0

Douala : une maman livre son propre fils, soupçonné de meurtre

Fri, 1 Oct 2021 Source: www.camerounweb.com

• La maman vivait à Banaba, petit village situé à quelques kilomètres de Yabassi

• Son fils est soupçonné d’appartenir à une bande de criminel

• Le jeune a fini par se rendre



Il y a quelques semaines, la ville de Douala était secouée par le meurtre d’un dénommé M. Ali, tué alors qu’il sortait de son bar. Il a été lâchement poignardé par une bande de cinq jeunes. La plupart de ces jeunes ont pris la fuite. Mais, l’un d’eux vient de finir sa cavale. Il a été simplement dénoncé par sa propre maman qui avait de forts soupçons sur son enfant.

Après avoir commis le forfait, le jeune M’Bella Dieudonné alias « Bourroucha », la vingtaine, a quitté Douala pour se cacher à Banaba, petit village situé à quelques kilomètres de Yabassi. C’est dans ce village que vivait sa maman. Mais, cette dernière trouvait son enfant très bizarre et le connaissant, elle a su qu’il était trempé dans un crime. Elle n’hésita pas à alerter les autorités locales notamment le chef supérieur de la localité.

« Grâce à des informations données par sa maman elle-même, car sa maman n’était pas à Douala mais ici ? Et brusquement, elle a vu son enfant et grâce à la collaboration des jeunes du village, on a pu mettre la main sur lui car j’avais informé tôt les forces de l’ordre », a déclaré Paul Gustave BENGA, chef supérieur de Yabassi.

Sentant le danger venir, le jeune homme s’est réfugié dans la brousse. La coordination des jeunes du village s’est ainsi lancée à ses trousses dans la brousse. Retrouvé, il a été convaincu par ces frères de se rendre puisqu’ils lui ont fait croire que sa maman ainsi que certains de ses oncles sont aux arrêts et que seul sa reddition peut faciliter les choses.

C’est ainsi qu’il s’est rendu aux forces de l’ordre qui l’ont conduit au poste Gendarmerie de Yabassi puis à Douala, où l’attendaient déjà deux de ses complices, cueillis à Yaoundé, alors qu’ils tentaient de quitter la ville. Il devra donc faire face la justice pour répondre de ses actes.

Source: www.camerounweb.com