Tchiroma contestent toujours légalement la direction du PNUD par Bello Bouba.

Bien que Bello Bouba ait été réélu à l'Assemblée nationale lors des élections législatives de mai 1997, le PNUD a eu de piètres résultats, perdant de nombreux sièges. Le PNUD a ensuite participé au boycott par l'élection présidentielle d'octobre 1997, selon Bello Bouba, "il n'y a aucune volonté politique de la part du parti au pouvoir.

Dans l’élection parlementaire 2002, Bello Bouba a de nouveau un candidat du PNUD dans la circonscription Benoué Ouest, mais cette fois il a été battu. Le PNUD n'a remporté qu'un seul siège lors de cette élection, et Bello Bouba l'a qualifiée de "farce", alléguant que la faible inscription des électeurs a été utilisée pour truquer les élections en faveur du Mouvement démocratique populaire camerounais (RDPC) au pouvoir; Cependant, certains membres du parti auraient attribué la mauvaise performance du PNUD à la désapprobation de la coopération de Bello Bouba avec le RDPC au sein du gouvernement. Certains membres du parti voulaient qu'il quitte le gouvernement après les élections de 2002 et que le PNUD rejoigne l'opposition au sens large, mais il a choisi de rester, malgré la dissidence au sein du parti. Il a soutenu Biya, le président sortant, lors de l’élection présidentielle d'octobre 2004 ; il a dit que, bien que les partis soient créés pour gagner le pouvoir, il n'est pas nécessaire qu'ils participent à chaque élection, et que le PNUD a soutenu Biya dans l'intérêt de la paix continue et de la croissance économique.

Dans le gouvernement nommé le 8 décembre 2004, il est passé de son poste de ministre d'État au Développement industriel et commercial à celui de ministre d'État aux Postes et Télécommunications. Bello Bouba a été réélu président du PNUD lors d'un congrès du parti à Bertoua les 20 et 21 janvier 2007. S'exprimant le 14 février 2009, Bello Bouba a défendu la participation de son parti au gouvernement, affirmant que sa participation lui donnait l'occasion de travailler pour le bien du pays d'une manière qui ne serait pas possible s'il se contentait de critiquer le gouvernement de l'extérieur. À la mi-mai 2009, il a été annoncé que Bello Bouba serait candidat du PNUD à l’élection présidentielle de 2011. Le portefeuille ministériel de Bello Bouba a été modifié le 30 juin 2009, lorsqu'il a été nommé ministre d'État aux Transports. En tant que candidat à la présidentielle, Bello Bouba - qui avait une base de soutien limitée et largement confinée au nord - était considéré comme n'ayant aucune chance sérieuse de remporter les élections de 2011. On pensait qu'il continuerait à soutenir le président Biya, qui devait se présenter pour un autre mandat, et voulait rester au gouvernement. Bello Bouba ne s'est finalement pas présenté comme candidat à la présidence lors du vote d'octobre 2011. Biya a de nouveau été facilement réélu. Dans le gouvernement nommé le 9 décembre 2011, Bello Bouba a été transféré au poste de ministre d'État au Tourisme et aux Loisirs. Il a été installé dans son nouveau ministère le 10 décembre.