MenuPaysPeoplePolitique

Issa Tchiroma Bakary,

Célébrités du Cameroun

Politique

Issa Tchiroma Bakary,

Ministre

Issa Tchiromaaaa
Date de Naissance:
1949-11-10
Lieu de Naissance:
Cameroun

Issa Tchiroma Bakary, né le 10 septembre 1949, est un homme politique camerounais qui a servi dans le gouvernement camerounais en tant que ministre des Transports de 1992 à 1996 et est ministre de la Communication depuis 2009. Il est président du Front pour le salut national du Cameroun (FSNC), petit parti politique. Il est connu pour avoir rejeté comme fausse nouvelle une vidéo de soldats camerounais tuant des femmes et des enfants dans le nord du pays. Depuis 2019, il est ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle Dans le gouvernement Joseph Dion Ngute.

Tchiroma a étudié en France et est devenu ingénieur matériaux et construction. Travaillant à Douala, il était chargé de recherche à la Régie des Chemins de Fer du Cameroun (Regie des Chemins de Fer, Regifercam), la compagnie des chemins de fer de l'État du Cameroun, jusqu'en avril 1984. Lorsque des soldats ont tenté de renverser le président Paul Biya lors d'une tentative de coup d'État le 6 avril 1984, déclenchant des jours de combats à Yaoundé, Tchiroma était à Douala. Selon Tchiroma, il n'était pas impliqué dans la tentative de coup d'État et la violence était aussi mystérieuse pour lui que pour les autres à l'époque; il a dit avoir observé l'atmosphère sombre qui régnait dans la ville et noté le manque général d'informations fiables sur ce qui se passait à Yaoundé.

La tentative de coup d'État a finalement été vaincue par les loyalistes de Biya, et le gouvernement a commencé à rassembler des individus soupçonnés d'être impliqués. Tchiroma a continué à travailler à Regifercam, mais il a rapidement été soupçonné d'être impliqué dans la tentative de coup d'État; il était nordiste et les gens du nord étaient considérés comme les principaux responsables de la tentative de coup d'État. Après quelques jours au cours desquels son domicile a été fouillé et endommagé à plusieurs reprises, Tchiroma a été arrêté le 16 avril 1984. Décrit comme "un élément très dangereux", il a été emmené à Yaoundé et d'abord emprisonné pendant trois jours dans une petite cellule de trois mètres carrés de taille, sans toilettes, sans lumière ou sans ventilation. D'autres prisonniers ont été retirés de la cellule, car Tchiroma était jugé si dangereux qu'il devait être gardé seul. Réfléchissant plus tard à l'épreuve, Tchiroma a déclaré que c'était le pire souvenir de sa vie et qu'il ne souhaiterait pas l'expérience sur son pire ennemi.

Tchiroma a ensuite été incarcéré à la prison de Kondengui avant d'être transféré à la prison de Yoko. Lors de son procès devant un tribunal militaire, il a été défendu par Yondo Black. En prison, Tchiroma, qui est camerounais francophone, a étudié l'anglais. Après plus de six ans de prison, il a été libéré en 1990.

Le président Biya a nommé Tchiroma au gouvernement comme ministre de la Communication le 30 juin 2009. Selon Tchiroma, il a appris sa nomination lorsque quelqu'un qui venait d'entendre l'annonce l'a appelé pour lui dire d'allumer la radio. Il a dit qu'il l'avait d'abord pris comme une blague et qu'il était très heureux quand il a appris que c'était vrai, tout en soulignant que "la responsabilité et le défi sont énormes". Il a pris ses fonctions le 1er juillet 2009.

Le 17 août 2009, Tchiroma a annoncé qu'il avait ordonné la fermeture de Sky One Radio en raison de "multiples infractions aux lois régissant les communications au Cameroun". Selon le gouvernement, la station tentait de résoudre les problèmes sociaux par le biais de son programme Le Tribunal et supplantait ainsi le ministère des Services sociaux. Tchiroma a déclaré qu'il avait tenté à trois reprises de parvenir à un accord avec la direction de la station, mais sans succès; il a ajouté que la station serait rouverte si la direction "promettait de respecter le code d'éthique et les spécifications du ministère".

Lorsque le président Biya a pris des vacances coûteuses en France en septembre 2009, le coût des vacances a généré une certaine colère, mais Tchiroma a fait valoir que Biya, "comme tout autre travailleur ... a droit à ses vacances" et qu'en prenant des vacances, il était libre de utiliser "les moyens mis à sa disposition par le peuple souverain ... pour subvenir à ses besoins".

Le journaliste Bibi Ngota, qui a été arrêté pour fraude le 10 mars 2010, est décédé à la prison de Kondengui en avril 2010. Tchiroma a déclaré que Ngota était séropositif et qu'il était décédé des suites d'infections qui avaient "submergé" son système immunitaire affaibli, malgré les meilleurs efforts des médecins des prisons. Cependant, certains ont exprimé leur scepticisme quant à la version officielle des événements, affirmant que Ngota n'avait pas reçu de traitement. Le frère de Ngota a été irrité par l'explication de Tchiroma et a dit qu'il mentait.

Alors que le Cameroun organisait les célébrations marquant son 50e anniversaire de l'indépendance de la France en mai 2010, Tchiroma a reconnu dans une interview que "le Cameroun a souffert de la mauvaise gouvernance, de la mauvaise gestion et de la corruption", tout en affirmant que le pays progressait sous le président Biya. Il a noté qu'un niveau élevé de paix et de stabilité avait été préservé au Cameroun, contrairement à de nombreux autres pays africains. En ce qui concerne la controverse entourant la mort de Ngota et les allégations selon lesquelles il a été torturé dans l'espoir d'extraire des informations sur ses sources, Tchiroma a qualifié le journaliste de "coquin" mais a insisté sur le fait que Ngota n'était pas soumis à la torture et que son arrestation n'était pas motivée par des raisons politiques.

Le 21 juin 2010, Tchiroma a annoncé la nouvelle que l'épave d'un avion disparu transportant l'homme d'affaires australien Ken Talbot et le reste du conseil d'administration de la société minière Sundance Resources avait été retrouvée au Congo-Brazzaville à la suite d'une recherche approfondie. L'avion avait décollé à Yaoundé et se rendait dans la ville congolaise de Yangadou, et les 11 personnes à bord sont apparemment mortes dans l'accident.

Après qu'un homosexuel camerounais a obtenu l'asile au Royaume-Uni en raison de sa sexualité, Tchiroma a déclaré en juillet 2010 que, bien que l'homosexualité soit illégale au Cameroun, les homosexuels n'étaient pas poursuivis pour leurs activités privées. Il a rejeté les demandes du demandeur d'asile, arguant que l'homme n'avait rien à craindre de la loi. Tchiroma a déclaré le 20 avril 2017 que Biya avait ordonné la restauration du service Internet dans les régions anglophones du Cameroun, où il avait été interrompu en janvier 2017 en raison de troubles. Tchiroma a déclaré que le refus du service Internet n'était plus nécessaire car la situation dans les régions anglophones était en grande partie revenue à la normale.