MenuPaysPeopleCulture

Francis Bebey

Célébrités du Cameroun

Culture

Francis Bebey

Musician/Writer/Artist

Image De Franis Bebey
Date de Naissance:
1929-07-15
Lieu de Naissance:
Douala

Francis Bebey était l '«Homme de la Renaissance» de l'Afrique. Un artiste aux multiples talents qui a fait sa marque en tant que poète, écrivain et journaliste ainsi que chanteur, auteur-compositeur et guitariste. La star camerounaise a joué un rôle déterminant dans la reconnaissance de la musique africaine sur la scène mondiale. Né le 15 juillet 1929 dans une famille pauvre du quartier Akwa à Douala, Francis grandit entouré de musique dès son plus jeune âge. Son père, pasteur protestant qui jouait de l'harmonium et de l'accordéon, lui apprit à chanter. Il a également élevé son fils en écoutant de la musique classique du monde occidental. Le jeune François appréciait ainsi les fugues du «Messie» de Bach et d’Haendel. Le jeune garçon était aussi étroitement en contact avec ses racines africaines, s'imprégnant des mélodies traditionnelles de son pays natal. À l'insu de ses parents, Francis avait l'habitude de se faufiler dans la maison d'un voisin la nuit pour jouer de l'arc à bouche et de la harpe africaine traditionnelle. En peu de temps, la musique africaine était devenue la passion primordiale du jeune garçon et elle deviendrait bientôt aussi l'engagement de toute une vie.

Francis a commencé par maîtriser l'art du banjo, mais en 1947, Il a abandonné l'instrument au profit de la guitare. Trois ans plus tard, la vie du jeune adolescent a radicalement changé lorsqu'il a quitté le Cameroun et s'est installé à Paris. Il s'est inscrit à la Sorbonne pour étudier l’anglais. Francis a lancé sa carrière musicale à ce stade, formant un trio avec son compatriote Manu Dibango et un autre ami. Après la Sorbonne, Francis décide de s'aventurer plus loin et de vivre aux États-Unis et y suivre une formation en journalisme et en études des médias. Pendant ce temps, les choses avancent sur le plan musical alors que Francis termine sa première composition pour guitare, intitulée "L'Été du Lac Michigan" (Summer at Lake Michigan).

Radio, journalisme et poésie :

En tant que journaliste diplômé et reporter radio, Francis Bebey a continué à travailler en Afrique où il a joué un rôle déterminant dans la création d'une radio française au Ghana. Après son passage en Afrique, le jeune reporter est revenu en France et s'est décroché un poste de reportage chez Sorafom, la future RFI (Radio France Internationale).

Toutefois Bebey était un artiste aux multiples talents ; des talents qui ne se sont jamais limités à un seul domaine. Après avoir travaillé chez Sorafom, il a ensuite dirigé le département de musique de l'UNESCO. Pendant ce temps, il a continué à écrire des articles réguliers pour les journaux et à publier une série de nouvelles, de poésie et de romans, incluant «Le Fils d’Agatha Moundio» (qui a remporté le «Grand Prix littéraire de l’Afrique noire» en 1968). Francis a également poursuivi ses activités sur le plan musical. En 1968, il donne son premier concert parisien à l'American Center, présentant un répertoire multilingue (en Douala, français et anglais) inspiré des chants traditionnels bantous et de la musique polyphonique pygmée.

L’année suivante, il a publié un livre musical intitulé "Musique" (actuellement disponible dans la traduction anglaise, "African Music: A People’s Art"). Bebey a également tourné sa plume vers d'autres formats, écrivant une série d'histoires dont "L'Enfant pluie" et des poèmes tels que "Concert pour un vieux masque".

Une touche de malice :

En 1972, Francis Bebey sort son premier album, "Idiba". A partir de 1974, il décide de mettre un terme à ses autres activités et de consacrer tout son temps et son énergie à la composition et à l'écriture de chansons. Soucieux de préserver l'essence de son héritage musical traditionnel, Bebey utilise avec parcimonie les instruments électriques, préférant mettre l'accent sur des instruments traditionnels tels que la flûte pygmée et le Sanza (piano à pouces). Cela ne l'a pas empêché d'introduire un certain esprit d'aventure et d'audace dans ses créations musicales. Bebey n'a pas hésité à sortir des instruments de signature, ainsi, dans "Kasilane", une composition qu'il a écrite pour le Quatuor Kronos, il a mélangé le son obsédant de la flûte pygmée avec un quatuor à cordes. Il a également écrit une pièce innovante avec Sanza et violoncelle pour la jeune violoncelliste française Sonia Wieder-Atherton.

Ces compositions sont appréciées des spécialistes, mais Bebey connaît un succès avec un plus grand public en 1980 avec "Le Rire africain". L'album contenait sa célèbre chanson «Agatha», une chanson ostensiblement destinée à un effet comique mais qui contenait un sens plus profond. Bebey a affirmé plus tard que son histoire de «l'enfant couleur café, pas tout à fait comme les autres enfants du village» était sa propre déclaration personnelle contre le racisme. En effet, sur des chansons comme «Agatha», «Si les Gaulois avaient su» et «La Condition masculine», Bebey réussit à introduire une note d'humour espiègle et provocateur en abordant des thèmes plus sérieux.

Un incontournable du circuit international des concerts :

Ces chansons ostensiblement comiques ont attiré l'attention des amateurs de musique francophones du monde entier et il a remporté le prestigieux "Prix Sacem de la chanson française" en 1977. Mais Bebey a rapidement révélé une autre facette de son talent. Il s'imposa comme un compositeur majeur et un interprète de concert international. Il a continué à assurer un calendrier de tournées internationales chargé, apparaissant dans des lieux prestigieux dans le monde entier. Le public a afflué le voir à la Maison de Radio-France à Paris, au Carnegie Hall à New York, à Radio Deutschland à Berlin, au musée Edvard Munch à Oslo et au Masonic Auditorium à San Francisco.

Dans les années 1980, Francis Bebey est invité avec Léopold Senghor à présider le «Haut Conseil de la francophonie» créé par le président français François Mitterrand. Pendant ce temps, Bebey a poursuivi une foule d'autres activités, en composant la bande originale de "Yaaba", le deuxième long métrage réalisé par le réalisateur burkinabé Idrissa Ouedraogo. (Le film, sorti en 1989, a remporté un prix au Festival de Cannes).

En 2000, Francis Bebey revient sur le devant de la scène musicale francophone avec l'album «M'Bira Dance». Au cours de l'été de cette année-là, il fait l'une de ses dernières apparitions publiques, se produisant au festival "Les Suds" à Arles dans le sud de la France.

Le 28 mai 2001, le monde de la musique africaine a perdu l'un de ses plus grands interprètes. Bebey meurt d'une crise cardiaque chez lui à Paris.

« Je voulais à tout prix que les Noirs d'Afrique prennent conscience de leur musique et que les non- Africains sachent aussi que nous existons à partir de là. Si on ne connaît pas cette musique africaine, sa philosophie, son passé, son présent et son avenir sont compris dans ce qu'il exprime musicalement, musique d'écoute ou de danse », disait-il. L'esprit de Bebey vit :

En 2002, des amis et admirateurs créent l'Association Francis Bebey dans le but de préserver la mémoire de l'artiste et de publier son travail à titre posthume. L'association s'engage également à organiser des concerts de musique africaine et à soutenir des programmes de recherche dans les domaines de la littérature et de la musique.

Camerounweb.com