0

Dubaï Porta Potty : une 'influenceuse dévergondée veut se refaire une certaine virginité'

JSIMG Des influenceuses dévergondées

Fri, 13 May 2022 Source: www.camerounweb.com

Emilia Coco continue de prendre des coups après son échange musclé avec Julia Samantha

• Elle est critiquée pour s’en être prise à la Miss Cameroun

Jean-Claude Mbede Fouda fonce complètement sur elle



Jean-Claude Mbede Fouda est un expert de coopération internationale au développement et journaliste italien, d'origine camerounaise. C’est aussi un activiste, homme politique engagé dans la lutte contre la corruption, défenseur des droits des jeunes et des femmes. Justement, il défend la Miss Cameroun Julia Samantha contre la chanteuse Bella Mani qui l’a récemment recadrée pour avoir traité les influenceuses de prostituées.

Sur Vision 4, dans une émission à laquelle elle était invitée, Julia Samantha Edima a affirmé : « Depuis la nuit des temps, les filles se prostituent. C’est juste qu’aujourd’hui, on utilise un voile qui est ce mot influenceuse. Mais non. Ce n’est pas des influenceuses, ce sont des prostituées. Les influenceuses aujourd’hui, ce sont des femmes qui n’ont pas de métier officiel. On ne sait pas ce qu’elles font mais tous les jours on les voit avec des sacs à main de valeur, un train de vie qui n’est pas à la hauteur de leurs revenus. Etre influenceuse, ce n’est pas un métier. Je trouve inconcevable que la femme se considère comme une toilette ».

Pour lui répondre, la spécialiste du Bikutsi Bella Mani a écrit sur sa page Facebook : « Miss Cameroun est une institution. En tant que Miss Cameroun quand elle prend la parole en public elle a l'obligation et le devoir d'avoir une beauté linguistique même dans la dénonciation de certains fléaux. Elle doit être capable de parler de la prostitution certes mais en évoquant les causes et en suggérant les solutions pour palier à cela. Une miss doit être capable de ramener même une prostituée sur le droit chemin ».

Bella Mani a poursuivi en disant que « c'est à ça que servent les diplômes requis pour se présenter à ce concours je crois. Quand on est intellectuelle, on est pédagogue, on est patient et on a la capacité de transmettre le positif en tirant ceux qui sont sur le mauvais chemin vers le bon. Une miss je le répète ne divise pas. Une miss rassemble. Une miss ne se moque pas. Une miss aide. Elle n'est pas Rambo. Elle n'est pas justicière. Elle n'est pas chroniqueuse ».

La réaction de Jean-Claude Mbede Fouda ne s’est pas fait attendre : « ceux qui s’attaquent à Julia Samantha s’y prennent mal. Car, même la communication a son timing ». L’intégralité de sa tribune.

A propos de Miss Cameroun

On ne critique pas une Miss après son élection. On le fait avant ou pendant la compétition. Quand elle est encore candidate. Je l’ai fait. Et pour moi, depuis janvier, Julia Samantha E. est la Miss Cameroun élue actuellement et donc une institution que je respecte. Elle est par ailleurs ambassadrice de toute la jeunesse camerounaise. Je lui ai envoyé un message, il y’a deux jours, lors de mon anniversaire, pour lui dire que pendant un an, tant qu’elle portera cette couronne, je ne vais jamais ni l’attaquer, ni la critiquer.

Je vais la soutenir afin de l’amener à ne pas faire piètre figure à Miss Univers. Car c’est le Cameroun qui en serait humilié. J’ai écouté Julia Samantha à la télévision et pour avoir déjà conversé avec elle, je sais que son QI est plus important que ce que je lis. Ceux qui s’attaquent à Julia Samantha s’y prennent mal. Car, même la communication a son timing. On ne peut pas lui en vouloir d’avoir voulu répondre à une question de journaliste sur une situation précise. Si je dois attaquer Julia, ça ne sera jamais pour l’émission de dimanche dernier.

Je défends mes convictions. Je le lui ai rappelé. Je partage l’avis de Koppo qui pense qu’une Miss africaine ne doit pas mettre de faux cheveux. J’ai lu les sorties de Bella Mani et malgré mon petit niveau d’enseignant de communication, je n’ai pas toujours compris ce qu’elle reproche à Samantha concernant son passage sur le plateau d’une chaîne de télé. Quant à Biscuitdemer, Je refuse que notre Miss nationale soit le paillasson sur lequel des influenceuses dévergondées viendraient essuyer leur pied. Pour se refaire une certaine virginité.

Il n’y aura pas d’élection de Miss Cameroun avant une année. Julia a été élue et, à présent qu’elle porte notre couronne, chaque Camerounais a le devoir de la soutenir. Moi en tête. Elle le sait, quand je dois la critiquer, je le fais directement. Je viens en public quand elle refuse d’en écouter. Après Miss Univers, on reprendra.

Source: www.camerounweb.com