MenuPaysPeoplePolitique

Ludovic Lado

Célébrités du Cameroun

Politique

Ludovic Lado

Prêtre

LudovicLado
Date de Naissance:
N/A
Lieu de Naissance:
Cameroun

Le Père Ludovic Lado est connu par ses positions très critiques à l’égard du régime Biya. Le 09 février 2020, le prélat a appelé à un mouvement de ville morte au Cameroun afin de boycotter les élections législatives qu’il qualifia à l’époque de « viol collectif ». Dans une chronique publiée sur sa page Facebook, le Jésuite a déclaré « qu’au Cameroun le diable a élu domicile dans nos palais ».

S’interrogeant sur le silence du président de la République Paul Biya au tout début de la pandémie du Coronavirus, Ludovic Lado l’a « comparé à celui de Jésus avant sa mort ». « Si les gouvernants de l’Afrique centrale pouvaient comprendre cette leçon de coronavirus qui cible principalement les plus vieux, on n’aurait plus des vieillards de plus de 80 ans au pouvoir. Où est le président Paul Biya depuis le début de la crise sanitaire ? Pourquoi se cache-t-il ?” s’est-il interrogé.

Face aux massacres de civils dans la zone anglophone du pays, Ludovic Lado accuse l’Eglise Catholique dans son ensemble de n’avoir pas suffisamment œuvré pour le retour de la paix, après pratiquement 4 années de guerre. « L’Eglise catholique au Cameroun a-t-elle assez fait pour mettre la pression sur le gouvernement camerounais et les ambazoniens pour une solution négociée à cette crise ? », se demande-t-il dans un texte intitulée « Je ne peux plus rester tranquille ».

Et pour exiger la fin des souffrances des populations des régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest, ce grand pourfendeur du régime de Yaoundé a entamé une marche à travers plusieurs vielles du Cameroun. « Je marche pour partager un tout petit peu la condition de nos frères et sœurs du NO/SO, déplacés internes ou réfugiés, qui vivent dans la précarité depuis un peu plus de quatre ans. ». En réponse à cette démarche, les autorités sécuritaires ont procédé à son arrestation à Edéa. Il était tout seul, habillé de sa soutane, symbole de paix et de pureté. L’homme de prêche s’est vu embarquer par une forte unité de police déployée par le régime Biya expressément pour empêcher la tenue de la marche pacifique qu’il observait; il entendait marcher pacifiquement de Douala à Yaoundé. Son action avait connu une forte adhésion au Cameroun, les populations camerounaises se sont montrées très réceptive avec cette initiative d’un homme de Dieu visiblement indigné de la crise dans laquelle le régime Biya laisse prospérer le Cameroun.

Cette interpellation irrégulière a suscité une vague d’indignation chez les Camerounais. Pour l’association Cameroon Patriotic Diaspora (CPD), l’enlèvement du père Ludovic Lado représente une grave escalade dans la répression du régime contre de citoyens camerounais pacifiques. «Nous devons tous nous lever contre cette fascisation crescendo de la vie civile politique et par le régime néocolonial corrompu de Paul Biya qui a progressivement remis en cause toutes les libertés acquises de haute lutte au début des années 1990 !», a martelé le Directoire de cette entité, avant d’appeler à la libération sans conditions de l’homme de Dieu, afin qu’il puisse exercer pleinement sa liberté de croyance en poursuivant son pèlerinage de la fraternité qu’il a initié pour la paix au Cameroun. Après avoir été embarqué à Yaoundé, il a été relaxé « Folle journée avec les flics mais je suis libre et en forme. Les détails après… »; il n’a pas dit plus sur sa page Facebook. C’est à croire que le régime Biya s’emploie à museler cet homme de Dieu comme il en a l’habitude.

Lado avait prévu également une rencontre avec Olivier Bibou Nissack, le porte-parole de l’opposant Maurice Kamto, en détention au SED (Secrétariat d’Etat à la Défense) à Yaoundé, suite aux marches du 22 septembre 2020. Comme pour les législatives, Ludovic Lado a qualifié « d’inutile et d’irresponsable » les élections régionales tenues le 06 décembre dernier dans un climat socio politique tendu. Cette même année-là, il est nommé dans la catégorie ‘’Camerounais de la diaspora de l’année’’ lors de la première édition des CamerounWeb Awards.

Camerounweb