0

Assassinat de Martinez Zogo : l'étau se resserre autour de Mbarga Nguélé qui aurait pu éviter le pire

Mbarga Nguele Ancien Chef Securite Fame Ndongo Par peur, Martin Mbarga Nguélé n'a pas pu lever le petit doigt pour l'aider.

Tue, 24 Jan 2023 Source: www.camerounweb.com

• Les langues commencent à délier progressivement dans l'affaire Martinez Zogo

• Le dossier se complique autour de Martin Mbarga Nguélé qui a des remords

Martin Mbarga Nguélé aurait pu sauver Martinez Zogo



Le dossier se complique autour de Martin Mbarga Nguélé apprend-on de Boris Bertolt. En effet, un incident autour de la ligne 94 impliquant les révélations de Martinez Zogo aurait fait que le patron de la police Martin Mbarga Nguélé ne voulait pas se mêler des affaires du journaliste.

Dans les révélations de Boris Bertolt ces dernières heures, il s'avère que Martin Mbarga Nguélé était au courant des déboires de Martinez Zogo mais par peur n'a pas pu lever le petit doigt pour l'aider.

« Les langues commencent à délier progressivement. Le Délégué Général à la Sûreté Nationale ( DGSN), Mbarga Nguele est mal et a des regrets.

Car le patron de la police était au courant que Martinez Zogo qu’il considérait comme son fils avait des petits soucis mais n’imaginait pas l’étendue.

Lorsque lundi, Martinez Zogo arrive chez Mbarga Nguele, il n’est pas reçu. Or Martinez Zogo est enlevé le lendemain et assassiné.

Le DGSN fait savoir qu’il n’aurait jamais imaginé que « son fils » était dans cette position. Pour lui le soir où Martinez Zogo se rend à son domicile, il est déjà fatigué.

Mais en plus, au courant de la bataille qui oppose l’animateur à Jean Pierre Amougou Belinga autour de la ligne 94. Il ne veut pas s’y mêler. Ayant déjà eu des antécédents avec le patron du groupe VISION 4. Et croyait que ce serait l’objet de leur discussion ce soir là.

Or Martinez Zogo venait faire savoir au patron de la police, qu’il était surveillé et réclamait sa protection.

L’animateur d’Amplitude FM sera enlevé le lendemain et assassiné quelques heures après par des individus qui selon les premiers éléments de l’enquête appartiennent à une unité spéciale »
affirme Boris Bertolt.

Source: www.camerounweb.com
Related Articles: