0

Exclusif : Le directeur des marchés des infrastructures du Minmap cité dans un scandale de 13 milliards de Fcfa

Infrastructures CAN2019 Cahier Charge Le minmap en passe d'être éclaboussé par un scandale

Wed, 31 Aug 2022 Source: www.camerounweb.com

De la lecture de la correspondance adressée au Directeur Général de FEICOM par le Ministre délégué en charge des Marchés Publics signée le 12 Août 2022 et relative à la construction de l’ immeuble régionale du FEICOM du Littoral à Douala, il ressort qu’ une autorisation de gré à gré a été notifiée à ce Maître d’ ouvrage, pour consulter les entreprises BATI SERVICE, ACN Engineering Co et les ETS AWARDS et PERSPECTIVES, pour un montant de 12 764 000 000 F CFA.

De son exploitation, il ressort les faits suivants :

1. Ladite lettre a été traitée au cabinet du DGMI, dont le directeur en charge des bâtiments et des équipements collectifs a été mis hors circuit et dont lui-même ignore les motifs réels de son chef immédiat ,si ce n’ est ce un autre acte de corruption posé de ce dernier, qui a transformé ce Ministère en un comptoir de vente de gré à gré et des Marchés en régie. Il se fait peur en se prévalant le protégé de son Ministre et exige des fortes sommes allant à des milliards de F CFA aux entreprises pour les accorder des faveurs des dérogations sollicitées, et qui sont malheureusement toutes approuvées et signées par le MINDEL/MINMAP.

2. La lettre N°0031/L/ FEICOM/DG du 11 Août 2022 n’ a jamais été enregistrée au courrier du MINMAP. Bien plus elle a reçu une réponse en moins de 24 heures, preuve suffisante de la présence d’ un vaste réseau bien huilé dans la vente des Marchés Publics de gré à gré. Comment saurait-on expliquer qu’un marché d’ une complexité puisse être traité avec une aussi grande légèreté sans impliquer le personnel en charge des bâtiments et en un temps record.

3. Les entreprises susévoquées retenues dans le cadre de la consultation de ce présent gré à gré, n’ont pas un expérience dans la construction des immeubles d’ une telle envergure ( R+12et coût estimé ) ; ce qui est une violation flagrante et fracassante des dispositions du Décret N°2018/366 du 20 juin 2018 portant code des Marchés Publics et de la circulaire No 0001/PR/MINMAP/CAB du 25 Avril 2022, qui recommandent de s’ assurer au préalable des références des entreprises proposées avant de se prononcer à une quelconque dérogation. Une fois de plus, les préalables susévoquées n’ ont pas été effectués au MINMAP.

4. Rien ne justifie l’ urgence évoquée à l’effet accorder cette autorisation de gré à gré, conformément à l’ article 109(C) du Code cité plus haut. En effet, il y a lieu de souligner qu’une première procédure avait été déclarée infructueuse en septembre 2022, à laquelle ont pris part des dizaines d’ entreprises de renommée internationale dans la construction de ce type de bâtiment, mais celles-ci ont été éliminées pour des motifs mineurs. Sur ce point les différents acteurs devraient se prononcer pour avoir retarder et annuler la procédure. On peut dès lors comprendre bien l’ intention de ce Maître d’ ouvrage, qui après avoir retarder la procédure pendant environ 12 mois, période au cours de laquelle il aurait dû relancer un nouvel appel d’offres , a choisi plutôt la voie courte et mafieuse pour évoquer l’urgence à l’effet d’obtenir une autorisation auprès de ses amis du MINMAP. Ce qui démontre à suffisante la présence d’un réseau de corruption impliquant également les responsables du MINMAP pour obtenir ladite dérogation, à coups de milliards de rétrocommission à partager entre les acteurs du MINMAP et du FEICOM.Cette dérogation accordée cause un manque énorme à gagner à l’ Etat du Cameroun, qui aurait pu réaliser des économies considérables en passant par appel des offres, et dont les entreprises ayant postulé a la précédente consultation rendue infructueuse, ont proposé des montants autour de 10 milliards de F CFA.

5. Pourquoi n’ avoir pas consulté dans le cadre de cette procédure de gré à gré, les entreprises ayant répondu à l’ appel d’ offres rendus infructueux, en privilégiant ceux qui avaient été malheureusement éliminées pour des motifs mineurs. D’ailleurs, cette question embarrasse certains responsables acquis pour l’intégrité et le bon fonctionnement du système des marchés publics qui voient les dispositions de l’article 2 sacro-Saint violées et bafouées par le MINMAP.

In fine , le Président de la République qui est le Chef d’ orchestre en matière de la passation des marchés doit être mis au courant de ce scandale dans le cadre de l’attribution de ce marché. Ainsi, il est judicieux que le MINMAP annule l’ acte posé dans le cadre de la notification de l’ autorisation de gré à gré au FEICOM . Par la même occasion, tous les auteurs impliqués dans le cadre de la passation de ce marché soient sanctionnés de leur acte de corruption, conformément à l’ article 194 du Code des Marchés Publics.

Par ailleurs, il n’est pas superflu de rappeler, que ce ministère, en plus d’actes de corruption qui feraient nid dans cette administration, feraient l’ objet de mal gouvernance depuis l’ entrée en vigueur du nouveau code des Marchés Publics où s’ érigeraient en règle, le tribalisme exaspéré où les Betsi sont marginalisés, la désignation à des postes de Présidents par Intérim et des représentants du MINMAP est constituée en majorité par le personnel des régions du Septentrion (90%) , la vente des marchés ayant fait l’ objet de gré à gré à des pourcentages atteignant 10% du montant des marchés, la marginalisation du personnel compétent pour les pousser à l’abandon de leur poste, la formation des réseaux mafieux ayant pour seul vocation la recherche de l’enrichissement illicite.

D’ailleurs, ces hauts responsables qui entourent le MINDEL/MINMAP se bombent le torse arguant qu’ils l’ont mis dans le sac, ce dernier ne pouvant que procéder à la signature de tous les actes et forfaits qu’ils posent. Conséquence, ce Ministère a touché le fonds du précipice après l’échec des deux dernières réformes ( 2011 et 2018)impulsées par le Chef de ce secteur d’activités névralgique pour lutter efficacement contre la corruption dans (2011et 2018), dont ces agents véreux sont decidés à le faire tomber définitivement depuis qu’ls sont au courant que cette administration pourrait disparaitre en cas d’une organisation du Gouvernement et du fait que le nouvel organigramme de cette administration est en souffrance au Secrétariat Général de la Présidence de la République depuis plus de 2 ans.

Vivement que le Chef de l’Etat qui fait de la lutte de la corruption l’une de ses priorités à chaque investiture, puisse mener certaines actions en dotant ce Ministère un nouvel organigramme et en nomment à des postes de hautes responsabilités des hommes intègres et compétents, barrant ainsi la route à tous ces corrompus directeurs qui ont plombé le système des Marchés Publics depuis une décennie environ et dont certains retraités sont toujours en poste on ne sait pour quelle raison.

Source: www.camerounweb.com
Related Articles: