MenuPaysPeoplePolitique

Jean Jacques Ekindi

Célébrités du Cameroun

Politique

Jean-Jacques Ekindi

Politicien

Ekindi
Date de Naissance:
1945-00-00
Lieu de Naissance:
Douala, Cameroon

Jean-Jacques Ekindi est un homme politique camerounais. Il est président national du Mouvement progressiste, un parti politique d'opposition, depuis sa fondation en 1991. Il a été député à l'Assemblée nationale du Cameroun de 2007 à 2013.

Né à Douala, il a été membre de l'Union des peuples du Cameroun (UPC) au début de sa carrière politique. Il était politiquement actif pendant ses études en France, et il a été arrêté pour des raisons politiques en 1970 à son retour au Cameroun pour une visite.

Après près de deux ans de prison, il est libéré et reprend ses études en France. Lorsque le Mouvement démocratique populaire du Cameroun (RDPC) a été créé en tant que parti au pouvoir en 1985, en remplacement de l'Union nationale du Cameroun (CNU), Ekindi a rejoint le parti, encouragé par les promesses de réforme du président Paul Biya.

Ekindi a été élu président de la section du Wouri du RDPC en 1986. Son élection a été considérée comme faisant partie d'un effort du président Biya pour réconcilier les factions du parti en permettant à des politiciens comme Ekindi, qui avait été considéré comme déloyal dans le passé, d’assumer des rôles de leadership importants en tant que présidents de section. En 1990, au début de la période de réforme politique multipartite, il était considéré comme l'une des principales figures progressistes du RDPC. Au début de 1991, Ekindi a été réélu président de la section du Wouri, battant Albert Dzongang. Cependant, il a quitté le RDPC en mai 1991. Il était alors considéré comme le membre le plus important du RDPC à avoir fait défection dans l'opposition.

Dans l'opposition, Ekindi a fondé un nouveau parti : MP (Mouvement progressiste). Il est président national du MP depuis sa création le 23 août 1991. Il a participé à un rassemblement organisé par la Coordination nationale des partis et associations de l'opposition (NCOPA) à Douala les 23 et 24 septembre 1991. A cette occasion il a été arrêté et traité si mal qu'il a dû être hospitalisé. 30 à 60 personnes ont été arrêtées lorsqu'elles ont manifesté à Douala contre l'arrestation d'Ekindi. Ce dernier a été détenu pendant moins de 24 heures et a été libéré sans inculpation à la demande de consuls étrangers.

Ekindi était le candidat du MP à l'élection présidentielle d'octobre 1992. Au cours de la campagne, la Radio Télévision camerounaise (CRTV) a refusé de diffuser un segment produit par la campagne Ekindi le 2 octobre, estimant que le segment comprenait des« attaques violentes »contre le RDPC et des« propos insultants et diffamatoires contre Paul Biya ».

Le Conseil national de la communication a examiné cette décision et a décidé d'autoriser la diffusion du segment le 7 octobre. D'autres messages de la campagne Ekindi les 9 et 10 octobre n'ont pas été autorisés à être diffusés, mais selon le gouvernement, c'était parce qu'Ekindi "ne respectait pas les dispositions légales". Selon les résultats officiels de l'élection de 1992, Ekindi a obtenu 0,79% des voix (un total de 23 525 voix) et s'est classé cinquième. Sa meilleure performance a été dans la province de l'Extrême-Nord, où il a remporté 9 903 voix.

Lorsque Biya a obtenu le surnom de "Lion Man" (l'homme lion) lors de l'élection présidentielle de 1992, Ekindi a à son tour obtenu le surnom de "Lion Hunter" (chasseur du lion) pour sa farouche opposition à Biya.

Fin 2003, Ekindi est devenu président en exercice du Front of Alternative Forces, une coalition d'opposition. Il a été brièvement détenu à Douala avec d'autres membres du Front en janvier 2004 alors qu'ils étaient sur le point de lancer une pétition liée à la prochaine élection présidentielle. La pétition indiquait que le registre électoral devait être informatisé et que les listes électorales devraient être révisées. Il a de nouveau été détenu le 17 août 2004 lors d'une marche à Douala.

Dans une interview de septembre 2004, Ekindi a exprimé sa désapprobation du grand nombre de partis politiques au Cameroun, arguant qu'il n'était pas utile d'en avoir autant et que cela rendait le paysage politique encombré et chaotique. Il a déclaré que de nombreux partis ont été créés par des individus qui ne recherchaient qu'un gain personnel et que le gouvernement a utilisé des agents pour créer de nouveaux partis afin de perturber l'opposition existante.

