0

Extrême-Nord : le maire de Makary échappe au lynchage de ses conseillers

Assemblée Altercations Journalistes Armée La police était obligée d’intervenir.

Wed, 9 Mar 2022 Source: www.camerounweb.com

Makary se trouve dans le département du Logone et Chari à l’extrême nord

La Municipalité est en effet en branle ces derniers jours

Le maire est aux prises avec une vingtaine de conseillers

Le maire de la Commune de Makary dans le département du Logone et Chari à l’extrême nord Abgassi Adoum et une vingtaine de conseillers sont aux prises depuis quelques temps. Plusieurs conseillers veulent voir clair dans le fonctionnement de la commune.Après un premier conseil municipal rejeté par une partie des conseillers, un autre à été convoqué par le Préfet de département la semaine dernière.

La session du conseil municipal de cette commune consacrée à la présentation des justificatifs de rejet et l’adoption des comptes administratifs et de gestion du maire et du receveur municipal convoqué le 28 février 2022, n’a pas pu se tenir. Et pour cause, la majorité des conseillers municipaux a rejeté les comptes présentés à leur examen. “Le quorum n’étant pas également été atteint” apprend t-on.

Repris le vendredi 04 mars dernier, les travaux ont été suspendus par l’autorité administrative invoquant le trouble à l’ordre public. Ce, suite à une altercation opposant les conseillers municipaux de cette commune divisés en deux blocs. L’un soutient le maire Abgassi Adoum et l’autre camp dénonce la violation de la loi portant Code Général des Collectivités territoriales décentralisées.

Les conseillers dénoncent plusieurs chantiers inachevés et le projet issu des 100 millions octroyés par le Ministère de la décentralisation et du développement local et bien d’autres appuis dont la gestion n’est pas transparente. Des “irrégularités” que le maire veut faire passer au forceps selon ses contestataires.

Lors de ces assises, des chefs traditionnels et autres personnes se sont introduits dans la salle créant des embrouilles et déclenchant une bagarre lors des délibérations. Le conseil n’a pas pu continuer et la police était obligée d’intervenir.

Source: www.camerounweb.com