0

Eseka : Cabral Libii sauve un maire menacé de destitution

Tjock Sylvain Maire Eseka Le président du PCRN, opposé à cette destitution

Sat, 19 Feb 2022 Source: www.camerounweb.com

Huit heures de réunion pour arracher un sursis

18 conseillers municipaux frondeurs

Le président du PCRN, opposé à cette destitution

Ces derniers jours, un groupe de 18 conseillers municipaux frondeurs du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN) demandaient une session extraordinaire pour destituer leur camarade. Le président du PCRN, opposé à cette destitution, a obtenu des deux parties qu’elles s’accordent sur un protocole. De sa mise en œuvre, qui sera évaluée dans trois mois, dépendra le sort du maire.

Ce protocole stipule que le maire s’engage à satisfaire un ensemble de doléances formulées par les frondeurs. Ces derniers ont toute cette journée pour rédiger l’ensemble de leurs récriminations. Pour ne pas faire mauvaise publicité, le PCRN tient à ce que ces doléances ne soient pas communiquées. Toutefois, comme le fait remarquer une source proche de ce dossier, les reproches contre le maire ne sont vraiment plus un secret.

Notre source ajoute aussi que les responsables du PCRN n’ont pas été épargnés pendant la longue réunion qui se tenait dans la salle polyvalente de la mairie. Plusieurs conseillers municipaux leur reprochent d’être en partie responsables de cette crise pour avoir imposé Sylvain Moïse Tjock à la tête de cet exécutif municipal.

Il a fallu à Cabral Libii huit heures de réunion pour arracher un sursis pour Sylvain Moïse Tjock, le maire de la commune d’Eseka, dans le département du Nyong-et-Kelle. D’ailleurs, pendant la réunion, les conseillers municipaux mécontents se sont plaints de n’être pas suffisamment associés à la gestion de la mairie. Mais aussi d’être « méprisés » par le maire, comme le rapporte une source proche des frondeurs. En plus, la récente grève du personnel, qui réclamait des arriérés de salaire, est perçue comme une couche supplémentaire à toutes les accusations d’incompétence formulées à l’endroit de Sylvain Moïse Tjock.

Source: www.camerounweb.com