Selon Ekindi, le Cameroun n'aurait idéalement que trois partis, l'un au pouvoir et les deux autres dans l'opposition, et il a proposé des accords de fusion pour y parvenir. De nouveau candidat à l'élection présidentielle du MP lors de l'élection présidentielle du 11 octobre 2004, Ekindi a déposé une contestation judiciaire de la candidature de Biya à la Cour suprême en septembre 2004, arguant que la constitution interdisait à Biya de se présenter à la réélection tout en étant également président du CPDM.

Ekindi a ensuite annoncé son retrait des élections du 10 octobre au profit de John Fru Ndi, le candidat du principal parti d'opposition, le SDF. Son nom est néanmoins resté sur le bulletin de vote et il s'est classé 13e sur 16 candidats avec 0,27% des voix; il a obtenu son meilleur score dans la province de l'Extrême-Nord, où il a obtenu 0,62% des voix.

Après les élections de 2004, Ekindi a déposé deux requêtes devant la Cour suprême demandant l'annulation des élections. La première pétition portait sur l'argument d'Ekindi selon lequel Biya n'était pas un candidat valable parce qu'il était à la fois président de la République et président du RDPC, tandis que la seconde portait sur des allégations de fraude lors de l'élection elle-même. La Cour suprême a rejeté les deux requêtes d'Ekindi, ainsi que les dix autres requêtes déposées par d'autres personnes demandant l'annulation des élections, le 22 octobre.

Dans un entretien avec The Post le 2 janvier 2007, Ekindi a déclaré qu'il prévoyait de se présenter comme candidat aux élections législatives et municipales à Douala lors des élections qui se tiendront plus tard dans l'année. Toujours dans cette interview, il a vivement critiqué le discours du Nouvel An 2007 de Biya, arguant qu'il était inapproprié pour Biya de critiquer la corruption et d'autres problèmes alors qu'il était, en tant que président des 24 dernières années, la personne la plus responsable de l'état de la nation.

Lors des élections législatives du 22 juillet 2007, Ekindi a été élu à l'Assemblée nationale en tant que candidat député dans la circonscription du centre du Wouri de la province du Littoral, où le MP a obtenu 22,43% des voix et l'un des trois sièges disponibles.

Ekindi a été le seul membre de son parti à remporter un siège aux élections de 2007. Au cours de la campagne, il s'est plaint que le MP ne recevait que six secondes de temps d'antenne à la télévision par jour, soit un total d'une minute et 24 secondes pour toute la campagne.

Selon Ekindi, cela représentait une discrimination contre les petits partis. Il a également dirigé la liste des députés pour les élections municipales simultanées à Douala 1 et y a remporté un siège en tant que conseiller municipal. Au moment des élections, l'alliance entre le MP et le SDF s'est effondrée parce que, selon Ekindi, le SDF a décidé de présenter des candidats dans le Wouri Center et a ignoré l'alliance. Le MP a plutôt formé une alliance avec l'Union démocratique du Cameroun (CDU). Plus tard dans l'année, la femme d'Ekindi, Else Ekindi, est décédée subitement le 26 octobre.

Lors de la réélection du Bureau de l'Assemblée nationale le 14 mars 2008, Ekindi s'est opposé lorsqu’Emilia Lifaka, la vice-présidente du Groupe parlementaire du RDPC, a présenté une liste "consensuelle" de candidats au Bureau. Ekindi a déclaré qu'il n'avait pas été consulté sur la liste et qu'elle n'était donc pas basée sur un consensus. Cavaye Yeguie Djibril, le président de l'Assemblée nationale, a ignoré l'objection d'Ekindi.

Après que trois stations de radiodiffusion aient été temporairement fermées et que le matériel de radiodiffusion ait été par la suite retenu, Ekindi a allégué le 4 juillet 2008 que le ministre des Communications Jean Pierre Biyiti bi Essam était "coupable d'abus de pouvoir". Ekindi a participé à des consultations politiques avec le Premier ministre Ephraïm Inoni concernant la nomination des membres d'Élections Cameroun (ELECAM), la commission électorale nationale.

Après que Biya ait nommé les membres d'ELECAM le 30 décembre 2008, Ekindi a déclaré le 3 janvier 2009 que les nominations allaient au-delà de la simple manipulation, à laquelle il s'était habitué, et atteignaient le niveau de la tromperie flagrante. Selon lui, il ne s'attendait pas à ce que Biya aille jusqu'à nommer des membres dirigeants du RDPC à ELECAM, car les membres d'ELECAM étaient censés être des personnes neutres et indépendantes. En outre, il a dit que les consultations tenues avant les nominations étaient inutiles car les propositions faites au cours de ces consultations étaient complètement ignorées.

Le MP n'a remporté aucun siège aux élections législatives de septembre 2013, et Ekindi a donc perdu son siège à l'Assemblée nationale. Lors d’une conférence de presse tenue à son domicile le 30 avril 2020, Jean Jacques annonça son retour au sein du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), la formation qu’il avait quitté il y a bientôt 30 ans.