MenuPaysPeoplePolitique

Ibrahim Talba Malla

Célébrités du Cameroun

Politique

Ibrahim Talba Malla

Ministre Délégué

Ibrahim Talba.jpeg
Date de Naissance:
N/A
Lieu de Naissance:
Cameroun

De la rigueur pour une gestion efficiente des Marchés publics. Pétri d’expériences dans la conduite des sociétés d’Etat, Ibrahim Talba Malla a le profil de l’emploi. Dans la cinquantaine, cet originaire du Moya-Sava, région de l’Extrême-Nord, était directeur de la Société nationale de raffinage (SONARA) avant sa promotion en tant que ministre délégué à la Présidence chargé des Marchés Publics. Membre titulaire du Comité central du RDPC, a aussi occupé d’autres hauts postes de responsabilités. Notamment, celui de directeur général de la caisse de stabilisation des produits des hydrocarbures (SNH). Son entourage parle d’un homme politique qui fait preuve d’abnégation, de dévouement et de disponibilité.

Inspecteur principal des impôts, Talba Malla Ibrahim adhère au RDPC à création en 1985. Dès 1987, il est chargé de mission du RDPC ans le Mayo-Sava, à l’occasion des opérations de renouvellement des bureaux des organes de base. En 1988, il est chargé de mission pour le renouvellement des conseillers municipaux dans la commune de Mora. En mars et octobre 1992, il est respectivement chargé de mission de la délégation du Comité central pour les législative et présidentielle.

Président de la cellule d’animation et de promotion des activités culturelles (CEPAC) depuis 1993, Ibrahim Talba Malla est désigné en décembre 1996, membre titulaire du comité central du RDPC par le président national Paul Biya. A l’analyse, c’est un homme pétri d’expériences qui arrive à la tête des Marchés publics. De grands défis en perspective pour marquer le septennat des Grandes Opportunités.

Secrétaire à l’organisation du comité central du RDPC, il est, dans le sérail, considéré comme le «disque dur» du parti au pouvoir. Grâce à son doigté, son sens de la diplomatie, son abnégation et son dévouement aux idéaux du Renouveau, c’est à lui que le parti de Paul Biya doit chacune de ses sorties. C’est également le «monsieur hydrocarbures» du régime de Yaoundé. Fiscaliste et spécialiste du droit des affaires, il a été directeur général de la Caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures (CSPH) pendant une vingtaine d’années. Il a réussi, pendant son magistère, à maintenir les prix des produits pétroliers à des niveaux raisonnables à la pompe. Depuis le 15 février 2013, il a trôné à la tête de la Société nationale de raffinages (Sonara) où il a mis toute son expérience pour sortir l’entreprise du gouffre, à travers la maitrise du marché local et la consolidation de la conquête des marchés extérieurs. Fils d’ancien ministre, Ibrahim Talba Malla a fait passer la production annuelle de 2,1 millions à 3,5 de tonnes.