0

Cameroun : le RDPC choisit un peuple que les autres doivent suivre pour le bien de tous

Bamileke Dancer1 Les Bamilékés sont un peuple d'Afrique centrale, vivant dans la région de l'Ouest du Cameroun au « P

Mon, 9 May 2022 Source: www.camerounweb.com

• Les Bamilékés n’oublient pas d’où ils viennent

• C’est un peuple qui réalise de bonnes choses chez lui

• Patrick Duprix vante leur mérite



Les Bamilékés sont un peuple d'Afrique centrale, vivant dans la région de l'Ouest du Cameroun au « Pays bamiléké ». C’est une vaste région de savane des hauts plateaux volcaniques du Grassland. Ils sont un grand groupe ethnique. Les Bamilékés ont la réputation de toujours vouloir investir chez eux et pas ailleurs. Dans la tribune ci-dessus, Patrick Duprix Anicet Mani, militant du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) tente d’expliquer pourquoi.

J’ai déjà suivi cette question chez certains. Ils se demandent pourquoi l’homme de l’Ouest- Bamiléké veut à tout prix construire sa plus belle résidence dans son village ?

C’est simple et je pense que toutes les autres tribus de ce pays doivent prendre cela en exemple, car de nos spécificités nous allons nous enrichir mutuellement pour construire le Cameroun idéal dont nous rêvons tous.

1- L’homme Bamiléké est attaché à sa culture et qui dit culture dit terroir car une culture trouve tout son sens dans un cadre spatial bien délimité.

2- Parce qu’il est attaché à sa culture, alors il fréquente son village autant que faire se peut. Il y a des originaires de l’Ouest qui y vont tous les week-ends pour vivre la culture et l’atmosphère du village au-delà des cultes ancestraux.

3- A force d’y aller, ils rencontrent des difficultés à accéder à certaines commodités et commencent donc à chercher des solutions aux manquements (s’ils n’y allaient pas, ils n’allaient pas être gênés de ne pas avoir accès à telle ou telle chose).

4- Au fur et à mesure qu’ils trouvent des solutions à ses problèmes d’infrastructures et d’aménagement (un puis par ci, une maison bien bâtie par-là etc…), ils se retrouvent en concurrence dans le village.

5- De cette concurrence interne va naître la volonté de s’affirmer aux yeux de ses frères et sœurs en ayant la plus belle maison, la plus belle et rentable plantation du village etc…

6- Cette rivalité au sein du village va vite se transformer en rivalité entre les villages (communes ou ethnies). On va s’assoir en village pour réfléchir à avoir la plus belle école, la plus belle chefferie, le plus beau foyer, le plus bel hôpital et cela pousse les plus nantis de la localité à rivaliser en construction (résidences privées, hôtels, écoles supérieures etc… et en dons avec les nantis d’autres localités.

7- Cette rivalité entre tribus ou ethnies poussent la communauté à s’organiser et à renforcer les liens (tontines communautaires, associations communautaires, microfinances communautaires, envahissement de certains secteurs d’activités dont les frères ont une parfaite maîtrise de la chaîne etc.).

8- La communauté se met à travailler pour hisser au sommet ses enfants les plus brillants dans leurs domaines de prédilection.

9- Ses investissements individuels poussent les pouvoirs publics à développer les infrastructures routières, sanitaires et autres… afin de booster le tourisme au pays et par là, rend ces villages rentables. Et ce sont les fils du village qui en tirent toujours le plus gros gain.

10- etc.

Au départ c’était l’amour du village et à la fin c’est toujours l’amour du village.

Vous ne pourrez jamais développer les lieux que vous ne fréquentez pas, et même si vous venez à construire de belles maisons dans vos villages au nom de vos renommées et de vos rangs, ces maisons tomberont en ruine une fois que vous ne serez plus là car vous n’avez jamais appris à vos enfants l’amour du village que vous-mêmes vous n’avez pas.

Source: www.camerounweb.com